Corrigé du Cas Limagrain ( Cas d'aprés le Vernimmen 2010)

Corrigé du Cas Limagrain ( Cas d'aprés le Vernimmen 2010)

Résumé du document

Evolution du CA de +7% accompagnée d'une augmentation de +15 de l'EBE, l'EBE évolue donc plus que le CA ce qui se traduit soit par des gains de productivité donc le groupe sature mieux son outil de production soit par un effet d'échelle. Le poids de l'EBE dans le CA est significatif, elle a dépassé 10% en 2005. Le CA est essentiellement réalisé en dehors de la France (principalement en Europe et en Amérique du nord à travers sa filiale Agrelient), le CA à l'étranger représente 64% du CA total groupe en 2005.

Sommaire

I. Analyse financière du groupe Limagrain II. Analyse financière de Vilmorin Clause & Cie III. Quel est le flux de trésorerie que le groupe Limagrain Holding perçoit chaque année de sa filiale à 70 % Vilmorin Clause & Cie ? IV. Répartition des cashflows et de l'endettement ? V. La capacité d'endettement supplémentaire du groupe Limagrain hors Vilmorin Clause & Cie ? VI. La croissance externe hors Vilmorin Clause & Cie ? VII. Analyse boursière du Vilmorin Clause & Cie VIII. Les différentes possibilités qui s'offrent à Limagrain pour trouver les ressources financières dont il a besoin

Informations sur l'étude de cas

ESSAOULI
  • Nombre de pages : 4 pages
  • Publié le : 01/12/2014
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 01/12/2014
  • Consulté : 16 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Cela est renforcé par la diminution de la capacité de remboursement du groupe qui a atteint 4 ans de l'EBE en 2005. Le désendettement du groupe a atteint -343% en 2005, les flux de trésorerie sont devenus négatifs et très faibles par rapport à 2004 à cause de l'investissement important de 165 ce qui vient alourdir d'endettement du groupe. Analyse de la Rentabilité : Rentabilité d'exploitation qui stagne de 2004 à 2005 à et qui reste relativement faible vu la taille et l'activité du groupe. [...]


[...] Les recommandations des analystes financiers pour Aventis sont plus mitigées. En effet, ceux qui recommandent l'achat espèrent la continuité de la performance de la société vu les gains des parts de marché et l'augmentation de son activité et vu la prise en contrôle de son concurrent japonais ainsi que son endettement de plus en plus bas. Pour ceux qui recommandent la vente ils estiment que cette performance de 2006 est anormale et n'est pas durable et elle est peut être dû à une conjoncture de restructuration du secteur donc le potentiel de hausse reste limité. [...]


[...] Le poids de l'EBE dans le CA est significatif, elle a dépassé 10% en 2005. Le CA est essentiellement réalisé en dehors de la France (principalement en Europe et en Amérique du nord à travers sa filiale Agrelient), le CA à l'étranger représente 64% du CA total groupe en 2005. Analyse des Moyens : Le BFR positif a connu une augmentation importante de 2004 à 2005, il a passé de 26% à 41% du CA, ce ratio est très inquiètent et montre que 41% du CA est gelé c.-à-d. [...]


[...] Or, l'augmentation du capital aura tendance à augmenter la rentabilité attendue par les actionnaires du fait de leur investissement, du coup, ils souhaiteront une tombée de dividende imminente. Question 7 : Analyse boursière du Vilmorin Clause & Cie Les analystes financier conseillent équitablement l'achat et la vente pour près de 40% respectivement, tandis que 20% restent neutres. Le cours moyen de Vilmorin augmente fortement pour l'année 2006, passant ainsi de 48,5 à 55. Le cours historique quant à lui a attend son record en mars 2006 à savoir 64 cette évolution a dépassé le benchmark SBF 250. [...]


[...] Le groupe continue sa politique d'investissement après la phase d'investissement importante de 2003 à 2004, en plus les flux d'investissement sont très importants comparés à ceux d'exploitation pendant les deux années. Analyse du financement : La part des dettes dans les capitaux propres est très faible, la filiale est d'une solidité financière très significative, elle dispose d'une capacité d'endettement nouvelle de presque 80%. En 2005, la filiale n'a besoin que d'un an environ pour rembourser la totalité de sa dette uniquement par ses excédents d'exploitation, ce qui témoigne d'une capacité de remboursement très importante. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok