Histoire des Idées Politiques jusqu'à 1789

Histoire des Idées Politiques jusqu'à 1789

Résumé du document

Document: Cours de 100 pages d'histoire des idées politiques jusqu'à 1789 Extrait: Les Grecs ont conscience de former une collectivité, d'appartenir à un ensemble qui les oppose au monde extérieur ; celui des barbares. Ce sentiment remonte en fait aux guerres médiques (499-449 AV JC) où tous les grecs se sont unis face aux perses réussissant ainsi à les repousser en dehors de la mer Egée.

Informations sur la fiche

Lionel
  • Nombre de pages : 78 pages
  • Publié le : 10/01/2009
  • Langue : français
  • Consulté : 12 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Avec la victoire d'Oxium, Octave va régner en qualité d'Auguste et établir l'Empire. En fait, en droit, on garde les anciennes formes. L'empereur est l'empereur de la République Romaine et toutes les formes anciennes de la république sont conservées sous l'Empire. Il en résulte que n'est prévu aucun système officiel de succession au trône. En théorie, c'est le peuple qui désigne l'empereur. En pratique, l'accès au trône se fait par coups d'Etat. Les romains ont toujours méprisé les grecs et la pensée grecque. [...]


[...] Pour Bossuet, Dieu est le Roi des Rois. Les Rois ne sont que les ministres de Dieu sur terre. Livre 1er : "Des principes de la société parmi les hommes" L'homme est social car Dieu a fait les hommes pour s'aimer mutuellement mais ces hommes sont animé de passions. D'où la nécessité de maintenir la paix sociale. Bossuet développe le concept de contrat social : la loi est obligatoire en raison de la volonté de Dieu, il n'y donc pas forcément nécessité d'un contrat. [...]


[...] Il existe donc un droit naturel issue de l'ordre naturel. Ces deux éléments peuvent varier en fonction des circonstances. Ce droit naturel doit cependant être complété par un droit positif. En effet, les règles naturelles ne sont pas toujours très précises et peuvent de ce fait donner lieu à des controverses. Ce droit positif est décidé volontairement par les membres de la société et est essentiellement pour Aristote une affaire de prudence. D'où l'expression moderne de "jurisprudence". Ces règles de droit positif n'ont qu'une valeur tout à fait relative car celui qui les adopte peut choisir des règles qui s'écartent du droit naturel. [...]


[...] Le conflit va s'apaiser un moment pour resurgir plus tard. Le Roi prétend alors faire passer un prêtre en jugement ignorant les tribunaux ecclésiastiques. Le pape s'insurge et fait jouer ses théoriciens, ressortant la théorie des deux glaives. Face à la menace d'un concile se destinant à le déposer, Philippe le Bel convoque en 1302 les Etats Généraux. Le chancelier du Roi y conteste les prétentions pontificales et soutient que le Roi tient son pouvoir de Dieu et non du Pape. [...]


[...] Aussi, préconise t-il l'établissement de lois maintenant une stricte égalité des richesses entre les citoyens. Mably admet le maintient des ordres (Clergé, Tiers-État, Noblesse) à condition de limiter la richesse de chacun de ces ordres Il préconise un système représentatif pour le pouvoir exécutif comme législatif. Même si le peuple a le droit de faire la loi, il ne peut exercer ce pouvoir lui-même car il est susceptible d'être influencé par des démagogues et risque ainsi de se doter d'un tyran. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok