Pimido

La protection du domaine public passe-t-elle par le principe d'inaliénabilité ?

La protection du domaine public passe-t-elle par le principe d'inaliénabilité ?
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

I L'inaliénabilité, une règle de protection du domaine public A L'inaliénabilité, un principe garant de la protection de l'affectation des dépendances domaniales publiques B Les conséquences de l'affectation des biens d'une personne publique sur la règle de l'inaliénabilité du domaine public II Dérogations et limites à la protection du domaine public par le principe d'inaliénabilité A Un principe limité par l'affectation des biens qu'il protège B Dérogations au principe : un domaine public protégé, mais sans inaliénabilité

« Il existe un domaine public dans la mesure où existent des dépendances domaniales frappées d’inaliénabilité », René Chapus. Le domaine public est constitué par l’ensemble des biens d’une personne publique qui sont affectés soit à l’usage du public soit à un service public et soumis en tant que tels à un régime juridique particulier. Par opposition, les biens qui ne remplissent pas cette affectation sont du domaine privé de la personne publique. Du verbe aliéner qui signifie transmettre la propriété d’un bien, le vendre, le donner, le léguer ou encore le céder, l’inaliénabilité est la qualité juridique d’un bien qui ne peut valablement être l’objet d’une aliénation, soit par l’effet d’une interdiction légale soit en vertu de la volonté de l’homme ; elle peut être comprise comme une espèce d’intransmissibilité ou d’indisponibilité. Une personne privée peut disposer, dans le respect de la loi, comme elle le souhaite de la propriété de ses biens régis par le droit privé, biens pouvant donc être aliénés. Il n’en va pas de même quant aux biens des personnes publiques relevant du domaine public dont le statut juridique est soumis à de nombreuses règles particulières. La règle fondamentale de la domanialité publique est énoncée à l’article L. 3111-1 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques (CG3P), qui dispose que « les biens des personnes publiques (…) qui relèvent du domaine public sont inaliénables et imprescriptibles ». En effet, dans l’objectif de protéger ces biens contre d’éventuels abus inhérents aux règles encadrant la propriété privée, la jurisprudence, et plus récemment le législateur, sont intervenus afin d’encadrer strictement les règles de la domanialité publique. Le principe va être consacré pour la première fois de manière absolue par l’édit de Moulins de 1566 comme principe fondamental du royaume. La règle de l’inaliénabilité a désormais pour but principal de responsabiliser le souverain pour l'empêcher de dilapider les biens de la Couronne, source de revenus essentielle pour le royaume. Par la suite, lorsque la doctrine créera la notion de domaine public, elle réaffirmera le principe d’inaliénabilité, en disant que les biens sont affectés à l’intérêt général et que donc ils doivent être protégés. Ainsi, la doctrine établit dès la première moitié du XIXème siècle la distinction domaine public, domaine privé, pour pouvoir défendre l’inaliénabilité du domaine public. C’est Pardessus qui le premier se prononce en faveur de ce principe, puis Proudhon qui en affirme sa valeur, à travers son ouvrage Traite du domaine public (1833). L’idée majeure de la doctrine est de préserver par l’inaliénabilité l’affectation du bien à la disposition du public ou à un ou plusieurs services publics. Les biens du domaine privé des personnes publiques, au contraire, ne satisfont pas cette affectation et ne peuvent entrer dans le régime de l’inaliénabilité. La jurisprudence va tout de suite (CA Paris, 3 janvier 1846) former juridiquement le principe sur ces bases doctrinales. Par la suite, l’inaliénabilité du domaine public est affirmée au niveau législatif en 2 temps. D’abord pour l’Etat, avec la codification en 1976 du principe au sein du Code du domaine de l’Etat (article L. 52), puis pour les personnes publiques locales, avec la loi du 5 janvier 1988 d’amélioration de la décentralisation. La synthèse de la règle de l’inaliénabilité du domaine public est effectuée en 2006 avec l’adoption du Code général de la propriété des personnes publiques. L’article 3111-1 de ce Code (précité) se réfère cette fois-ci à une restriction claire des personnes publiques visées à l’article 1 : « l’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements et les établissements publics ». Une controverse existe aujourd’hui sur la valeur de la règle de l’inaliénabilité, qui aurait pu être de niveau constitutionnel. En effet, le Conseil constitutionnel, dans une décision du 21 juillet 1994, consacre une protection du droit de propriété des personnes publiques sur le fondement de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Toutefois, selon la doctrine, cette décision ne consacre pas l’inaliénabilité du domaine public, mais seulement la nécessité d’une dépossession équitable des biens des personnes publiques. La règle reste seulement de valeur législative.

