Pimido

Bergson, "Les deux sources de la morale et de la religion", Chapitre IV : explication de texte

Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, Chapitre IV : explication de texte
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

IntroductionI) L'invention mécanique est un don naturel...II) Sans doute a-t-elle été limitée...III) Mais même si le progrès inventif est plus rapide avec la science, l'IM en reste indépendantIV) DiscussionConclusion

Dans ce texte extrait de Les deux sources de la morale et de la religion, chap. IV (remarques finales), Bergson aborde le thème de l'esprit d'invention mécanique. L'auteur semble, en effet, s'intéresser ici au rôle de la science moderne dans l'élaboration des inventions mécaniques par l'homme. Pour Bergson, il semblerait que l'invention mécanique soit un don naturel qui, bien que limité dans sa progression tant qu'on s'est borné à utiliser des énergies "visibles", ne dépend pas de la science car, bien qu'avec celle-ci sa progression soit rapide, il peut à tout moment s'en séparer car il est distinct et indépendant.

Mais en quoi, précisément, est-ce que la science moderne pose problème dans la dépendance ou l'indépendance de l'esprit d'invention mécanique face à celle-ci ? Pourquoi, selon le philosophe, l'esprit d'invention mécanique ne dépend-t-il pas de la science moderne ? Pourquoi et comment peut-il se distinguer, en prenant en compte l'interaction qu'exercent l'un sur l'autre l'esprit d'invention mécanique et la science moderne ?

C'est donc ce que nous tenterons de voir tout au long de cette explication. En nous intéressant dans un premier temps à, ce qui fait que pour l'auteur, l'esprit d'invention mécanique est un don naturel, puis à ce qui fait qu'il a pu être limité sans pour autant être dépendant de la science moderne. Et enfin nous tenterons de comprendre comment l'esprit d'invention mécanique peut se mêler à la science moderne sans pour autant perdre son essence, son indépendance.

La position de l'auteur est annoncée dès le début du texte : l'esprit d'invention mécanique, en tant que faculté humaine à créer des machines, est un don naturel qui ne dépend pas de la science. Et Bergson appuie sa thèse de l'indépendance de l'esprit d'invention mécanique à l'aide d'une addition d'arguments basés sur des faits et des exemples qui visent à nous convaincre de la force de ses propos. Ainsi, il avance d'abord que "l'homme a toujours inventé des machines, [même] que l'antiquité en avait connu de remarquables" ce qui semble être un propos de nature empirique puisque l'on suppose vraiment que l'homme a inventé des machines depuis la nuit des temps, depuis toujours. Puis il ajoute que "des dispositifs ingénieux furent imaginés bien avant l'éclosion de la science moderne, et ensuite, très souvent, indépendamment d'elle", ainsi il appuie vraiment sur l'indépendance de l'esprit d'invention mécanique par rapport à la science moderne (...)

Les plus consultés

  • Cours de culture générale pour les étudiants préparant les concours des grandes écoles ou les concours administratifs de catégorie A

    FLORIAN

    lundi 25 avril 2011

    Fiche de 176 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (3)
  • Document: Fiche de lecture de français: Le Cid (1 page) Extrait: L'infante, qui aime Rodrigue, ne peut se résoudre à le lui faire savoir : elle appartient à l'ordre monarchique tandis qu'il appartient à la noblesse. Elle le pousse donc vers Chimène. Rodrigue, fils de don Diègue, et Chimène, fille de don Gomez, sont donc sur le point de se...

    mardi 19 janvier 2010

    Cours de 2 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Dissertation de culture général sur le thème des Anciens et des Modernes, sur l'héritage des anciens et ses effets sur l'action des Modernes. Extrait - Introduction: La représentation théâtrale d'Hernani provoqua au XIXème siècle une violente polémique, Victor Hugo rompant avec les règles d'unité de temps, de lieu et d'action chères au théâtre...

    Stéphanie

    samedi 05 mars 2011

    Dissertation de 5 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Introduction à la Philosophie d'Emmanuel Kant. Analyse des 3 grandes oeuvres d'Emmanuel Kant : les trois Critiques. La Critique de la Raison Pure aborde le problème de la connaissance et de ce que l'on peut connaître, la seconde aborde le problème du bien et du mal, de la morale. La troisième critique, la Critique de la Faculté de Juger,...

    Antoine

    mercredi 09 février 2011

    Fiche de 13 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • On peut s'intéresser au sketch de Pierre Dac et Francis Blanche : Le Parti d'en rire. Il y a une reprise du Boléro de Ravel (musique qui peut paraître très mécanique). Ce sketch joue sur l'idée que le rire pourrait avoir un sens plus fort : un pouvoir politique. Le pouvoir du rire serait le pouvoir suprême. Un des traits du gaullisme est ainsi...

    Lisa

    mercredi 31 juillet 2019

    Cours de 6 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Dans l'Annonciation de Botticelli, l'archange Gabriel vient annoncer à la Vierge Marie qu'elle a été choisie pour donner naissance au fils du Christ. La représentation est centrée sur la réaction de Marie. Elle a un mouvement de recul et pourtant elle accepte d'y croire, ce qui donne d'autant plus de valeur à son acte de foi. Il y a ici une...

    Lisa

    mercredi 31 juillet 2019

    Dissertation de 5 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Selon Hannah Arendt, l'être humain connaît trois dimensions dans lesquelles il manifeste sa dimension humaine. Tout d'abord le travail : homo faber (homme capable de fabriquer des outils lui permettant de survivre). Pour Arendt, l'Homme est capable de transformer la nature et son cycle, mais il reste dépendant de la nature (ex. : rizières en...

    Lisa

    mercredi 31 juillet 2019

    Cours de 16 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Les stoïciens distinguent ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas. Dans le premier cas, certaines choses sont libres, dans le second, elles sont immuables. Si on essaie de modifier les secondes, on est affligé, troublé. En acceptant l'immuabilité, personne ne te fera de mal, tu n'auras point d'ennemis (relation à autrui).

    Mathias

    lundi 29 juillet 2019

    Commentaire de texte de 1 pages - Philosophie

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok