Les Liaisons dangereuses, lettre 81 - Pierre Choderlos de Laclos (1782)

Les Liaisons dangereuses, lettre 81 - Pierre Choderlos de Laclos (1782)

Résumé du document

En premier lieu, selon la marquise de Merteuil, il existe une grande inégalité entre les hommes et les femmes, particulièrement pour ce qui est des relations amoureuses. En effet, en matière de séduction, l'homme possède davantage de liberté. Eux seuls ont le pouvoir de continuer ou de mettre fin à une relation : "ces liens réciproquement donnés et reçus…vous seuls, pouvez, à votre choix, les resserrer ou les rompre" (l. 30).

Sommaire

I. Une inégalité hommes-femmes
A. Relations amoureuses
B. Séduction

II. Un jeu inégal
A. Une marquise supérieure
B. Ses conquêtes

Informations sur le commentaire de texte

Kenza
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 08/11/2019
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 08/11/2019
  • Consulté : 0 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] En effet, elle s'est pratiquée dès son plus jeune âge à « régler [ ] les divers mouvements de figure » (l. 76-77), s'exerçant ainsi à ne pas laisser paraître ses vrais sentiments. Elle utilise d'ailleurs une métaphore théâtrale qui démontre ses acquis de comédienne : « Alors je commençais à déployer sur le grand théâtre, les talents que je m'étais donnés. » (l.182). Elle transforme donc sa propre vie en une comédie afin de pouvoir manipuler les gens à sa guise. [...]


[...] Analyse de la lettre 81 – Liaisons dangereuses En premier lieu, selon la marquise de Merteuil, il existe une grande inégalité entre les hommes et les femmes, particulièrement pour ce qui est des relations amoureuses. En effet, en matière de séduction, l'homme possède davantage de liberté. Eux seuls ont le pouvoir de continuer ou de mettre fin à une relation : « ces liens réciproquement donnés et reçus vous seuls, pouvez, à votre choix, les resserrer ou les rompre » (l. [...]


[...] D'ailleurs, contrairement aux autres femmes de son époque, c'est elle qui a le contrôle sur ses conquêtes masculines. En effet, les métaphores « vous m'avez vue [ ] faire de ces hommes si redoutables le jouet de mes caprices ou de mes fantaisies [ ] ou rejeter de loin ces tyrans détrônés devenus mes esclaves » (l. 42-46), prouvent qu'elle a pris le rôle de l'homme et agit telle une conquérante dans le jeu de la séduction. Finalement, la marquise de Merteuil est bel et bien différente des femmes de son époque, car elle contrôle ses émotions et peut ainsi manipuler les hommes comme elle le désire. [...]


[...] Elles sont d'ailleurs qualifiées métaphoriquement de « victime[s] » (l.32), ce qui illustre leur manque de contrôle dans ce jeu de séduction, ainsi que le pouvoir absolu de l'homme qui profite de leur naïveté. Bref, selon la Marquise, les hommes sont des conquérants qui détiennent tous les pouvoirs dans une relation, alors que les femmes sont à leur merci. En second lieu, la marquise de Merteuil s'estime différente et supérieure aux autres femmes de son époque. Tout d'abord, elle est différente des autres femmes car elle ne se laisse pas contrôler par ses émotions et préfère utiliser sa raison. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok