Ritual Theory, Ritual Practice - Catherine Bell

Ritual Theory, Ritual Practice - Catherine Bell

Résumé du document

Cet ouvrage extrêmement dense et érudit s'appuie sur de très nombreuses références, tirées autant de l'ethnographie (surtout asiatique, Catherine Bell étant à la base une auteur d'anthropologie des religions (en anglais religious studies, ce qui comprend aussi l'histoire des religions) spécialisée sur la Chine) que de la philosophie et la sociologie. Il sera de fait impossible de tout expliquer en détail, mais j'essaierai de faire une présentation succincte de toutes les théories qu'il faudra évoquer ici. L'ouvrage, structuré autour de la dichotomie théorie-pratique, aborde en fait à travers ce large sujet de très nombreuses questions. Catherine Bell déclare explicitement en conclusion « I have not proposed a new theory of ritual, because I believe that a new theory of ritual, by definition, would do little to solve the real conundrums that the study of ritual has come up against. Instead, I have proposed a new framework within which to reconsider traditional questions about ritual » puisque son but est justement de s'attaquer à l'universalisme de la notion de rituel, beaucoup trop englobante. C'est le but de cet ouvrage qui fait le tour d'une bibliographie énorme tant théorique que monographique pour « faire le tri » des idées à en retirer.

Sommaire

I. Dépasser la dichotomie théorie / praxis

II. Dépasser le fonctionnalisme

III. Dépasser l'univocité de la notion

Informations sur la fiche de lecture

Axelle
  • Nombre de pages : 6 pages
  • Publié le : 04/11/2015
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 04/11/2015
  • Consulté : 2 fois
  • Format : .pdf

Extraits

[...] Un autre critère proposé est celui de la formalité, qui permet de lier la question à l'usage populaire du terme de "rituel" comme synonyme d'une "habitude immuable". Roy Rappaport est le premier à la critiquer en arguant qu'il n'y a pas là rupture avec d'autres types non-rituels de comportement, mais qu'il existe un continuum entre formalité hors et au sein du rituel. Le seul critère qui semble convenir à Catherine Bell est l'idée que l'action rituelle se présente à l'esprit de l'agent comme appropriée, elle est ce qu'il convient de faire dans telles circonstances précises : ceci lui permet de définir un "sens du rituel", sur le modèle des nombreux "sens sociaux" acquis mais devenus au sujet spontanés et naturels, que définit Bourdieu [dans le sillage des techniques du corps de Mauss]. [...]


[...] Texts appear to be used, and not used, in a wide variety of ways : présents, cachés, consultés, fait semblant d'être lus CCL tellement dense que plein de trucs qu'on ne peut pas évoquer comme par ex le rapport avec le langage, la question de qui est autorisé à participer au rite ou pas mais on a choisi les 3 implications théoriques les plus importantes compris de théorie de la pratique 142 Questions à se poser pour comprendre le rituel : I have tried to suggest the value of a whole series of questions to bring to ritual practices : What activities do they contrast ? [...]


[...] Le deuxième schème est le plus gênant, mais nous verrons avec les arguments présentés plus loin que le rituel n'est pas non plus un moyen de confronter et d'intégrer ensemble la pratique et sa signification, mais plutôt une pratique éminemment circulaire visant avant tout à sa propre reproduction. De fait, le rituel ne produit pas des croyances, ni seulement des pratiques, mais des agents capables de "sens du rituel", nous le reverrons plus bas, et ce sens du rituel est une connaissance pratique (practical knowledge) un concept qui permet de dépasser la distinction entre théorie et pratique : it is not an inflexible set of assumptions, beliefs, or [even] body postures ; rather, it is the ability to deploy, play, and manipulate basic schemes in ways that appropriate and condition experience effectively En ce sens, la maîtrise du rituel s'apparente beaucoup plus à une anthropology of dwelling à la Tim Ingold, même si Catherine Bell ne le cite pas, et donc à une philosophie de la perception et de l'action qui ne distingue pas l'acteur du monde qui l'entoure comme si celui-ci existait objectivement hors des capacités et des perceptions de l'acteur, comme celle de James Gibbson sur laquelle s'appuie Ingold. [...]


[...] What schemes come to be embodied as a cultural sense of ritual and how are they effective beyond the rite ? What redemptive reordering emerges for the actors as a natural and unsolicited phenomenon ? What forms of power are defined in the relationships so redemptively reordered ? [...]


[...] Ainsi, on ne peut pas définir le rituel de manière universelle, mais celui-ci partage avec le reste de la pratique un certain nombre de caractéristiques que délimite le chapitre 4 : Catherine Bell y propose une définition de la pratique, après avoir passé en revue une large bibliographie sur le sujet que nous n'énumérerons pas ici : I will use there term to highlight 4 features of human activity. Practice is situational ; strategic ; embedded in a misrecognition of what it is in fact doing ; and able to reproduce or reconfigure a vision of the order of power in the world Il y manque le rapport au corps et à l'environnement explicité dans le chapitre 5 et qui est aussi une caractéristique de la pratique en général. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok