Pimido

Analyse de l'« Intégration régionale et multilatéralisme : un rapport de force ? » à partir d'un article de Sam Laird

Analyse de l'« Intégration régionale et multilatéralisme : un rapport de force ? » à partir d'un article de Sam Laird
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

  1. Les principaux accords régionaux dans un environnement multilatéral
    1. Intégration régionale
    2. Environnement multilatéral
  2. Les diverses théories appliquées au régionalisme
    1. Les degrés d'intensité d'intégration
    2. Les conditions de réussite d'une intégration régionale
    3. Les effets du régionalisme sur le multilatéralisme
  3. Le régionalisme et multilatéralisme dans les faits
    1. Les exigences d'intégration en application
    2. Les grands ensembles régionaux : création ou détournement de commerce ?
    3. L'encadrement de l'intégration régionale par l'OMC

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la volonté d’entente des différents peuples a poussé les pays à établir des relations sur bien des domaines. Le commerce apparaît donc ici comme un instrument de paix puisqu’il pérennise les relations. Déjà, avant la fin des hostilités, les pays préparaient l’organisation des relations internationales par la fondation de l’ONU et autres organismes chargés du bon fonctionnement des négociations et de prévenir du retour des crises comme celle vécue dans les années 1930 ayant pour conséquences les drames que l’on connaît. C’est ainsi que ce désir de commercer mutuellement s’est concrétisépar des négociations multilatérales aboutissant à des accords généraux comme le GATT signéen 1947 par 23 pays. Celui-ci fut destiné à promouvoir le libre-échange et le multilatéralisme. C’est ainsi que de plus en plus de pays intégrant cet accord désirèrent coopérer et adopter les mêmes règles régissant leurs relations commerciales. Cette option s’opposa au bilatéralisme, c’est-à-dire au fait que deux pays, ou par extension deux groupes de pays souhaitent signer entre eux seulement des accords. Ces négociations bilatérales étaient contraires aux négociations multilatérales car le GATT commande entre autres, au nom de la non discrimination, l’application de la clause de « la nation la plus favorisée », qui est un principe stipulant que chaque pays s’engage à accorder à tout autre pays signataire de l’accord les avantages commerciaux qu’il concéderait à l’un d’entre eux (par exemple la réduction des tarifs douaniers). C’est ainsi que l’on a vu naître un essor des volontés politiques plongeant le monde dans l’abysse du multilatéralisme. Cependant, au cours de ce déferlement multilatéral entraînant la mondialisation dans laquelle baignent aujourd’hui les économies des pays, on a vu apparaître la vague du régionalisme. En effet, les phénomènes d’intégration régionale, apparus d’abord avec la construction de l’Union européenne dès la fin des années 1950, puis des zones d’accords préférentiels et de libre-échange en réaction face à la première, ont morcelé l’économie mondiale en créant des pôles d’échanges. À partir des années 1960, on vit s’accélérer ce mouvement d’intégration régionale, c'est-à-dire la volonté de plusieurs pays de former des groupes négociant bilatéralement et s’opposant donc au multilatéralisme. Ainsi, de prime abord, ces deux notions de multilatéralisme et de bilatéralisme semblent antagonistes, l’une devrait survivre et l’autre disparaître pour éviter le désordre dans les échanges commerciaux. Cependant, cette contradiction peut-être nuancée par les normes d’intégration variant selon le degré d’intensité des accords conclus. Dans cette tourmente pour la construction multilatérale, il est nécessaire d’étudier si les accords commerciaux régionaux peuvent être compatibles avec les accords multilatéraux. Sam LAIRD, professeur d’Economie internationale à l’Université de Nottingham, dans son article intitulé « Regional Trade Agreements – Dangerous Liaisons ? » paru en 1999 dans The World Economy, Volume 22 - N 9, expose les contradictions et les complémentarités de ces deux types de négociations. Cet article servira de référence à notre étude. À travers ce document riche en théories concurrentes explicatives de l’intégration régionale, LAIRD développe des corrélations entre elles afin de proposer des solutions induites des divers auteurs économiques cités. Certes cet article de référence n’est pas récent, mais nous actualiserons les validations ou infirmations des théories énoncées par notre auteur en les reliant aux nouveaux accords conclus. Notre étude cherchera à montrer si les négociations entreprises au sein d’une zone régionale sont une fin en soi ou, au contraire, un objectif d’avancement vers des négociations multilatérales.

Les plus consultés

  • Pourquoi échanger ? Adam Smith pensait que pour qu'un pays participe à l'échange international, il faut qu'il produise au moins un produit moins cher que tous les autres (notion d'avantage absolu). Si l'on s'en tient à la théorie d'Adam Smith, cela signifie qu'un pays n'ayant aucun avantage absolu ne doit pas participer à l'échange. Ricardo...

    Jacob

    mardi 08 septembre 2009

    Fiche de 3 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (1)
  • Les économistes classiques voyaient dans l'échange la base de l'enrichissement et de la prospérité; ils ont ainsi développé plusieurs théories destinées à optimiser la répartition des richesses. Aux théorie de base de la pensée classique se sont cependant ajoutées des théories nouvelles destinée à dépasser les limites auxquelles se heurtaient...

    Laurent

    samedi 27 octobre 2001

    Fiche de 4 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Le caractère récurrent des crises auxquelles sont confrontés les P.E.D (crise du Mexique en 1982, crise asiatique en 1997, crise argentine en 2002) pose avec une grande acuité la question de leur mode de développement.Les PED peuvent se définir, selon François Perroux, comme les situations...

    Alexandre

    mardi 10 novembre 2009

    Fiche de 5 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (1)
  • Pendant longtemps, le libre échange fut considéré comme seule possibilité d'augmenter la croissance économique des pays. Mais depuis la crise de 2008, un protectionnisme s'est installé : aucune hausse de chômage, politiques de délocalisation, concurrence déloyale de pays qui n'appliquent pas les mêmes règles d'hygièneo Concernant la croissance...

    Sylvia

    vendredi 22 juin 2018

    Cours de 3 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Politique monétaire : ensemble des mesures mis en euvre par un État pour agir sur l'activité économique par la régulation de sa monnaie. Elles agissent par le biais du taux d'intérêt. Politique budgétaire : Politique éco conjoncturelle qui agit sur l'activité éco en augmentant ou en diminuant les recettes et dépenses budgétaire. Déficit :...

    Baptiste

    lundi 13 mai 2019

    Cours de 10 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • En économie, une ZMO est une région géographique (regroupant plusieurs pays, ou quelques régions d'un même pays) qui gagne à établir une monnaie unique. Cette théorie a été développée principalement par Robert Mundell en 1961, dans son ouvrage "A Theory of Optimum Currency Arreas". Cette théorie cherche à évaluer l'opportunité d'une union...

    Mai-Linh

    samedi 06 avril 2019

    Cours de 2 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • La seconde moitié du 20e siècle marque le développement du commerce international c'est-à-dire des échanges de biens et services entre nations. Le commerce international a augmenté 3 fois plus vite que le PIB mondial depuis 1950. On en déduit qu'une part croissante de la production est vendue à l'étranger et une part croissante de biens et...

    Abdallah

    jeudi 28 février 2019

    Dissertation de 9 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Les échanges internationaux de biens et de services désignent l'ensemble des échanges de biens et de services entre les nations (commerce international). Ils sont de plus en plus le fait de firmes multinationales. Ils participent la mondialisation des économies. Ces échanges internationaux expliquent une part croissante de la richesse créée. Ils...

    Stéphane

    vendredi 21 décembre 2018

    Fiche de 8 pages - Économie internationale

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok