Bel-Ami - Guy de Maupassant : la scène d'aveu caricaturale de G. Duroy à Mme Walter

Bel-Ami - Guy de Maupassant : la scène d'aveu caricaturale de G. Duroy à Mme Walter

Résumé du document

Écrit par Maupassant, le roman réaliste Bel-Ami, publié en 1885, nous parle de l'ascension sociale de l'héros éponyme, ainsi appelé Georges Duroy, un être vaniteux, séducteur et narcissique. On peut le considérer comme un parangon du "parvenu" de Provence dans le roman du XIXe siècle. Nous allons étudier un extrait du roman qui est une scène d'aveu caricaturale de Duroy à Mme Walter, la femme de son patron. Les deux amants se retrouvent dans une église et confessent l'un à l'autre tous leurs "sentiments". On pourrait se demander en quoi cet extrait propose une satire du monde bourgeois. Pour cela, nous commencerons tout d'abord par analyser cette fausse scène d'aveu, dans un second temps on parlera de cette hypocrisie amoureuse et on finira par l'étude de cette satire religieuse.

Sommaire

I. Une scène d'aveu caricaturale
A. Déroulement de la scène
B. L'afflux des sentiments de Mme Walter
C. Deux sortes d'amour à la fin de la scène

II. Hypocrisie amoureuse
A. La comédie sentimentale de Duroy
B. Un personnage cynique

III. La satire religieuse
A. Mais Mme Walter joue aussi la comédie
B. Scène provocatrice

Informations sur le commentaire de texte

Beatriz
  • Nombre de pages : 5 pages
  • Publié le : 19/04/2017
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 19/04/2017
  • Consulté : 81 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Le personnage principal démontre de l'égocentrisme et un manque d'honnêteté. On peut aussi relever le blasphème : Oh Mon Dieu qui démontre une attitude impie du personnage. On en conclut que Duroy est un faux chrétien, il peut croire en Dieu comme tout autant il peut se moquer de Lui. =>L'auteur cherche, par cette satire religieuse, à montrer au lecteur comment le Monde Bourgeois peut à une face cachée derrière son monde de fortune qui est en effet la hypocrisie, l'auteur démontre cela par une scène provocatrice envers les soient prétendus croyants qui font semblant de croire en Dieu pour plaire à la société. [...]


[...] II/Hypocrisie amoureuse En un deuxième temps on étudiera donc l'hypocrisie amoureuse, avec cette comédie sentimentale et le rôle de Duroy au tant qu'un personnage cynique. La comédie sentimentale du Duroy Tout d'abord, pour conquérir son amante, Bel-Ami joue un rôle de fou amoureux de Mme Walter, on reconnait bien son jeu d'acteur par ses exagérations de réactions comme par exemple le Oh, mon Dieu qui suit juste après l'aveu de Mme Walter et aussi le Il eut envie de sourire Puis comme tout acteur, il arrive au bout d'improvisations : Il était à bout de ces phrases passionnées Son action se trouvait paralysée En effet, étant un acteur, le personnage démontre de la médiocrité et une absence totale de sincérité, on peut dire qu'il n'est pas seulement un Bel-Ami mais aussi un Bel-Acteur Sans oublier ce discours lyrique exagéré, le lecteur peut remarquer que Duroy se base sur le cliché de l'amour éternel (Es peut-être par manque d'originalité en utilisant les parallélismes (ex : heure par heure jour par jour goutte à goutte la métaphore philtre d'amour (avec la liqueur) et des hyperboles avec tant de force et d'ardeur, Un personnage cynique Bel-Ami dans son discours amoureux nous donne l'impression qu'il viole la conscience de Mme Walter. [...]


[...] Quoi que fassiez, je vous le répèterai si souvent, avec tant de force et d'ardeur, que vous finirez bien par le comprendre. Je veux faire pénétrer en vous ma tendresse, vous la verser dans l'âme, mot par mot, heure par heure, jour par jour, de sorte qu'enfin elle vous imprègne comme une liqueur tombée goutte à goutte, qu'elle vous adoucisse, vous amollisse et vous force, plus tard, à me répondre : Moi aussi, je vous aime. On apprend dans cette scène d'aveu jugée caricaturale que il y une grande différence de sentiments de chacun de ces personnages. [...]


[...] Finalement ils se prennent par la main se qui nous rappelle le symbole d'union comme si c'était un mariage. Item (de même), on peut dire aussi que cette scène peut être aussi un rendez-vous interdit, on en déduit cela grâce aux descriptions visuels («voile épais», «larmes») et auditives feutrés», «bruit de robe») qui évoquent un effet dramatique. L'afflux (=abondance) des sentiments de Mme Walter Cependant, Malgré ces efforts de résistance, Mme Walter finit par succomber aux parjures de Duroy et y reste perdue, elle ne sait plus que faire. [...]


[...] Déroulement de la scène Après toutes ces parjures habituelles, Duroy réussit tout même à abuser de Mme Walter et à ce qu'elle finisse elle-même par lui avouer son amour. On pourrait comparer cette scène à un mariage ou à une sorte d'autre scène spectaculaire de ce genre, on en déduit cela grâce à certaines étapes de l'épisode : Tout d'abord, il y a l'apparition dans l'église. Puis, ils se trouvent dans un lieu isolé ; Après ils se réunissent autour d'un Prie- Dieu où ils se font un dialogue amoureux. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok