Dissertation de philosophie - Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

La justification des croyances d'un individu fait partie des sujets récurrents du bac de philosophie. En 2016, les candidats au baccalauréat de la série technologique ont dû se pencher dessus. Voici quelques pistes pour bien rédiger et développer votre dissertation.

Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

Credit Photo : Unsplash Thought Catalog

Lecture en ligne

Consulte tous les documents de Pimido en illimité

Inscris-toi !

Sujet : pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

Dans la première partie de cet exercice, il faut s'interroger sur la terminologie à proprement parler. C'est-à-dire que pour bien introduire une dissertation, il faut se demander ce que signifie chaque mot. Ici, nous allons donc analyser les notions de « justification » et de « croyances », mais aussi du verbe « pouvoir ». C'est à partir de l'analyse de ces trois notions que l'on pourra poser les bases de la dissertation.


Exemple de début d'introduction
Plan
Problématique


Exemple de début d'introduction

Si nous croyons en quelque chose, c'est parce que nous sommes persuadés que cette idée est vraie. Croire en une idée, une théorie, un groupe, etc. signifie qu'en tant qu'individu nous sommes d'accord avec les pensées véhiculées. Par voie de conséquence, nous devons être capables de justifier ces croyances.

Pour justifier nos croyances, nous allons justifier nos opinions. En réalité, l'on peut dire que la limite entre croyances et opinions est assez mince. Les arguments utilisés vont être forts et convaincants, car l' « on y croit ».

Cependant, parler de croyance relève aussi de quelque chose de presque inexplicable. En effet, si l'on croit en quelque chose, si l'on croit en des idées c'est parce que nous les aimons ces idées et ces pensées. Et parfois, nous sommes incapables d'expliquer pourquoi l'on aime telle chose, telle personne, telle idée.

C'est ici qu'apparaît la notion de « pouvoir ». Croire ne signifie pas pouvoir justifier, du moins, pas tout le temps, pas systématiquement. Avec cette notion de pouvoir, nous faisons le lien avec l'argument précédemment évoqué : si nous « croyons » comme nous « aimons », les justifications ne sont pas toujours évidentes. Cela veut dire que l'on « ne peut pas » tout justifier.

De cet exemple d'introduction, plusieurs aspects en découlent :

Une certaine contradiction paraît évidente. Nous sommes face à un sujet qui peut être pris sous plusieurs points de vue.


Problématique

C'est donc le moment de poser la problématique :

Est-il possible de justifier nos croyances si l'on part du principe que toute croyance est justifiable par des arguments et qu'il y a une partie d'irrationnel ?


Plan

Enfin, le plan de la dissertation :

Introduction

I) Croyance comme antonyme à justification
A. L'impossibilité de justifier les croyances
B. Justifier une croyance, c'est la convertir en idée

II) Sans justification, la croyance il faut la défendre
A. Comment défendre sans justifier
B. La croyance dans les limites du raisonnable

III) La logique et la justification de la croyance
A. Parfois, les croyances sont justifiables
B. Les idées et les croyances, seraient-elles la même chose ?

Conclusion


Dans le développement, citez les auteurs et les oeuvres auxquelles vous faites référence (Kant, Spinoza, Leibniz, Descartes, etc.). Dans la partie conclusion, n'oubliez pas de refermer la boucle, de venir à votre point de départ, mais en même temps de laisser une ouverture.


Sources : Cairn, Philomag


Les articles suivants peuvent vous intéresser :

La dissertation de philosophie
Le travail et la liberté en philosophie
Dissertation de Philosophie - Exemple sur la notion de la liberté
La dissertation en littérature, méthode et exemple
La fiche de lecture - méthode
La lecture analytique : méthode et exemple

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok