Consulte tous nos documents en ligne !

ABONNE-TOI

à partir de
9.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Molière - Le malade imaginaire : les sujets qui risquent de tomber

Figure emblématique du théâtre français, Jean-François Poquelin, dit Molière (1622-1673), dramaturge et comédien dont nous fêtons les 400 ans de sa naissance en 2022, a renouvelé le genre du théâtre français du XVIIe siècle en mélangeant les formes comiques et dramatiques, alors que la tragédie occupait jusqu'alors une place prépondérante dans le théâtre classique avec des auteurs comme Pierre Corneille et Jean Racine.

Molière Le malade imaginaire : les sujets qui risquent de tomber

Credit Photo : MAH Musée d'art et d'histoire, Ville de Genève. Don d'Alphonse Revilliod

Les pièces de Molière dépeignent les comportements et les mœurs de ses contemporains, mettant en scène des personnages devenus des archétypes (tel qu'Harpagon, le personnage de L’avare). Ces pièces intègrent également d’autres formes artistiques telles que la musique, la comédie-ballet ou l’opéra français. Le Malade imaginaire est une comédie-ballet en trois actes et en prose. Créée en 1673, elle est également la dernière œuvre écrite par le dramaturge. Il s’agit d’une satire des médecins de son époque, thème qui a déjà été évoqué dans des précédentes pièces de Molière telles que Dom Juan (1665) ou le Médecin malgré lui (1666).


1) La comédie Le malade imaginaire est-elle un spectacle de pure fantaisie ? (Sujet du bac 2021)


Le sujet invite à définir ce qu’est la “fantaisie” et à amener la réflexion autour de la fonction d’une pièce de théâtre, en particulier au XVIIe siècle. La fantaisie est un terme d’origine grecque, phantasia, qui signifie « apparition » ou « vision ». C’est l’action de montrer, de rendre visible par l’image. Jusqu’au XVe siècle, le terme signifiait “imagination”, “réinventer”, voire “improviser”. De nos jours, la fantaisie correspond à une forme d’excentricité.
Dans la pièce Le malade imaginaire, la fantaisie peut être représentée par la maladie imaginaire d’Argan ou au style fantasque de la pièce elle-même, autrement dit une pièce qu’il ne faut pas prendre au sérieux. Il convient également d’évoquer la danse et la musique, très présentes dans cette comédie-ballet, qui contribuent à accentuer le côté fantaisiste de la pièce. Par ailleurs, le déguisement des personnages fait de la pièce une sorte de carnaval. Enfin, il est intéressant de s’interroger sur la pertinence de l’utilisation de la fantaisie dans la pièce : en quoi sert-elle à dénoncer un message au public, à faire passer la vérité ou à inciter à la réflexion ?

2) La pièce Le malade imaginaire ne peut-elle être considérée comme un simple divertissement ?


Le sujet indique qu’une pièce de théâtre est un divertissement mais la négation “ne peut-elle” sous-entend qu’il faut nuancer le propos.  
Il convient de traiter le sujet sous deux angles : le divertissement, au XVIIe siècle, désigne des petits intermèdes musicaux entre les actes d’une pièce, comme c’est le cas dans Le malade imaginaire. La pièce sert à divertir le public ; elle est aussi un divertissement offert au roi. La pièce constitue ici un divertissement en ce qu’elle fait rire le public, à travers l’écriture comique de la pièce, les situations (quiproquos, farces, mensonges…), le caractère des personnages, les accessoires, les costumes ou encore la musique.. Mais elle permet aussi de faire passer la critique plus facilement et plus légèrement, pour amener des réflexions plus profondes : il faut mettre en exergue la volonté de Molière de critiquer les mœurs et coutumes de son temps : le mariage, la médecine, l’héritage, etc.



3) En quoi Le malade imaginaire transforme-t-il la satire des médecins en un spectacle ?


Le sujet doit permettre de rappeler que la satire des médecins est un thème classique souvent exploité dans la littérature depuis le Moyen Age. Il convient alors de se demander : quelle fonction possède la satire et à qui est-elle destinée ? Et en quoi la satire utilisée par Molière dans Le malade imaginaire revêt-elle une forme novatrice et originale ?
Molière parvient à transformer et à renouveler la satire des médecins pour en faire un spectacle plein de fantaisie qui provoque chez le spectateur diverses émotions, grâce au verbe et au geste, mais aussi au décor, au costume, à la musique et à la danse, ce qui enchante le public.
La pièce est par ailleurs une mise en abîme du théâtre : elle sert à démontrer que le théâtre possède des vertus thérapeutiques et cathartiques supérieures à celles de la médecine, et amène à une réflexion sur les fonctions du spectacle théâtral. Enfin, le théâtre invite à la joie, à la fête et célèbre la vie contrairement à la médecine qui exploite les angoisses et les faiblesses humaines. Le théâtre et la comédie-ballet rompent la raideur des codes de la société de Molière.

4) Pourquoi rit-on dans Le malade imaginaire ?


Le sujet est axé sur les procédés comiques et les mécanismes du rire dans la comédie-ballet.
La pièce permet d’avoir un portrait critique de la société contemporaine de Molière tournée en dérision. C’est une comédie de mœurs avec des personnages exubérants. Dans cette pièce, il s’agit de se moquer des médecins par le costume, le déguisement, l’utilisation d’un jargon, la description d’un comportement pédant ou encore le nom des personnages (Docteur Purgeon qui fait penser à “purger” ou Thomas Diafoirus qui signifie “doublement foireux”). Il faut rappeler que Molière emprunte ce genre à la commedia dell’arte (avec l’utilisation de la farce et de la bouffonnerie) ainsi que ses personnages (comme Polichinelle) pour provoquer le rire. Le sujet même de la pièce est emprunté à la commedia dell’arte. Mais, ici, le rire cache aussi une manière de se moquer des us et coutumes et des questions sociales de l’époque de Molière tels que le mariage forcé, la crédulité des patients ou l’ignorance et la vilénie des médecins.

5) En quoi la comédie-ballet dans Le malade imaginaire met-elle en balance le genre comique et le genre dramatique ?


La comédie-ballet aborde ici des sujets contemporains de Molière et montre la vie de personnes ordinaires. Dans Le malade imaginaire, on assiste à trois thèmes en particulier que sont l’hypocondrie, la médecine et l’amour filial. Mais on retrouve également des thèmes ordinaires et couramment utilisés au théâtre : l’argent, la religion, la mort, la hiérarchie sociale. Il s’agit donc d’étudier les procédés des genres comique et dramatique : quels sont les moyens utilisés par Molière pour faire rire le public ? A qui s’adresse la pièce ? Qui est visé ?
Le style de la pièce est également sombre. Bien que la situation d’Argan soit burlesque, il convient de démontrer en quoi les situations des personnages et les thèmes de la pièce représentent-elles des situations dramatiques (la maladie, la mort, les contraintes sociales).


Les sujets invitent donc à étudier le genre théâtral français, dans ses aspects comiques et dramatiques, mais aussi à mettre en exergue le travail de Molière qui se sert de ses pièces pour critiquer et dénoncer de manière habile certains aspects de la société de son temps.