Flaubert, "Madame Bovary", Livre II chapitre 8, Les Comices : commentaire

Flaubert, Madame Bovary, Livre II chapitre 8, Les Comices : commentaire

Résumé du document

Pour l'introduction :
Après l'idylle platonique avec le clerc de notaire Léon Dupuis, Emma Bovary a rencontré Rodolphe Boulanger, petit châtelain des environs, qui s'est mis en tête de séduire Emma, avant de l'abandonner par la suite (cf. la fin du chapitre 7). Rodolphe profite des Comices agricoles pour passer à l'action, en attirant Emma à l'écart dans la « salle des délibérations », au premier étage de la Mairie, d'où ils entendent les discours tenus sur la place du village.
La position centrale de la scène des Comices dans l'oeuvre en indique le rôle capital : il s'agit ici d'un moment crucial puisqu'il conduit Emma à l'adultère et précipite ainsi sa future perte.
Problématique de lecture : lors de cette scène, que tire Flaubert de la superposition du discours amoureux et du discours politique ?

I. LE RÉCIT D'UNE SCÈNE ROMANTIQUE DE SÉDUCTION AMOUREUSE À L'OCCASION D'UNE CÉRÉMONIE OFFICIELLE ÉVOQUÉE AVEC RÉALISME

A. Deux discours en apparence très différents : le discours amoureux de Rodolphe lors du discours politique des Comices agricoles

- Un sujet différent : un discours politique sur l'agriculture d'un côté : « M. Derozerays se leva, commençant un autre discours (...) l'éloge du gouvernement y tenait moins de place ; la religion et l'agriculture en occupaient davantage... » (l.1-4) / un discours amoureux de l'autre : « je serai quelque chose dans votre pensée, dans votre vie ? » (l.31).

- Une situation d'énonciation différente : un discours devant une assemblée en « bas » (l.39) sur la « Place »: « sur la Place (...) tous les grands bonnets de paysannes... » / un dialogue entre un homme et une femme, à l'écart de la foule : Rodolphe et Emma sont à une fenêtre du premier étage de la mairie. Flaubert semble opposer ainsi une sorte de premier plan avec un discours intime et un arrière-plan avec un discours plus bruyant (...)

Sommaire

Introduction

I) Le récit d'une scène romantique de séduction amoureuse à l'occasion d'une cérémonie officielle avec réalisme

A. Deux discours en apparence très différents : le discours amoureux de Rodolphe lors du discours politique des Comices agricoles
B. La déclaration lyrique de Rodolphe : la passion romantique
C. La progression de la séduction de Rodolphe sur Emma parallèlement à un discours officiel qui s'emballe

II) Le détournement parodique d'une scène romantique : la superposition comique des deux discours

A. Un discours stéréotypé du séducteur romantique : une succession comique de procédés et de clichés éculés
B. La progression comique du discours de Rodolphe : un discours orienté, de plus en plus précis et pressant
C. Le discours politique comme un contrepoint ironique au discours amoureux

III) La disqualification réciproque des discours politiques et amoureux : une même médiocrité

A. La dénonciation de deux discours ridiculement idéalistes et grandiloquents
B. La mise en évidence de l'hypocrisie commune de deux discours théâtraux et faussement désintéressés
C. La fatalité d'une relation médiocre : la soumission de la faible Emma à Rodolphe

Conclusion

Informations sur le commentaire de texte

Cyril
  • Nombre de pages : 6 pages
  • Publié le : 12/05/2011
  • Langue : français
  • Consulté : 63 fois
  • Format : .pdf

Extraits

[...] o de surcroît, cette comparaison animale assimile Emma à un prix à remporter, comme ceux que le président énumère en parallèle : le narrateur raconte en effet qu'à mesure qu'avance la remise des médailles, Rodolphe s'approprie de plus en plus Emma, si bien que cette dernière apparaît comme une proie à capturer ; l'image d'Emma comme une tourterelle captive corrobore la présentation d'un vil séducteur, d'un homme à femmes qui complète avec Emma un tableau de chasse. o un autre indice de la séduction trompeuse de Rodolphe réside dans l'emploi du conditionnel dans l'exclamation : Comme je resterais ce soir, demain, les autres jours, toute ma vie ! D'une part, il peut être entendu à l'oral comme un futur et le souhait passe alors pour une promesse. [...]


[...] Il se hâtait : Engrais flamand, culture du lin, drainage, baux à longs termes, services de domestiques. Rodolphe ne parlait plus. Ils se regardaient. Un désir suprême faisait frissonner leurs lèvres sèches ; et mollement, sans effort, leurs doigts se confondirent. Catherine-Nicaise-Elisabeth Leroux, de Sassetot-la-Guerrière, pour cinquante-quatre ans de service dans la même ferme, une médaille d'argent du prix de vingt-cinq francs ! 1. Le Sénat romain le choisit comme chef suprême de l'armée, en 458 av. J.-C., un pauvre fermier vivant au-delà du Tibre du nom de Cincinnatus, alors que la tribu des Èques assiégeait l'armée romaine sur le mont Algide. [...]


[...] ( ) Laissez que je vous voie, que je vous contemple ! l.36), le serment moi, j'emporterai votre souvenir l.27), la plainte de l'amant qui lui permet de signifier du dépit mais vous m'oublierez l.29), la prière : n'est-ce pas, je serai quelque chose dans votre pensée, dans votre vie ? (l.31). Le discours de la passion amoureuse : Flaubert prête à Rodolphe des propos marqués par le poids de la fatalité, suivant l'idée que la passion est subie conformément à l'étymologie de passion semblable à celle de passif et celle de passivité : j'ai voulu partir, et je vous ai suivie (l.21) : usage du et au sens de mais typique de Flaubert. [...]


[...] o de même, l'évocation d'animaux un bélier mérinos l.28, race porcine l.32) ponctue de manière insolite et grotesque le discours amoureux. Qui plus est, Flaubert instaure de manière très ironique un certain dialogue entre les répliques amoureuses et les répliques officielles : o de la sorte, la réplique Savais-je que je vous accompagnerais ? (l.19) semble obtenir la réponse Soixante et dix francs ! comme s'il s'agissait de récompenser financièrement l'avancée du discours du séducteur. De même, le souhait Comme je resterais ce soir, demain, les autres jours, toute ma vie ! [...]


[...] Flaubert semble opposer ainsi une sorte de premier plan avec un discours intime et un arrière-plan avec un discours plus bruyant. Des discours d'une forme très différente : d'un côté, des propos prosaïques, politiques et matérialistes, des noms accumulés avec réalisme : M. Bizet, de Quincampoix. M. Bain, de Givry-Saint-Martin ! Catherine-Nicaise-Elisabeth Leroux etc. / des propos sentimentaux et idéalistes sur le bonheur, qui renvoient au Romantisme : Rodolphe, avec madame Bovary, causait rêves, pressentiments, magnétisme (l.5) ; pourquoi nous sommes-nous connus ? [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok