Pimido

Avoir un diplôme ne signifie plus être à l'abri du chômage

Les chiffres ont parlé et ne mentent pas : les diplômes protègent moins bien contre le chômage aujourd'hui. C'est ce que l'on apprend de la dernière enquête du Céreq publiée jeudi 24 septembre. Ce qui, autrefois, était un passeport sur le marché du travail n'est plus un gage d'insertion professionnelle de nos jours.

Avoir un diplôme ne signifie plus être à l'abri du chômage

Credit Photo : https://www.flickr.com/photos/pamhule/5752742624/

Inscris-toi !

Consulte tous les documents de Pimido en illimité

Selon la dernière enquête du Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) relative à la transition de l'enseignement supérieur à l'emploi et publiée le 24 septembre, avoir un diplôme en poche ne signifie pas forcément réussir son insertion sur le marché de l'emploi aujourd'hui.

Le taux de chômage est de 13 % pour les jeunes diplômés et de 24 % pour les jeunes sans diplômes

Après avoir interrogé 369 000 jeunes ayant quitté l'enseignement supérieur en 2010, soit 2 ans après la crise économique, le centre indique que le taux de chômage parmi les jeunes diplômés est de 13 % 3 ans après leurs études. Il est de 24 % parmi les jeunes qui sont sortis de l'enseignement supérieur sans diplômes. La plupart sont employés ou ouvriers non qualifiés et gagnent 1 350 euros nets mensuels (salaire médian).

Cette première observation nous permet de soutenir qu'obtenir un diplôme permet une insertion plus aisée, malheureusement la prochaine observation nous montre que la situation diffère selon les diplômes.

Le taux de chômage des diplômés varie selon le niveau et le domaine d'études

En effet, le taux de chômage varie entre 2 et 20 % en fonction du niveau d'études et de la spécialisation. Il monte à 9 % pour les licences professionnelles tertiaires ou licences générales en sciences. Puis il s'élève à 16 % pour les licences générales en lettres, sciences humaines et sociales. Du côté des masters, ceux en SVT, en langues ou en arts comptent un taux de chômage supérieur à 15 %.

L'emploi serait plus favorable pour les Bacs + 2 et Bacs + 3 de la filière sanitaire et sociale dans laquelle le taux de chômage est de 2 %, et les Bacs +5 des écoles d'ingénieurs qui ont un taux de 4 %. 88 % des diplômés d'écoles d'ingénieurs ont un emploi de cadre et gagnent plus de 2 300 euros nets mensuels (salaire médian).

La linéarité des trajectoires des jeunes diplômés

L'étude indique que les trajectoires que les jeunes diplômés ont suivies sont « moins linéaires » : 54 % des jeunes ayant quitté l'enseignement supérieur sont immédiatement entrés sur le marché du travail et de manière durable, tandis que 8 % ont repris des études.

Ces chiffres sont publiés au même moment que ceux du chômage qui montrent qu'au mois dernier, le chômage des jeunes a progressé de 0,4 % comparé à août 2014. La semaine dernière, le président avait annoncé des nouveaux objectifs pour l'enseignement supérieur : « porter 60 % d'une classe d'âge au niveau de l'enseignement supérieur ». Aujourd'hui, le pourcentage est de 42 %.

Sources : Le Figaro, Le Monde, TF1, Ouest France

devient

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com, vous en acceptez l'utilisation. Privacy PolicyOK