Les plus consultés

  • Document: La clause exorbitante dans le contrat administratif, fiche de 6 pages issue d'une séance de TD de droit administratif: fiche d'arrêts liés + plan détaillé sur la notion + éléments de cours. Très complet Extrait: Le fait que l'administration passe un contrat n'en fait pas à lui seul un contrat administratif (tout contrat passé par...

    lundi 12 janvier 2009

    Fiche de 4 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Document: Droit des services publics, cours de 50 pages Extrait: Les SP sont très nombreux et chaque SP a son régime juridique qui lui est propre : la variété domine. Mais en dépit de cette dernière, tous les SP participent d'une idée initiale autrement dit d'un concept : il existe une notion de SP sachant que cette notion est parfois mise en...

    lundi 12 janvier 2009

    Fiche de 38 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Depuis la signature du 1er protocole additionnel (le Protocole) à la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales (dite CEDH) garantissant dans son article 1er le respect des biens des individus, la CEDH a rendu de nombreux arrêts tendant à définir cette notion de bien. C'est cette définition que la Cour...

    Claire

    mercredi 03 décembre 2014

    Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • En l'espèce, une association pour la protection de l'environnement du Lunellois a demandé, par un courrier du 11 décembre 1997, au président d'un syndicat mixte de saisir le juge administratif afin de faire déclarer nulle une convention de délégation de service publique pour la construction et l'exploitation d'une usine d'incinération de...

    ANNIE

    vendredi 12 octobre 2012

    Commentaire d'arrêt de 5 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Cette notion apparaît dans la jurisprudence et la doctrine à la fin du XIXe siècle. Avec l'arrêt Blanco 1873, les doyen Duguit et (école Toulouse et Bordeaux) mettent en avant la notion de service public constitué par 3 éléments : la présence d'une personne publique : critère organique. Une mission d'intérêt général et mise en oeuvre du droit A....

    Linsay

    dimanche 06 octobre 2019

    Cours de 33 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • L'objectif numéro 1 de la juridiction saisie est de toujours dire le droit. En l'état actuel de l'organisation judiciaire française, le constat qui peut être tiré est celui d'une grande diversité des juridictions, celles-ci sont nombreuses. Première distinction qui s'impose : celle qui procède de la distinction déjà invoquée : ordre judiciaire...

    Camille

    jeudi 12 septembre 2019

    Cours de 32 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • "Police" vient du grec "Polis" (cité), il a pu être équivalent de civilisation (une société policée) ou bien synonyme de toute intervention publique. Ainsi, au XVIIIe siècle, la police vise aussi bien le gouvernement que l'administration, l'organisation financière, la justice. Aujourd'hui, le mot est polysémique. Le langage commun fait...

    Tom

    mardi 30 juillet 2019

    Fiche de 31 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Exportations hors Union européenne, exonérées de TVA française plus de prestations de services liés à ces exportations (article 262 I du CGI). Droit à déduction maintenu même s'il y a exonération (article 271 V d du CGI) : crédit de TVA avec un droit au remboursement tous les mois. Possibilité d'achats en franchise de taxes des biens destinés à...

    Agathe

    samedi 20 juillet 2019

    Cours de 3 pages - Droit administratif

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok