Zola, "Thérèse Raquin", Chapitre 32

Zola, Thérèse Raquin, Chapitre 32

Résumé du document

Commentaire complet du dernier chapitre de Thérèse Raquin de Zola.Dans cet extrait le narrateur met en scène le suicide des deux personnages principaux. Ce document est idéal si vous avez ce texte à présenter pour l'examen orale, ou encore pour acquérir la méthode de l'écriture du commentaire.

Sommaire

I) Une habile mise en scène
II) Une fin très tragique

Conclusion

Informations sur le commentaire de texte

Michael
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 08/04/2008
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 07/04/2015
  • Consulté : 216 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Leur nervosité par exemple les a dégradé physiquement de même la culpabilité qui les range, ils ne peuvent que mourir. Mais le détournement de situation suicide de non meurtre les rachète, les sauves du point de vu de la morale. Aussi en utilisant le registre didactique, Zola cherche à instruire son lecteur sur les conséquences physique et psychique de l'hérédité (notamment de la folie). Il veut montrer qu'il y a un lien de cause à effet chez les personnes, tout est joué d'avance. [...]


[...] La scène finale est très sombre, pour cela Zola décrit avec précision les préparatifs des meurtriers qui laissent à présager une fin lamentable. Cette phase finale présente deux étapes, l'attente, ensuite l'empoisonnement mutuel s'est fait en quelques secondes. La scène se décompose de tableaux pathétiques, Thérèse accroupie, Laurent tenant le verre, les deux époux se jetant dans les bras l'un de l'autre ainsi que la position des cadavres. Le registre pathétique de la scène repose sur le champ lexical de la souffrance et sur la manifestation extérieur et psychologique éclatèrent en sanglot, pleurèrent, consolation, faible comme des enfants L'image du couple se transforme alors, ce sont plus des assassins endurcis, prêt à commettre un second meurtre mais des êtres faibles doux er attendris Le but du registre pathétique est donc de provoquer l'émotion, la compassion, voire la pitié du lecteur. [...]


[...] Elle les contemple avec délectation. CONCLUSION : Bilan : Ce passage montre bien les motivations naturaliste de Zola, il veut montrer l'influence de l'hérédité du comportement de l'homme mais aussi analyser ses effets. Mais ce texte a aussi une portée morale. Elargissement : Ce texte est à comparer au dénouement de Roméo et Juliette mais également à la fin de l'Etranger d' Albert Camus ou encore au tableau de Gustave Courbet. Questions pour l'oral : -Quels sont les registres présents dans l'éxcipit ? [...]


[...] En présentant des actes odieux et criminel Zola a voulut présenter la purification du spectateur (fonction nécessaire du théâtre). Le registre tragique est utilisé par zola pour montrer l'être humain, luttant en vain devant des forces qui l'accable. Ici hérédité, la fatalité est exprimée par des champs lexicaux de la mort puisque se suicide est très moralisateur. Ces deux criminels doivent expier leurs fautes. Ils sont donc châtier, punis pour avoir transgressé les lois sociales. Le lecteur voit donc la scène en focalisation externe, nous sommes spectateurs et voyons Mme Raquin elle- même spectatrice de la scène macabre. [...]


[...] Après avoir tué une fois, chacun d'eux ne voit que le meurtre de l'autre comme issu possible. Ainsi Thérèse a prévu de poignarder Laurent, tandis que Laurent prépare a sa femme un verre de poison. Ce dénouement met donc un terme à leurs souffrances et à leurs remords. Présentation du texte : dans cet excipit Zola a une intention didactique, à travers une mise en scène habile, il donne une véritable fin tragique dont le rôle est d'expliquer au lecteur l'issus fatal et prévu de la déchéance de Thérèse et Laurent. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok