Voltaire, "Ingénu" : Analyse de la fin du chapitre 20

Voltaire, Ingénu : Analyse de la fin du chapitre 20

Résumé du document

Analyse de la fin du chapitre 20 de l'Ingénu.

Sommaire

I) Voltaire (ce qu'il faut présenter d'important, de façon brève lors d'un oral)
II) Situation du passage analysé
III) Hypothèse, axe de lecture de ce passage
IV) Division pourquoi ? Comment ?
V) Analyse de la première partie
VI) Analyse de la deuxième partie
VII) Analyse de la troisième partie
VIII) Conclusion avec ouverture

Informations sur le commentaire de texte

Valentine
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 02/06/2008
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 03/04/2015
  • Consulté : 24 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Voltaire L'Ingénu Analyse chapitre XX , page 380 Il descend de carrosse jusqu'à la fin. Voltaire, de son vrai nom François-Marie Arouet, est un écrivain français du XVIII e siècle (siècle des lumières, présence importante de l'empirisme ainsi que du savoir). Il est le dernier des écrivains heureux. Voltaire détestait les religions révélées et les critiquaient beaucoup dans ses œuvres. Il a débuté par écrire des tragédies puis des contes philosophiques (nom donné après sa mort). Ses œuvres sont imprégnées de la philosophie empirique, notamment celles de Locke et Hume. [...]


[...] Pouange n'était point né méchant (renvoi à l'optimisme de Leinbniz). On peut faire une référence à l'article Tolérance du dictionnaire philosophique. Ma deuxième partie est celle dans laquelle St. Pouange fait ses excuses à l'Ingénu. Présence de discours direct : ligne 21-22-23-24 / 27-28 j'ai fait votre malheur Habituellement présence d'un narrateur omniscient dans le livre. St. Pouange est presque autant attendrit pas l'Ingénu (ligne 22) que par l'innocente victime (hyperbole). C'est pour cela que j'éprouve de forts doutes au sujet de la sincérité de St. [...]


[...] Deux morales contradictoires apparaissent à la fin du conte. La première est celle de Gordon malheur est bon à quelque chose ligne 22. Optimisme de Leibniz, le malheur est bon à quelque chose, on apprend de ces erreurs. Cette morale est celle de Gordon sa devise ligne 22, on ne peut l'attribuer à Voltaire. La deuxième est le total opposé, malheur n'est bon à rien ligne 24. Le malheur ne sert à rien, on peut très bien vivre sans. Version moins pessimiste, ces deux morales sont opposées dans tous les sens du terme. [...]


[...] Ma troisième partie est d'après moi la plus importante de mon passage. En effet, celle-ci joue le rôle d'excipit, bilan en ce qui concerne la morale du conte philosophique, et celui des personnages. Tous les protagonistes sont présents dans la troisième partie. Avant la partie récapitulative, il est dit que l'Ingénu était à la fois un guerrier et un philosophe intrépide Cela est la morale de l'action. Une philosophe normalement se cachent lors de combats, or ici, l'Ingénu est les deux. [...]


[...] C'est pour cela que le fait de recevoir de la nourriture m'a interpellé. De plus il a reçu deux livres Méditations du révérend père Croiset et La Fleur des saints, lignes D'après les titres, ces deux ouvrages semblent être pieux. Il lui offre cela comme s'il devait encore apprendre de ces livres. Pour moi, avec le père Tout-à- tous, Voltaire critique la religion et la crédibilité des gens d'Eglise. Ouverture : est-ce un hasard que le coupable, St. Pouange donne des moyens à l'Ingénu afin de se faire pardonner et que ce sont les méchants, ceux qui ont poussés St. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok