Analyse de l'article « L'usage de l'entretien en sciences sociales, plaidoyer pour l'entretien ethnographique » de Stéphane Beaud

Analyse de l'article « L'usage de l'entretien en sciences sociales, plaidoyer pour l'entretien ethnographique » de Stéphane Beaud

Résumé du document

La sociologie, l'ethnologie ou encore la science politique sont des disciplines s'étant depuis leur fondement basées dans la publication de leurs études sur des données dites empiriques. Cette démarche qui se veut la plus rationnelle et la plus fiable possible, pour ne pas dire « scientifique », s'est donc progressivement tournée vers un travail de terrain, devenant le socle même de toute étude. La question des traditions disciplinaires est ici importante, chacune a su s'approprier et réinterpréter la méthodologie de l'entretien. Par terrain, nous pouvons sous-entendre diverses approches dont deux prépondérantes : les sondages et questionnaires d'une part correspondant à une méthode quantitative et les entretiens d'autre part, correspondant à une méthode qualitative. Stéphane Beaud, maître de conférences en sociologie à l'université de Nantes, chercheur au CNRS et docteur en sociologie de l'EHESS se penche dans l'article « L'usage de l'entretien en Sciences Sociales, plaidoyer pour l'entretien ethnographique » sur cette dichotomie réalisée historiquement entre ces deux concepts.

Sommaire

  1. Le délaissement historique de l'entretien dans différentes disciplines
  2. Renouveler l'image dépassée de la méthode qualitative en sciences sociales

Informations sur le commentaire de texte

Marjorie
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 17/09/2008
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 15/04/2015
  • Consulté : 74 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Une des phases les plus importantes à une bonne réussite reste l'aval de l'entretien, la reprise écrite. Cette retranscription, qui devra être intégrale, est essentielle dans l'analyse du chercheur. Celui-ci devra comprendre les silences, les hésitations, les sourires, les non-dits ou les mots employés. L'auteur écrit ainsi On peut donc considérer qu'un entretien est aussi intéressant par ce qu'il dit que par ce qu'il cache ou dit à demi-mot Pour conclure, nous pouvons dire que Stéphane Beaux tente ici de réhabiliter une approche ethnographique de l'entretien, marginalisée historiquement par l'entretien dit quantitatif privilégié par les sociologues. [...]


[...] Analyse de l'article L'usage de l'entretien en Sciences Sociales, plaidoyer pour l'entretien ethnographique de Stéphane Beaud La sociologie, l'ethnologie ou encore la science politique sont des disciplines s'étant depuis leur fondement basées dans la publication de leurs études sur des données dites empiriques. Cette démarche qui se veut la plus rationnelle et la plus fiable possible, pour ne pas dire scientifique s'est donc progressivement tournée vers un travail de terrain, devenant le socle même de toute étude. La question des traditions disciplinaires est ici importante, chacune a su s'approprier et réinterpréter la méthodologie de l'entretien. [...]


[...] Dans un premier temps : la domination du modèle du survey research. Dans les premières évolutions de ces disciplines, les chercheurs portaient assez peu d'intérêt à la méthodologie. Cette question est apparue bien plus tard. L'importation du survey research donna lieu a un certain nombre de débats, de discussions quant aux problèmes techniques du terrain. On parla enfin de l'échantillonnage, des variables, des statistiques. Cette vision méthodologique devint très rapidement hégémonique et marginalisa quelque peu la méthode qualitative développée en ethnologie. [...]


[...] Cette vision apporterait une qualité supérieure, une recherche en profondeur. Les thèmes abordés ne sont pas limités laissant à l'enquêteur la possibilité d'aborder de nouvelles questions auxquelles il n'avait pas songé. L'auteur reconnaît cependant certaines limites à cette méthode, la plus importante étant la rapidité actuelle des publications nécessitant des résultats immédiats. Un empressement en opposition directe avec la méthode lente et réfléchie de l'entretien ethnographique apportant pourtant, rappelons-le, un travail beaucoup plus rentable sur le long terme. Bibliographie BEAUD Stéphane, L'usage de l'entretien en sciences sociales. [...]


[...] L'entretien ethnographique se situerait quant à lui en totale opposition à la méthode sociologique quantitative. L'auteur parle d' assumer le caractère non représentatif de l'entretien La démarche se veut plus poussée, plus approfondie pour un travail de qualité supérieure. La richesse de l'entretien ethnographique serait alors justement de s'éloigner de cette idée quantitative pour une qualité et un rendu autre. Pour que cette méthode s'épanouisse au mieux, l'auteur met l'accent sur diverses caractéristiques, diverses conditions spécifiques au bon déroulement d'un entretien. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok