CE, 1918, Epoux Lemonnier

CE, 1918, Epoux Lemonnier

Résumé du document

? Responsabilité de l'administration - Faute personnelle/faute de service L'arrêt Epoux Lemonnier étend les cas dans lesquels la responsabilité de l'administration peut être engagée à raison de fautes commises par ses agents.

Informations sur le commentaire de texte

Arnaud
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 18/06/2008
  • Langue : français
  • Consulté : 6 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] II) Depuis l'arrêt Pelletier (voir TC Pelletier), le juge distinguait entre la faute de service, engageant la responsabilité de l'administration et relevant de la compétence du juge administratif, et la faute personnelle, engageant la responsabilité de l'agent et relevant de la compétence du juge judiciaire. La distinction s'avérait cpdt difficile à mettre en vigueur. Toutefois, par un arrêt CE Anguet 1911le CCE avait déjà admis qu'une faute personnelle pouvait, dans certains cas,coexister (présence de deux fautes distinctes) et se cumuler avec une faute de service, laquelle était de nature à engager la responsabilité de l'administration. [...]


[...] CE 1918 - Epoux Lemonnier Responsabilité de l'administration - Faute personnelle/faute de service L'arrêt Epoux Lemonnier étend les cas dans lesquels la responsabilité de l'administration peut être engagée à raison de fautes commises par ses agents. La fête annuelle de la commune de Roquecourbe proposait une attraction consistant en un tir sur des buts flottants sur la rivière. A cette occasion, Madame Lemonnier, qui suivait la promenade longeant la rive opposée, fut blessée par une balle provenant du tir. Les époux Lemonnier assignèrent alors le maire devant la juridiction judiciaire, qui le déclara personnellement responsable et le condamna à leur verser une indemnité en réparation du préjudice. [...]


[...] Avec l'arrêt Epoux Lemonnier, il va plus loin, considérant qu'une même faute peut entraîner à la fois la responsabilité de l'agent et celle de l'administration, aboutissant ainsi à un cumul de responsabilités. Selon les termes du commissaire du gouvernement Léon Blum, si la faute personnelle été commise dans le service, ou à l'occasion du service, si les moyens et les instruments de la faute ont été mis à la disposition du coupable par le service, si la victime n'a été mise en présence du coupable que par l'effet du jeu du service, si un en mot, le service a conditionné l'accomplissement de la faute ou la production de ses conséquences dommageables vis-à-vis d'un individu déterminé, le juge administratif, alors, pourra et devra dire : la faute se détache peut-être du service - c'est affaire aux tribunaux judiciaires d'en décider mais le service ne se détache pas de la faute. [...]


[...] : 21 avril 1937, Dlle Quesnel, p pour un vol commis par une receveuse des postes dans l'exercice de ses fonctions). La deuxième s'applique aux fautes commises en dehors de l'exercice des fonctions mais non dépourvues de tout lien avec elles, parce qu'elles ont été commises par exemple grâce à des moyens dont l'agent disposait du fait du service (ex : Conseil d'Etat - 18 novembre 1949 - Demoiselle Mimeur, p pour un accident causé par un véhicule de l'administration utilisé à des fins personnelles). [...]


[...] Le Conseil d'État considéra que la circonstance que l'accident serait la conséquence d'une faute d'un agent public chargé de l'exécution d'un service public, qui aurait le caractère d'une faute personnelle et pourrait ainsi entraîner la condamnation de l'agent à des dommages et intérêts par les tribunaux judiciaires, ne privait pas la victime de l'accident du droit de poursuivre directement, contre la personne publique qui a la gestion du service considéré, la réparation du préjudice. Il incombait seulement au juge administratif de rechercher s'il y avait une faute de service de nature à engager la responsabilité de la personne publique. En l'espèce, il fut jugé qu'en autorisant l'établissement du tir sans s'assurer que les conditions de l'installation et l'emplacement retenu offraient des garanties suffisantes pour la sécurité des voies publiques, les autorités communales avaient commis une faute grave et que la commune devait ainsi être déclarée responsable de l'accident. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok