Les notes de bas de page dans un mémoire

Les notes de pages ont pour objectif de renseigner le lecteur sur les sources utilisées pour une donnée ou une citation, ou pour apporter une explication complémentaire sur un point précis. L'objectif d'une note de bas est donc de fournir des informations complémentaires au lecteur averti, tout en garantissant une relative fluidité dans le texte.

Les notes de bas de page dans un mémoire

Credit Photo : Unsplash Alejandro Escamilla

Lecture en ligne

Consulte tous les documents de Pimido en illimité

Inscris-toi !

Les notes de bas de page sont régies par des normes d'usage qu'il faut définir en amont de la rédaction. L'objectif de cette note est de présenter la méthodologie pour bien rédiger les notes de bas de page, tant sur le fond que sur la forme.

1)    Les objectifs des notes de bas de page

Afin de bien comprendre l'intérêt de réaliser un travail minutieux des notes de bas de page, il convient de bien comprendre l'intérêt de celles-ci.

Deux objectifs principaux sont identifiés : précision sur la source de la donnée et nécessité d'apporter un complément d'information sans surcharger la lecture.

La précision sur les sources des données

Lors de la rédaction d'un mémoire, il convient de préciser les sources utilisées. De manière générale, les sources sont référencées à la fin du mémoire : les ouvrages et sites internet utilisés sont ainsi précisés.

Cependant, il est parfois opportun dans le mémoire d'indiquer la source utilisée pour une donnée chiffrée.

Exemple : En France, sur les deux derniers trimestres de l'année 2020, la crise sanitaire a généré une baisse du chiffre d'affaires pour 65% [1] des entreprises par rapport à l'année précédente.

L'utilisation de la note de bas de page pour les données chiffrées est indispensable. En effet, certaines sources de données sont parfois contradictoires. Le lecteur est ainsi informé de la source et peut aller rechercher des précisions.

La note de bas de page peut également être utilisée pour préciser la référence de l'ouvrage d'un auteur.

Exemple : Pour Marguerite Duras, Être seule avec le livre non encore écrit, c'est être encore dans le premier sommeil de l'humanité. » [2]

Cette utilisation ponctuelle répond à un besoin de préciser l'ouvrage incluant la citation. Elle est utile pour les mémoires basés sur une multitude de références.

Il convient en effet d'utiliser l'outil Note de bas de page avec parcimonie afin de ne pas surcharger le document. En cas d'utilisation d'un seul ouvrage pour une partie de mémoire, l'utilisation systématique de la note de bas de page est à prohiber. Le rédacteur privilégiera un en-tête de chapitre précisant que celui-ci est basé sur un ouvrage en particulier.

 

La rédaction d'un complément d'information

La note de bas de page est également utilisée pour faire un aparté sur un sujet en particulier. La note de bas de page est ainsi utilisée pour préciser des concepts.

 Exemple : Comme énoncé par Tucker en 1950, la situation s'apparente à celle du dilemme du prisonnier. [3]

 

2)    Modalités pratiques

Pour bien rédiger une note de bas de page, il convient de se renseigner sur les normes usitées auprès du commanditaire du mémoire. En effet, il est d'usage, dans les universités, de fournir à l'étudiant un cahier des charges pour la rédaction du mémoire. Il convient de s'approprier le document avant de débuter la rédaction du mémoire. À défaut de normes définies par le commanditaire, il convient d'établir une norme et de conserver celle-ci tout au long du document.

De manière générale, les normes suivantes sont à définir :

-Note de bas de page indiquée avec un numéro en haut à droite du mot clef, en utilisant la mise en forme « exposant » [4].

-Note de bas de page numérotée. La numérotation recommence au début de chaque page, de chaque chapitre ou est continue tout le long du document.

-Note de page considérée au niveau du mot[5] ou en fin de phrase[6].

Les règles sont à définir en début de rédaction, si possible en concertation avec le destinataire du mémoire.

Outre ces normes, il faut également s'intéresser à la manière décrire le contenu :

-Pour un livre : Nom de l'auteur en majuscule, titre en italique, Édition, année, nombres de pages, le tout séparé par une virgule. Exemple : Marguerite DURAS, Ecrire, Folio, 1995, 132 p.

-Pour un article : Nom de l'auteur, titre de la revue en italique entre guillemets, nom de la revue, numéros de page. Exemple : Marguerite DURAS,  « Pourquoi écrire ?» Lire Magazine littéraire, 1990, pp.17-18.

-Pour un site internet : L'adresse du site internet, la date de consultation. Exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_Duras, consulté le 13/05/2021

Il s'agit ensuite de faire des combinatoires lorsqu'il s'agit d'un article trouvé sur internet par exemple. Le plus important est donc de définir une norme décrivant de manière exhaustive les éléments permettant de retrouver l'information.

 

3)    Conseils pratiques

De manière à faciliter la rédaction du mémoire, il est intéressant de noter les sources et les compléments à apporter au fil de la rédaction. Il ne faut pas reporter ce travail à la fin au risque d'oublier certains compléments ou certaines sources de données.


[1] Source : Covid-19 :, Julien RUFFET, « Chute du chiffre d'affaires pour 65% des entreprises », www.chefdentreprise.com, 26 jan 2021

[2] Source : Marguerite DURAS, Ecrire, Folio, 1995, 132 p.

[3] Le dilemme du prisonnier est une situation basée sur les préceptes de la théorie des jeux. Dans cette théorie, les joueurs doivent coopérer pour obtenir un résultat optimal. Dans le dilemme du prisonnier, l'hypothèse est faite que les joueurs ne peuvent pas communiquer. Ainsi, chaque joueur a intérêt à trahir l'autre joueur pour obtenir une situation moins favorable, ici une réduction de peine.

[4] Exposant

[5] Niveau du mot

[6] Fin de phrase

N'hésitez pas à faire appel à nos services de rédaction de mémoires !