Pimido

Commentaire composé - La Muse malade, Charles Baudelaire

Le poème La Muse malade fait partie du célèbre recueil Les Fleurs du Mal, écrit par Charles Baudelaire et publié en 1857. Analyse.

La Muse malade

Credit Photo : Unsplash Mike Wilson

Lecture en ligne

Consulte tous les documents de Pimido en illimité

Structure, résumé et points principaux
Plan de commentaire composé


Structure, résumé et points principaux

Le poème prend la forme d'un sonnet composé de deux quatrains et deux tercets en alexandrins avec des rimes croisées pour les quatrains (ABAB) et rimes suivies pour les tercets (AABB). C'est le septième poème de la partie « Spleen et idéal » du recueil « Les Fleurs du Mal ».

Dans ce poème, la muse est l'élément central. Il s'agit d'un portrait terrifiant d'une femme que l'on voit malade et cauchemardesque. La muse a toujours été un élément récurrent dans le monde de la poésie. Un élément d'inspiration qui puise aussi son énergie de l'Antiquité et de la mythologie grecque. Mais ici, Baudelaire fait de la muse un personnage intime, c'est une muse personnelle à laquelle il s'adresse. La muse est malade, elle ne va pas bien, les cauchemars sont au rendez-vous tel que l'explique la propre voix du poète.

Dans un contexte de Symbolisme, courant dans lequel s'inscrit « Les Fleurs du Mal », il est facile de penser qu'ici, au fond, le poète se voit incarné dans cette Muse : muse et poète sont très proches jusqu'au point de ressentir le mal-être, non pas seulement de la muse, mais du poète.

Le lecteur fait face à deux personnages, muse et poète, au bord du désespoir, de la mélancolie, de la décadence, de la vieillesse. Autant d'indices (données par le champ lexical : « yeux creux », « santé », « sang », etc.) qui font de ce sonnet un espace de malheur et de mal-être.

La muse, qui à certains moments pourrait être oubliée du lecteur et remplacée par le poète, est en fait toujours présente, jusqu'au dernier vers quand l'écrivain évoque des personnages de l'Antiquité totalement contradictoires (Phoebus, considéré comme le Dieu Soleil et le grand Pan, considéré comme le Démon). D'autant plus que c'est également pendant l'Antiquité que le personnage de la muse est apparu.

En même temps, le poète ne reste pas « immobile » face à la maladie de la muse, au contraire, il essaye de dialoguer avec elle (on le voit par les points d'interrogation), mais aussi, il essaye de poser un diagnostic. Il ne reste pas indifférent face à la décadence éprouvée par la muse et le poète lui-même.


Plan de commentaire composé

Après avoir évoqué les principales caractéristiques du poème, nous allons vous proposer un plan de commentaire composé qui sera à développer et à détailler.

Introduction

I) Le poème comme forme de monologue du poète
A. La muse, cet alter ego de l'écrivain
B. Quand le lexique parle des maux
C. Inquiétude et espoirs du poète et de la muse

II) La muse, cette vision symboliste
A. La muse, un démon
B. Le caractère malsain exprimé dans le poème
C. La limite entre la mélancolie et la folie

III) L'inspiration et l'avenir
A. Décadence et vieillissement, muse et poète
B. La muse est-elle le miroir de l'âme du poète ?
C. Attributions des divinités créatrices

Conclusion



Les articles suivants peuvent vous intéresser :

Méthodologie de la lecture analytique
Présentation du poème « Rêve parisien » de Charles Baudelaire
Les thèmes dans « Le mort joyeux » de Baudelaire - Analyse
« Le Poison de Charles Baudelaire » - Analyse et exemple d'axe d'étude
Analyse du poème Les foules de Charles Baudelaire

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com, tu en acceptes l'utilisation. Privacy PolicyOK