Bel-Ami - Guy de Maupassant (1885) : la transformation du personnage principal

Bel-Ami - Guy de Maupassant (1885) : la transformation du personnage principal

Résumé du document

Ce texte est un extrait de Bel-Ami de Maupassant publié en 1885, où le héros cherche la gloire et la richesse. Cet extrait se situe au moment où Du Roy cherche à faire avouer à Madelaine qu'elle a trompé son défunt mari, Forestier. On peut diviser ce texte en 2 parties, la première, où Georges est très nerveux, puis la deuxième où il devient rêveur et calme, assisatnt depuis sa voiture au spectacle de Paris. On cherchera à montrer la transformation du personnage principal.

Sommaire

I. Un monologue intérieur
A. Une incohérence de pensées
B. Les sentiments de Madelaine

II. Un personnage rêveur et calme
A. Une accumulation d'adjectifs
B. La personnification de l'Arc de Triomphe

Informations sur le commentaire de texte

Bastien
  • Nombre de pages : 1 pages
  • Publié le : 15/03/2020
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 15/03/2020
  • Consulté : 0 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Cependant, après la première phrase de Madelaine, Georges a une réponse cynique, montrant le changement qui a été opéré en lui depuis cette balade, puisque les « imbéciles qui s'embrassent » ont « autre chose à faire dans l'existence ». Cette promenade entre amoureux est la fin d'un amour. Madeleine est la première victime de ce qui devient pour Georges Du Roy un principe de vie et une règle d'action. C'est aussi une scène déterminante dans l'évolution de Du Roy. Il vient d'exprimer consciemment les principes qu'il est censé appliquer pour le conduire au succès. [...]


[...] Cet épuisement donne l'impression que Du Roy pourrait vaincre Paris, et on peut le relier à la célèbre phrase d'Eugène Rastignac « A nous deux, Paris ». L'égoïsme absolu est la règle que s'inflige Du Roy pour réussir. La personnification de l'Arc de Triomphe est accentuée par les ombres de la nuit, les « deux jambes monstrueuses » représentant les ombres portées par le coucher de Soleil. Il est ainsi « un géant », symbole de puissance, que Du Roy cherche à conquérir. Le mouvement semble s'arrêter, laissant une impression de pérennité du couple, puisqu'il est « éternel ». [...]


[...] Il s'identifie à Forestier, dans la tromperie. On assiste de nouveau à deux monologues intérieurs de Du Roy, pensant voir clair dans les sentiments de Madelaine et en arrive à la conclusion qu'il faut se servir des gens, comme le disait à Rastignac la vicomtesse de Bauséant. Ses sentiments de "mépris et de dégoût" lui inspireraient volontiers des paroles. Mais il est capable de se taire, illustrant ainsi la maxime qu'il énonce : "Il faut être au-dessus de tout". Puis la voiture « passa les fortifications » de Paris puisque le jeune couple rentre du bois de Boulogne et se retrouve dans Paris intra-muros. [...]


[...] On cherchera a montrer la transformation du personnage principal I. Un monologue intérieur L'extrait commence par un monologue intérieur lancé du personnage principal, lancé par une phrase au style indirect libre "Comme elle avait dit cela d'une étrange façon " passant très vite d'une question "Est-ce un aveu à une "presque certitude", qui débouche sur une scène imaginée : "Il avait envie de la battre, de l'étrangler, de lui arracher les cheveux". Le dernier infinitif rompt la progression, et souligne l'incohérence des pensées de Du Roy. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok