Les personnages de Malraux dans "L'espoir"

Les personnages de Malraux dans L'espoir

Résumé du document

André Malraux est connu pour avoir donné à ses personnages un caractère engagé dans les luttes de leur temps et une conscience presque tragique de la condition humaine, comme c'est plus particulièrement le cas dans l'Espoir, récit qui s'enracine dans la tragique guerre civile espagnole (1936-1939). Toutefois, on peut voir dans L'Espoir que l'espérance, justement annoncée dans le titre, tient plus de place que l'on veut généralement bien le dire. Aussi, si ce sont des personnages « en lutte », cette lutte se veut un combat d'espoir ; mais il ne faut pas non plus occulter le côté sombre de leur affrontement, comme le fait que L'Espoir n'est pas seulement un roman d'action mais aussi un roman d'analyse

Sommaire

  1. Des personnages d'espoir
  2. Des personnages sombres
  3. Le commentaire dans le roman

Informations sur la fiche

Laure
  • Nombre de pages : 3 pages
  • Publié le : 13/09/2003
  • Langue : français
  • Consulté : 49 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] De plus, nombreux sont les intellectuels engagés dans l'action, de même que les personnages puérils et romantiques : Il y a une chose que j'aime ici, dit Shade : les hommes sont comme les gosses Le transport de la dynamite par Ramos et Manuel, au premier chapitre du roman, témoigne également de l'état d'esprit qu'André Malraux a voulu dépeindre : les deux militants semblent être dans un état second, et ne pas ressentir le danger. En effet, l'accident de voiture permet à Manuel de découvrir et d'éteindre le mégot d'une cigarette fumée par son compagnon, entouré de dynamite, ses grenades farouchement serrées sur son ventre ! Mais l'espoir le plus authentique vient de la découverte de la fraternité dans la lutte. Les compagnons de lutte ne sont pas anonymes, bien au contraire. [...]


[...] Il déclare à propos des combats : En prison, je n'imaginais pas qu'il y aurait autant de fraternité Le narrateur commente leur rencontre en ces termes : Pour Ximénès comme pour Puig, le courage aussi était une patrie II. Des personnages sombres Deux sombres adversaires du peuple espagnol ont pour emblème le noir : l'Eglise et le fascisme. Cela va plus loin que le symbolisme vestimentaire de la prêtrise et des chemises brunes. La noirceur est morale. Pour les anarchistes, le catéchisme et le clergé sont des ennemis. [...]


[...] [ ] On n'enseigne pas aux ouvriers à accepter la répression des Asturies. [ ] Des églises où on a approuvé les trente mille arrestations, les tortures et le reste, qu'elles brûlent, c'est bien Cette citation montre bien la double noirceur reprochée à l'Eglise : l'aveuglement des masses pauvres et la collusion avec l'oppresseur. Une autre forme de la noirceur, c'est celle des combats eux-mêmes. Ils se déroulent souvent la nuit, comme beaucoup d'autres actions des personnages. La première phrase du roman choisit ce cadre symbolique : Un chahut de camions chargés de fusils couvrait Madrid dans la nuit d'été Dans le chapitre II, c'est Barcelone nocturne qui est évoquée, pleine de chants, de cris et de coups de fusils Le dernier, et non le moindre, des côtés particulièrement sombre de l'œuvre est l'omniprésence de la mort, soit comme une menace, soit à travers les tueries. [...]


[...] Le commentaire dans le roman L'analyse des personnages est l'occasion, pour le narrateur, de nombreuses pauses dans le déroulement de l'action. Mieux, en plein cœur de l'action, il adjoint systématiquement à la narration des actes des personnages un adjectif qui qualifie leur état d'esprit : Ramos est perplexe Manuel tendu A un autre moment le narrateur décrit Ximénès en train de se signer devant l'incendie des églises : Non pas ostensiblement, comme s'il eût tenu à confesser sa foi : comme s'il eût été le seul De plus, les personnages se commentent eux-mêmes dans leurs discours direct ou indirect libre. [...]


[...] Aussi, si ce sont des personnages en lutte cette lutte se veut un combat d'espoir ; mais il ne faut pas non plus occulter le côté sombre de leur affrontement, comme le fait que L'Espoir n'est pas seulement un roman d'action mais aussi un roman d'analyse. I. Des personnages d'espoir Les personnages de L'Espoir sont plongés au cœur d'une guerre qui a marqué le XXème siècle et annoncé la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit de la guerre d'Espagne qui fut déclenchée en 1936 par le putsch nationaliste. L'Europe envoya alors des brigades internationales à leur secours. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok