Arrêt Jaques Vabres

Arrêt Jaques Vabres

Résumé du document

Document: Fiche de Droit du Contentieux Administratif: L'arrêt Jaques Vabres Extrait: Accroche : En vertu de la hiérarchie des normes d'Hans Kelsen les rapports entre le droit international et le droit interne sont réglés par la Constitution de 1958. En son article 55, cette dernière prévoit à ce titre la primauté des traités sur les lois. En effet, l'arrêt rendu par la Chambre mixte de la Cour de cassation en date du 24 mai 1975 est relatif à un litige quant à la supériorité d'un traité par rapport à une loi nationale lui étant postérieure et à l'organe compétent pour en décider.

Informations sur la fiche

  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 01/11/2009
  • Langue : français
  • Consulté : 5 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] critique de la solution préconisée par la cour de cassation/ autre solution ? Pendant longtemps les juges refusaient de déclarer non conformes une loi à un traité si cette loi était postérieure au traité considérant que celui-ci était abrogé ou modifié par le texte le plus récent. Le juge judiciaire (Cafés Jacques Vabre) puis administratif ont écarté cette théorie dite de la "loi écran". Le conseil d'Etat peut lui aussi Contrôler la ratification des traités et considérer que l'inconstitutionnalité de la loi française ne peut être invoquée à l'encontre d'un acte administratif. [...]


[...] En son article 55, cette dernière prévoit à ce titre la primauté des traités sur les lois. En effet, l'arrêt rendu par la Chambre mixte de la Cour de cassation en date du 24 mai 1975 est relatif à un litige quant à la supériorité d'un traité par rapport à une loi nationale lui étant postérieure et à l'organe compétent pour en décider. Faits : Depuis 1964, la société française Jacques Vabre importe, des Pays- Bas, du café vert dédouané par un commissionnaire en douane : la société Weigel. [...]


[...] L'Administration des douanes interjette-t-elle alors appel. Par un arrêt confirmatif, la Cour d'appel de Paris avalise le jugement rendu en première instance. Telle est la raison pour laquelle l'Administration des douanes se pourvoi en Cassation. Thèses en présence : La Cour d'appel fonde son jugement sur l'impossibilité d'appliquer une taxe intérieure de consommation, supérieure à celle appliquée au café français en faisant référence à la loi du 14 décembre 1966, postérieure à l'article 95 du Traité de Rome. Au moyen du pourvoi, il est soutenu que le juge d'Appel ne peut pas se prononcer sur la prédominance de la loi du 14 décembre par rapport au Traité de Rome étant donné que cela dépasserait le domaine de ses compétences. [...]


[...] A Les notions en causes -La primauté des traités internationaux sur les lois internes (garantie par l'article 55 de la constitution du 4 octobre 1958 [ . ] une autorité supérieure à celle des lois [ ] + art 95 du traité de Rome) -La compétence des juges ordinaires pour l'apprécier B. Raisonnement de la Cour d'Appel Pourquoi la CA a statué de la sorte ? Comment l'a-t-elle décidé ? / jurisprudence II] A Le fondement de la solution par la cour de cassation Explication de l'arrêt Jacques Vabres en 1975 : Pourquoi a-t-elle décidé de statuer ainsi ? [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok