Explication linéaire du chapitre 39 du livre I des Essais de Montaigne

Explication linéaire du chapitre 39 du livre I des Essais de Montaigne

Résumé du document

Le chapitre XXXIX du livre I des Essais, intitulé « De la solitude », est consacré au traitement du thème classique de la vie solitaire. Le titre de ce chapitre fait référence à l'otium antique, temps de loisir studieux, retiré, voué à la lecture et l'écriture. Néanmoins, il n'est pas sans évoquer la retraite de Montaigne, qui a quitté le Parlement de Bordeaux pour s'adonner, dans son cabinet de travail, à la vie littéraire, au « commerce des Muses ». Fortement marqué par la philosophie stoïcienne de Sénèque, Montaigne s'intéresse aux modalités de la solitude et à ses bienfaits. Ce qui est frappant dans cet extrait est l'examen de la notion de la solitude selon une double acception du terme : la solitude correspond à la fois à un lieu retiré (« l'arrière-boutique ») et à une expérience intérieure, à une introspection. La solitude, dans son ensemble (retraite - activité intérieure), permettrait alors de réaliser un exercice de jugement et d'accéder à la vertu.

Sommaire

  1. De la définition de la solitude
    1. La formulation d'une maxime et d'un art de vivre - la solitude comme lieu isolé
    2. Expliciter les ressorts de la solitude - la solitude comme activité singulière
    3. Les contraintes de la solitude
    4. Transition
  2. Nature et pouvoirs de l'âme humaine ; des bienfaits de l'introspection
    1. La formulation de la nature de l'âme humaine
    2. La convocation de la citation de Tibulle
    3. La convocation de la référence à Antisthène
    4. Transition
  3. Étoffer et illustrer la thèse : de la mise en place d'une casuistique
    1. Première étude de cas - l'image de l'assaillant
    2. Deuxième étude de cas - l'image de l'assiégé
    3. Troisième étude de cas - l'image du savant ridicule

Informations sur le commentaire de texte

Victor
  • Nombre de pages : 5 pages
  • Publié le : 31/08/2011
  • Langue : français
  • Consulté : 15 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Ø Étude de l'argumentation mise en place : Comment la structure logique et très serrée du passage permet-elle de livrer une forme d'art de vivre, d'apologie de la solitude ? Ø Question de la portée symbolique de ce passage : Peut-on et doit-on lire dans ce développement des bienfaits de l'activité intérieure une mise en abyme de l'expérience des Essais ? Curieusement, cette réflexion sur la solitude se trouve dans la deuxième moitié du livre alors qu'elle semble livrer une explicitation de l'expérience mise en œuvre par Montaigne. En ce sens, ce passage pourrait constituer une sorte de seuil dans l'œuvre, en développant ses ressorts. [...]


[...] Montaigne, Essais, Chapitre XXXIX De la solitude p 445-446 Il se faut réserver une arrière-boutique la vraie orthographe d'un mot latin Amorce - Présentation de l'extrait : Le chapitre XXXIX du livre I des Essais, intitulé De la solitude est consacré au traitement du thème classique de la vie solitaire. Le titre de ce chapitre fait référence à l'otium antique, temps de loisir studieux, retiré, voué à la lecture et l'écriture. Néanmoins, il n'est pas sans évoquer la retraite de Montaigne, qui a quitté le Parlement de Bordeaux pour s'adonner, dans son cabinet de travail, à la vie littéraire, au commerce des Muses Fortement marqué par la philosophie stoïcienne de Sénèque, Montaigne s'intéresse aux modalités de la solitude et à ses bienfaits. [...]


[...] Ø Transition : Ainsi, le cœur de notre extrait consiste en un développement à propos des capacités de l'âme humaine à entrer en elle-même pour débattre. La solitude est alors présentée comme une activité bénéfique en quête de la vertu. Troisième partie : Étoffer et illustrer la thèse : de la mise en place d'une casuistique Ø Première étude de cas l'image de l'assaillant : Montaigne s'emploie à multiplier certains exemples pour démontrer les bienfaits de la solitude. Curieusement, ce sont des exemples négatifs, c'est-à-dire qu'ils n'illustrent pas directement les bénéfices de la solitude, mais les dérives qu'entraine le manque d'introspection. [...]


[...] Elle est introduite dans le prolongement du développement de la nature de l'âme humaine. La proximité de la multitude turba : la foule) et l'unité tibi : toi-même, personne qui unit la diversité) traduit le principe d'introspection, le fait d'intérioriser la multitude pour débattre. On peut lire dans cette citation une formulation de l'entreprise même des Essais : il s'agit pour Montaigne de faire des Essais une grande discussion intérieure qui se nourrit d'une multitude de discours pour mieux débattre, exercer son jugement et se connaître soi-même. [...]


[...] Ensuite, est mise en évidence la possibilité qu'a l'âme à se faire compagnie c'est-à-dire à être auprès de l'homme et à susciter le débat interne. Enfin, si l'âme peut intérioriser, susciter le débat, elle peut aussi opposer, argumenter et susciter le jugement ; la nature de l'âme humaine repose sur son pouvoir de débattre. Cela est montré par l'utilisation, dans le texte, d'un rythme binaire assaillir défendre et recevoir donner L'âme humaine est donc caractérisée par son art de la dialectique et de trouver en elle-même certaines réponses par le débat ; on peut voir ici l'influence du dialogue socratique. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok