Consulte tous nos documents en ligne !

ABONNE-TOI

à partir de
9.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Bac Spécialité HGGSP - L'enjeu de la connaissance

La connaissance est un ensemble de savoirs et de compétences qu'une personne acquiert par l'expérience, l'observation, l'étude et la réflexion. Elle comprend à la fois des connaissances théoriques, telles que des concepts, des théories et des principes, et des connaissances pratiques, telles que des compétences techniques et des savoir-faire.

Bac Spécialité HGGSP - L'enjeu de la connaissance

Crédit Photo : L'enjeu de la connaissance - Freepix

La connaissance peut être acquise à travers des sources variées, telles que l'éducation formelle, l'expérience professionnelle, la recherche scientifique, les interactions sociales et les médias. Elle est considérée comme un atout important pour l'individu et la société dans laquelle il vit, car elle peut aider à résoudre des problèmes, à prendre des décisions éclairées, à innover et à progresser. L’alphabétisation est le processus d'apprentissage de la lecture et de l'écriture. C'est un élément clé de l'éducation de base qui permet aux individus d'acquérir les compétences nécessaires pour comprendre et communiquer efficacement à travers l'écriture et la lecture. Elle peut également inclure la compréhension des bases de la langue et de la grammaire, ainsi que la capacité à utiliser les mathématiques de base. L'intelligence artificielle (IA) est un domaine de l'informatique qui concerne la création de machines et de programmes informatiques capables de réaliser des tâches qui nécessitent normalement l'intelligence humaine. L'IA implique généralement des algorithmes de traitement de données, des réseaux de neurones, des méthodes d'apprentissage automatique et d'autres techniques de traitement de l'information. Les systèmes d'IA sont conçus pour traiter des données en grande quantité, effectuer des tâches complexes, prendre des décisions et s'adapter à des situations nouvelles.

Depuis les premières civilisations, les hommes ont cherché à comprendre et à maîtriser le monde qui les entoure. Ils ont développé des outils, des techniques et des concepts pour explorer et expliquer leur environnement, leur permettant de survivre et de prospérer dans des conditions parfois difficiles. Au fil du temps, cette quête de connaissance s'est intensifiée, conduisant à des avancées majeures dans des domaines tels que les sciences naturelles, les mathématiques, la philosophie et la médecine. Au XXIème siècle, la connaissance du monde s'est considérablement élargie grâce aux avancées dans les domaines de la technologie, des communications et des sciences.

Il est alors possible de se demander : Comment les avancées scientifiques et les acteurs impliqués dans la création et la diffusion de la connaissance ont-ils contribué à l'émergence et au développement d'une société de la connaissance ?

Pour répondre à cette question, il convient d’étudier d’une part, l’apparition des communautés scientifiques (I) et d’autre part, l’émergence de la « société de la connaissance » & enjeux majeurs (II).

I - L’apparition des communautés scientifiques

A - Progrès et limites des universités

La création des universités en Europe au Moyen Âge a joué un rôle important dans le développement de la construction du savoir. Les universités ont été fondées pour enseigner la théologie et les études religieuses, mais au fil du temps, elles ont également commencé à offrir des cours dans d'autres domaines tels que la médecine, le droit, la philosophie et les sciences.

Toutefois, il est important de noter que le savoir développé à cette époque n'était pas uniquement dominé par la théologie. Bien que la théologie ait été un sujet d'étude important dans les universités médiévales, d'autres domaines de la connaissance ont également été étudiés et développés. Par exemple, les études de droit romain ont été développées dans les universités italiennes, tandis que les universités anglaises ont accordé une attention particulière aux études scientifiques.

Par ailleurs, le Moyen Âge a également vu l'émergence d'éminents penseurs et savants dans des domaines tels que la philosophie, la littérature, l'astronomie, les mathématiques et la médecine, qui ont contribué de manière significative à la construction du savoir.

C’est pourquoi, il est important de reconnaître que bien que la théologie ait joué un rôle important dans le développement des universités médiévales, le savoir développé à cette époque était diversifié et incluait un large éventail de domaines de la connaissance

Le programme scolaire des universités médiévales comprenait les arts libéraux, qui étaient divisés en deux catégories : le Trivium et le Quadrivium. Le Trivium comprenait les matières liées à la langue, telles que la grammaire, la rhétorique et la dialectique, tandis que le Quadrivium était axé sur les mathématiques et les sciences, comprenant l'arithmétique, la géométrie, la musique et l’astronomie.

Ces matières étaient considérées comme la base du savoir et étaient enseignées à tous les étudiants, quel que soit leur domaine d'étude ultérieur. Le but était de former des individus capables de raisonner et de communiquer de manière efficace.

S’agissant des spécialisations ultérieures, la théologie était considérée comme la discipline la plus importante et la source de tout savoir. Elle était étudiée par ceux qui aspiraient à devenir clercs ou membres du clergé. Le droit et la médecine étaient également des domaines d'études importants, offrant des débouchés professionnels aux étudiants.

S’agissant du rôle de la papauté dans la création des universités européennes, il est vrai que l'Église catholique a joué un rôle important dans la fondation de nombreuses universités médiévales. Les universités étaient souvent affiliées à l'Église et leurs programmes d'études étaient influencés par la théologie et les enseignements de l’Église.

Toutefois, il est important de noter que les universités médiévales étaient également des institutions laïques, avec des professeurs et des étudiants qui n'étaient pas tous membres du clergé. Les universités ont également été influencées par les traditions intellectuelles de l'Antiquité grecque et romaine, ainsi que par les cultures arabes et juives. Par conséquent, l'influence de l'Église sur les universités médiévales était importante, mais il ne faut pas la considérer comme exclusive ou dominante.

B - La propagation du savoir

L’imprimerie a été une innovation majeure du XVème siècle qui a considérablement contribué à la diffusion du savoir. Grâce à l'imprimerie, il était désormais possible de produire des livres en grande quantité et à moindre coût, ce qui a permis de rendre le savoir plus accessible à un public plus large. Les œuvres de grands penseurs et savants pouvaient être reproduites et distribuées en grand nombre, ce qui a contribué à la diffusion des idées et des connaissances dans toute l’Europe.

Les académies et les sociétés savantes ont également joué un rôle important dans la diffusion du savoir et dans le décloisonnement du monde. Les académies ont été créées à partir du XVIème siècle en Europe, avec pour objectif de promouvoir la recherche scientifique et de partager les connaissances avec d'autres scientifiques à travers le monde. Les académies ont également joué un rôle dans l'organisation de conférences et de symposiums, permettant aux scientifiques de se rencontrer et de discuter de leurs recherches.

Les sociétés savantes, quant à elles, ont été créées pour promouvoir la recherche dans un domaine spécifique. Elles ont permis aux chercheurs de partager leurs travaux et d'échanger des idées avec d'autres spécialistes de leur domaine. Les sociétés savantes ont également joué un rôle dans la publication de revues scientifiques et de comptes rendus de conférences, ce qui a permis de diffuser les connaissances à un public plus large.

Par ailleurs, l'imprimerie, les académies et les sociétés savantes ont tous joué un rôle important dans la diffusion du savoir à travers l'Europe et le monde, permettant aux idées et aux connaissances de circuler plus librement et de façon plus rapide.

II - L’émergence de la « société de la connaissance » & enjeux majeurs

A - La société de la connaissance

Le XXème siècle a été marqué par une explosion des connaissances et un développement sans précédent de la recherche scientifique. Les avancées dans les domaines de la médecine, de la technologie et des sciences sociales ont radicalement transformé notre manière de comprendre le monde et ont eu un impact considérable sur notre vie quotidienne.

La révolution des NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication) a également eu un impact majeur sur la manière dont nous accédons et partageons les connaissances. Internet, les réseaux sociaux et les plateformes en ligne ont considérablement augmenté la quantité d'informations disponibles et ont rendu plus facile la diffusion des connaissances à travers le monde. Néanmoins, cela soulève également des questions sur la qualité et l'exactitude des informations disponibles en ligne.

La question de savoir si les NTIC sont au service d'une société plus savante ou plus fragile dépend en grande partie de la manière dont elles sont utilisées. D'un côté, les NTIC peuvent permettre un accès plus facile et rapide aux connaissances et aux informations, ce qui peut favoriser l'éducation, la recherche et l'innovation. De l'autre côté, les NTIC peuvent également contribuer à la propagation de fausses informations et de théories conspirationnistes, ce qui peut entraîner une confusion et une polarisation accrues dans la société.

C’est pourquoi, il est primordial que les NTIC soient utilisées de manière responsable et éthique, en favorisant la diffusion de connaissances valides et vérifiables, tout en étant conscients des risques associés à l'usage des technologies de l'information. En fin de compte, la manière dont nous utilisons les NTIC déterminera si elles contribuent à une société plus savante ou plus fragile.

B - Les enjeux majeurs

La privatisation de l'économie de la connaissance et les inégalités dans l'accès au savoir sont des enjeux économiques et géopolitiques majeurs.

L'économie de la connaissance est un concept qui fait référence à la production et à la diffusion de connaissances scientifiques, techniques et culturelles. Cette économie est de plus en plus dominée par des entreprises privées qui contrôlent les brevets, les droits d'auteur et les licences de logiciels. Cette privatisation peut conduire à la concentration du pouvoir économique et à la monopolisation des marchés, ce qui peut entraîner des inégalités économiques et sociales.

Par ailleurs, les inégalités dans l'accès au savoir sont également un enjeu important. Alors que certaines régions du monde ont un accès facile aux informations et aux connaissances, d'autres en sont privées en raison de barrières économiques, culturelles ou géopolitiques. Cette situation peut conduire à des inégalités éducatives et économiques, renforçant ainsi les divisions entre les pays développés et les pays en développement.

Ces enjeux économiques et géopolitiques majeurs ont des conséquences importantes pour l'avenir de l'humanité. Il est essentiel que les gouvernements, les organisations internationales et les entreprises travaillent ensemble pour garantir un accès équitable aux connaissances et pour lutter contre la privatisation excessive de l'économie de la connaissance. Cela peut contribuer à réduire les inégalités économiques et sociales et à promouvoir un développement durable à l'échelle mondiale.