Jules Laforgue, "Veillée d'avril" : analyse

Jules Laforgue, Veillée d'avril : analyse

Résumé du document

Analyse niveau Lycée du poème de Jules Laforgue, "Veillée d'avril", tiré du recueil Premiers poèmes. L'étude porte sur les procédés d'écriture et leur importance dans l'organisation du poème.

Sommaire

I) Genre, registres, énonciation
II) Plan du texte
III) Le narrateur : que savons-nous de lui ?
IV) Les métaphores
V) Les autres figures de style
VI) Les allitérations
VII) Les réseaux lexicaux : aujourd'hui / autrefois ; l'ouïe
VIII) Les oppositions

Informations sur la fiche

Alain
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 18/05/2009
  • Langue : français
  • Consulté : 8 fois
  • Format : .pdf

Extraits

[...] Mais en même temps il s'agit du bruit, louche à cette heure, d'un vieux fiacre défraîchi : s'agit-il d'un trafic, d'un crime, d'un adultère ? Le poète se sent comme ce fiacre, vieux et impur. Allitérations Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves v Les sons disposés régulièrement, donnent au vers son harmonie et sa régularité. vert et rêves forment une symétrie miroir” intéressante : ϵ / ϵ qui encadre ce jardin fleuri et rassurant. Les de “cueille” et de côte à côte, ajoutent à cette harmonie. [...]


[...] Opposition entre le souvenir d'un air de musique entraînant (qui se lève “dans le silence”), et le bruit bien réel et suspect d'un fiacre dans la rue déserte. Opposition entre (v. et (v. 14) : ce fiacre est senti par l'auteur comme une image de lui-même, de ce qu'il est devenu. Opposition entre les connotations de dans le titre (printemps, renouveau, bonheur) et les sentiments négatifs vécus par l'auteur. Opposition entre “croyant encor” ayant la foi chrétienne) et “perdu dans le pourquoi des choses de la terre” cherchant du sens à ma vie). [...]


[...] Il semble indiquer qu'il perd son temps et ses efforts à chercher des jolies rimes, juste pour fuir ses vieux remords Je fouille ma vie v : Le poète compare sa vie passée à quelque chose qu'on fouille (une vieille malle ? une armoire qui est rempli de fouillis. Cette image est péjorative. Ma vie défleurie v. 9-10 : la vie du poète est aussi comparée à un jardin définitivement défleuri : comme ce jardin, sa vie a perdu ses fleurs d'innocence et d'amour Cette métaphore fait écho au vert jardin des rêves v où chacun peut cueillir sa fleur. Seul le poète est devenu inculte et désert Autres figures de style Ô menuet v : apostrophe. [...]


[...] heures brèves Où j'étais simple et pur, et doux, croyant encor v innocence amour v Aujourd'hui : vieux remords v ; Je tords mon cœur v ; Et je fouille ma vie . défleurie v. 9-10. Les termes positifs, mélioratifs d'autrefois s'opposent aux termes négatifs, péjoratifs, dépréciatifs d'aujourd'hui. Le poète a conscience d'avoir gâché sa vie. L'ouïe un accord v ; sans bruit v ; ô menuet v écoutant v ; roulement v Le bruit décevant (et suspect) du fiacre vient remplacer la petite musique gaie du souvenir. Les oppositions Elles sont très nombreuses. [...]


[...] Plan Du v au v le poète décrit son labeur poétique nocturne. V. 1-2 : / dort. V. 3-4 : V à 8 : Le souvenir du menuet. Rupture marquée par voilà que”. V à 14 : La méditation du poète. Il ressasse ses regrets. V : le bruit du fiacre a remplacé l'air du menuet. Le narrateur : que savons-nous de lui ? Nous savons de lui que c'est un vieil homme, ou du moins un homme d'âge mûr (il pense avoir raté sa vie). [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok