« La relation éducative » (ERES, 2003), de Philippe GABERAN

« La relation éducative » (ERES, 2003), de Philippe GABERAN

Résumé du document

« La finalité de la relation éducative n'est pas de normaliser la personne, de la guérir ou de réparer un préjudice. Elle est de l'aider à devenir actrice de sa vie en favorisant le passage du vivre à l'exister. » Cet extrait de l'ouvrage « La relation éducative » (ERES, 2003), de Philippe GABERAN, est particulièrement riche et nous invite à nous interroger sur les valeurs de notre formation et notre future profession. Philippe GABERAN est né en France en 1957, la carrière militaire de son père lui fera parcourir l'enfance entre l'Algérie, l'Allemagne et l'Afrique noire. Après le baccalauréat, il devient animateur de vacance et s'initie à la pédagogie active, ensuite il devient éducateur dans un foyer pour adultes déficients intellectuels et découvre la folie. Il obtient plus tard une licence de philosophie, bercé par les fondateurs de ce courant. Il entre ensuite en formation d'éducateur spécialisé, puis travail sur un appartement expérimental d'intégration en milieu ouvert, pour un petit groupe d'adultes déficients intellectuels. Il intègre plus tard le journal « le lien social », et étudie à l'université les sciences de l'éducation. Il fait sa thèse de doctorat sur « Condillac et le matérialisme pédagogique, ce qui lui permet de devenir maître de conférence, puis formateur en travail social à l'ADEA de Bourg-en-Bresse.

Sommaire

  1. Le parcours de l'auteur
  2. ''La finalité de la relation éducative n'est pas de normaliser la personne, de la guérir ou de réparer un préjudice...
  3. ... elle est de l'aider à devenir actrice de sa vie en favorisant le passage du vivre à l'exister''

Informations sur le commentaire de texte

Pauline
  • Nombre de pages : 5 pages
  • Publié le : 03/10/2008
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 15/04/2015
  • Consulté : 71 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Elle implique d'adapter sans cesse nos réponses en fonction de l'usager, de la période, du cadre, etc. Nous disions dans le premier commentaire de citation que Ce qui nous semble bon pour la personne ne l'est pas forcément à ses yeux et au regard de ses désirs il ne faut pas non plus l'emmener là où elle n'est pas encore prête à aller. Le passage du vivre à l'exister se fait aussi par l'accès à une certaine autonomie. Accompagner l'usager à être capable de faire des choix, s'engager réellement dans ceux-ci et en assumer les conséquences, pour qu'il soit capable d'exister par lui-même en s'acceptant tel qu'il est et d'affirmer ce qu'il veut pour son épanouissement personnel. [...]


[...] - La seconde pression est d'ordre social. La finalité du travail social ne devrait pas être de conditionner l'usager à la norme sociale. Pourtant, la pression normative est forte, avec une demande invisible de maintient de l'ordre En sociologie, les normes sont les règles ou modèles de conduites propres à un groupe ou à une société donnée, appris et partagés, légitimés par des valeurs, et dont la non-observance entraîne des sanctions ( . ) Les normes définissent les comportements appropriés ou attendus dans la vie sociale. [...]


[...] C'est un support de la relation éducative, un point de passage pour permettre à l'usager d'être acteur de ses choix. D'autre part, cette démarche nous évite de nous placer comme substitut aux manques, de prendre une place de toute puissance, d'infantiliser l'autre et de l'envisager comme objet plutôt que comme sujet. C'est, en effet, à partir du regard que nous portons sur l'usager, que se détermine notre relation a lui, notre façon de l'accompagner, et nos choix de prise en charge. [...]


[...] Accompagner un autre en souffrance, exige qu'on travaille sans sacrifier en soi la partie malade et sans sacrifier en l'autre la partie saine Un élément également important, rappelé par la loi 2002.2 est celui de la prise en compte de la personne au-delà de sa différence. Ce qui semble aller de soi, mais qui n'est pas toujours si évident que ça. En effet, il est important d'avoir conscience que la perception du réel, de notre relation aux autres et aux choses, est socialement construite. [...]


[...] Il faut accepter que notre action éducative ne donne pas forcément de résultats pendant notre prise en charge. Elle peut se diffuser comme une onde, pour, peut-être, prendre sens pour l'usager à un moment donné de sa vie. Elle peut aussi échouer, ne pas avoir de prise, ou provoquer des effets contraires à ceux escomptés. Cela implique d'assumer quotidiennement des prises de position, des engagements, des doutes, des risques, des critiques, des échecs. Cette position est inconfortable, car il n'y a pas de méthodes ou de modèle. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok