"Les Faux-Monnayeurs" de A. Gide

Les Faux-Monnayeurs de A. Gide

Résumé du document

L'intrigue des Faux-Monnayeurs est vraiment surabondante, au point qu'elle semble parfois parodier les romans traditionnels que Gide critiquait tant. Cet excès dans l'imitation d'un genre classique est en effet délibéré, et reflète par son caractère parodique une volonté de remise en cause et de rénovation. Si ce roman devait être un « roman nouveau », il ne fallait pas qu'il reproduise trop fidèlement la forme traditionnelle ; mais, en même temps, cette forme devait être reconnaissable. Aussi, plutôt que de créer une nouvelle forme étrange, pouvait-on pousser la forme existante jusqu'à ses limites. De plus, non content de retravailler un aspect de la forme romanesque (roman d'analyse psychologique, ou d'aventures, ou policier, …), Gide a entrepris d'en faire fusionner plusieurs, dans un roman qui soit à la fois une somme et une singularité, à la fois un hommage aux anciennes techniques et leur remise en cause...

Sommaire

  1. Premier roman et « nouveau roman » : La genèse des Faux-Monnayeurs
    1. Influences biographiques et littéraires : Admiration, affection et amitié amoureuse
    2. Influence culturelle : La philia grecque, amitié amoureuse
  2. Une galaxie d'amitiés : La structure des Faux-Monnayeurs
    1. Un roman foisonnant : Schéma des Faux-Monnayeurs
    2. « Un cercle avec un point central » : Edouard au centre d'une nébuleuse d'amitiés
    3. La « mise en abyme » : Roman du roman et roman d'un roman de l'amitié
  3. Des valeurs exigeantes : L'amitié entre adolescents
    1. « Rendre un son pur, probe, authentique » : Valeurs morales
    2. « Suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant » : Valeurs intellectuelles
  4. Un roman d'apprentissage : L'amitié entre aînés et cadets
    1. « De grandes choses à faire »
    2. « Avoir pour but le développement de soi » : Edouard le socratique
    3. « C'est dans le don qu'est la joie » : L'amitié élargie

Informations sur la fiche

Thibaut
  • Nombre de pages : 22 pages
  • Publié le : 30/03/2004
  • Langue : français
  • Consulté : 44 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] L'ami âgé est donc aussi capable de se substituer à la mère. Pauline prouve qu'elle est une femme extraordinaire en acceptant cette liaison dans laquelle l'amant sera un exemple de vertu et non de débauche. Ami, amant et père, l'aîné est avant tout un éducateur. Comme une seconde mère, il va donner le jour, cette fois, à la personnalité de l'enfant. Il est un successeur de Socrate, dont la mère était sage-femme et qui se définissait comme un accoucheur d'âmes III. [...]


[...] Il est le personnage d'ami le plus complet. La concentration géographique favorise la multiplication des relations amicales et développe des relations croisées entre les principales familles. On se trouve donc en présence d'un réseau d'amitiés. Chaque groupe d'adolescents pourrait rester isolé des autres dans la mesure où il évolue dans un cadre scolaire précis : les futurs bacheliers ne se joignent pas aux petits, à la bande de Georges, à la sortie du lycée. Ces groupes ne peuvent constituer un vrai réseau qu'en étant reliés par l'amitié de personnages adultes. [...]


[...] Des amitiés superflues Les Faux-Monnayeurs sont une structure multiple qui abrite plusieurs romans reliés entre eux, dont chacun possède également son intrigue propre : roman policier, roman d'analyse psychologique et roman d'apprentissage, roman philosophique, enfin roman d'analyse littéraire sur la nature du roman. Les Faux-Monnayeurs sont au premier abord un roman policier : leur titre même l'indique. Comme un roman à part entière, cette trame policière comporte plus d'un fil. L'enquête sur une bande de faux-monnayeurs n'apparaît qu'en second, au nom de l'unité d'intérêt. Elle est précédée par une affaire de prostitution concernant des mineurs et suivie par le suicide d'un lycéen victime d'un complot. L'affaire de prostitution concerne des mineurs fréquentant une maison close. [...]


[...] Les Faux-Monnayeurs 1. Premier roman et nouveau roman : La genèse des Faux-Monnayeurs I. Influences biographiques et littéraires : Admiration, affection et amitié amoureuse Familles, je vous hais! La célèbre formule des Nourritures terrestres pourrait figurer dans les Faux-Monnayeurs : la famille y est omniprésente. De plus, on peut déceler de nombreux éléments biographiques dans la genèse des Faux-Monnayeurs (notamment dans les personnages du roman) Le père et la cousine : Deux futures figures des Faux-Monnayeurs Edouard le romancier est une figure parodique d'André Gide, l'auteur. [...]


[...] Il sent qu'un grand destin l'attend. Bernard ayant quitté la maison, erre dans Paris : Il songe : De grandes choses à faire ; il lui semble qu'il va vers elles. Le but du roman d'apprentissage n'est pas principalement la réussite sociale et matérielle. C'est surtout l'accomplissement de soi, l'épanouissement de sa personnalité La séduction du diable : Passavant et Strouvilhou Comme Gide a dédoublé le jeune héros, il a aussi créé deux personnages d'initiateurs, l'un bienfaisant, l'autre destructeur. Il est même allé plus loin en dédoublant la figure du pervertisseur : Passavant et Strouvilhou se répartissent les domaines d'activité (l'art et le crime). [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok