Bernard Lahire, L'Homme pluriel, les ressorts de l'action ; première partie, chapitre 3 : «Analogie et transfert»

Bernard Lahire, L'Homme pluriel, les ressorts de l'action ; première partie, chapitre 3 : «Analogie et transfert»

Résumé du document

La capacité à trouver une ressemblance entre la situation et des situations antérieures permet à l'acteur de mobiliser ses compétences. Cette capacité n'est pas intentionnelle. Pour Halbwachs l'oubli correspond à la disparition des cadres sociaux de la mémoire. En fait, plus rien ne permet de mobiliser le souvenir, les éléments déclencheurs ont disparu. Cependant, par l'analogie pratique, l'acteur est en mesure de mobiliser des compétences qui relèvent d'expériences passées et se constituent donc comme des souvenirs. Le passé est alors «agi ou rejoué plutôt qu'il n'est représenté ou remémoré.»

Sommaire

  1. L'analogie pratique et les déclencheurs de l'action et de la mémoire
  2. L'action et la mémoire involontaire
  3. Le rôle des habitudes
  4. Du transfert analytique à la relation d'entretien
  5. Une transférabilité relative
  6. Des schèmes généraux aux schèmes partiels
  7. Du régime de transfert généralisé au régime de transfert limité et conditionnel

Informations sur le commentaire de texte

Laurent
  • Nombre de pages : 1 pages
  • Publié le : 27/08/2009
  • Langue : français
  • Consulté : 7 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Des schèmes généraux aux schèmes partiels Plus un schème d'action rencontre des situations où il peut être mobilisé, plus il apparaît comme général. Mais sa généralité est largement culturelle. Un schème d'action doit toujours être considéré comme un schème partiel mobilisé dans un cadre précis. Du régime de transfert généralisé au régime de transfert limité et conditionnel Faire comme si tout schème était généralisable est donc impossible. La théorie des habitus de Bourdieu est ainsi mise à mal. Tout transfert d'un schème d'action est fatalement limité, partiel et conditionné par le contexte social. [...]


[...] Cette volonté est motivée par le fait que sociologie et psychologie ne sont plus des champs tout à fait distincts. Ainsi, pour notre auteur, le concept d'habitude permet de mettre en avant le caractère intentionnel de l'action (contrairement à la notion d'habitus développée par Bourdieu ou à celle de routine développée par certains interactionnistes). Pour lui, l'habitude peut être une habitude de pensée théorique, une habitude de réflexivité, de planification, de conceptualisation L'habitude est liée à un passé socialisateur, passé qui lui a permis de se constituer comme habitude. [...]


[...] Fiche de lecture : Bernard Lahire, L'Homme pluriel, les ressorts de l'action; première partie, chapitre «Analogie et transfert» L'analogie pratique et les déclencheurs de l'action et de la mémoire La capacité à trouver une ressemblance entre la situation et des situations antérieures permet à l'acteur de mobiliser ses compétences. Cette capacité n'est pas intentionnelle. L'action et la mémoire involontaire Pour Halbwachs l'oubli correspond à la disparition des cadres sociaux de la mémoire. En fait, plus rien ne permet de mobiliser le souvenir, les éléments déclencheurs ont disparu. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok