Le Colonel Chabert - Honoré de Balzac (1835)

Le Colonel Chabert - Honoré de Balzac (1835)

Résumé du document

Honoré de Blazac, écrivain français, publie le Colonel Chabert en 1835. Ce roman raconte un drame social et historique dont le héros est la victime. Il est un véritable mort vivant et ne parviendra pas à s'intégrer dans la société. Ce roman aborde les thèmes romanesque et romantique de l'exclusion et du destin brisé. Dans un premier temps, je parlerai de la dimension fantastique de cet extrait et enfin je montrerai l'effet réel du procédé de l'énonciation.

Sommaire

I. Dimension fantastique
II. Procédé d'énonciation, l'effet réel

Informations sur le commentaire de texte

justine
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 18/06/2019
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 18/06/2019
  • Consulté : 0 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Le Colonel Chabert, Honoré de Balzac Introduction : Honoré de Blazac, écrivain français, publie le Colonel Chabert en 1835. Ce roman raconte un drame social et historique dont le héro est la victime. Il est un véritable mort vivant et ne parviendra pas à s'intégrer dans la société. Ce roman aborde les thèmes romanesque et romantique de l'exclusion et du destin brisé. Dans un premier temps, je parlerai de la dimension fantastique de cet extrait et enfin je montrerai l'effet réel du procédé de l'énonciation. [...]


[...] La narrateur donne l'impression qu'il pourrait décrire d'avantage les évènements que l'on remarque grâce à une figure de prétérition « je ne vous donnerais pas une idée enn vous entretenant jusqu'à demain » (l.2). Conclusion Balzac fait d'Eylau un mythe littéraire c'est l'une des batailles les plus meurtrières. Il y a un équilibre entre réalisme et veine fantastique qui inspirera d'autre romancier évoquant eux aussi des morts vivants. Le Colonel Chabert est un héro déchu mais aussi un personnage de tragédie. [...]


[...] On remarque que le mourant possède une énergie et une lucidité mystérieuse. Il y a une contradiction irrationnelle entre la semi- conscience et l'action, il lutte pour sa survie. Sa lucidité est exacerbée « je compris » « je reconnus » (l.15) et « je pus » (l.16). Il a une force inexplicable « le bras d'un Hercule » (l.22), cela tient presque à une résurrection. II/ Procédé d'énonciation, l'effet réel C'est un récit dialogique, il y a un narrateur « je » (l.1) et un interlocuteur « monsieur » (l.30). [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok