Comment élaborer un projet de mémoire ?

Un mémoire est une réflexion sur un sujet. L'approche peut être qualitative, c'est-à-dire que le rédacteur se penche sur un phénomène qu'il connaît, qui l'intéresse et pour lequel il existe une littérature scientifique puis détermine le gap de recherche : ce qui manque, les éléments qui ne sont pas encore connus, les questions soulevées dont la réponse n'est pas unanime. Une autre approche, la démarche inductive, consiste à observer un phénomène, sur le terrain et en analyser les éléments surprenants ou notables. À partir de ce qui est connu et observable au quotidien, l'investigateur porte son attention sur un point particulier qu'il va creuser : il va tenter de proposer des explications, ou d'expliquer le phénomène d'une manière nouvelle.

Comment élaborer un projet de mémoire ?

Credit Photo : Freepik jannoon028

Lecture en ligne

Consulte tous les documents de Pimido en illimité

Inscris-toi !

Quelle que soit l’approche retenue, le mémoire de recherche peut ensuite s’inscrire dans une démarche quantitative où le rédacteur va chercher à mesurer le phénomène. Bien souvent, ce type de mémoire s’articule autour d’une problématique commençant par les termes « Dans quelles mesures… ? ». Autre possibilité, le rédacteur cherche non pas à mesurer, mais à comprendre. Le mémoire s’inscrit alors dans une démarche qualitative. Il s’agit, le plus souvent, du type de mémoire attendu la fin d’un Master 2, notamment. Ici, l’enjeu réside dans la compréhension d’un phénomène, la question est plus large, plus observatoire. La problématique du mémoire commence généralement par les mots « Pourquoi ? » ou « Comment ?».

Le commencement : trouver un sujet de mémoire

Plusieurs étapes sont nécessaires avant de se lancer dans la rédaction d’un mémoire. Tout d’abord, il faut concevoir le design de recherche, autrement dit trouver un sujet et déterminer une problématique, une question de recherche. Cette phase peut s’accompagner de multiples recherches qu’il peut être intéressant de conserver sur une feuille Word afin de retrouver les liens et sites consultés plus facilement. Un conseil précieux qui peut faire gagner du temps au moment de la réalisation de la bibliographie notamment. En effet, conserver les liens des sites Internet utilisés ou même les noms des livres, articles et autres publications ayant servi lors de la phase de recherche comme lors de la rédaction permet d’y revenir plus aisément.

Concernant le choix du sujet, ce dernier doit plaire au rédacteur, car il va plancher dessus pendant plusieurs semaines voire mois. Ainsi, il doit l’intéresser réellement.

Un autre point important : il faut qu’il y ait déjà matière à construire la revue de littérature, à récolter des données pertinentes et suffisantes.

En effet, un mémoire se compose généralement de 2 parties : une revue de littérature qui expose ce qui est connu et su sur le sujet et une analyse empirique qui vient confronter cet état de l’art avec des témoignages ou entretiens réalisés. Généralement, un mémoire commence par une page de garde où figure le nom du rédacteur et le nom de son tuteur, une page de remerciements, un sommaire, une introduction, le développement (les deux parties citées précédemment), une conclusion, une bibliographie et des annexes si applicables.

Le sujet doit être assez précis afin de ne pas se retrouver noyer sous un flot d’informations.

 

La question de recherche : élaborer une problématique

Concernant la problématique, en fonction du type de mémoire à savoir qualitatif ou quantitatif, celle-ci devra s’adapter. Il convient de se poser plusieurs questions lors de la phase d’élaboration de la problématique : quelle est la nature du projet de connaissance, à savoir faut-il explorer, décrire, comprendre, expliquer… ? Quelle va être la démarche (test, exploration, entretien…) ? Dans quel cadre théorique s’inscrit le sujet ?

Pour trouver une problématique, il faut d’abord être capable d’expliquer le sujet de recherche, pourquoi il est intéressant, pourquoi le rédacteur souhaite approfondir cette question ? De là, une question commencera à faire son chemin. Si celle-ci s’inscrit dans une démarche qualitative, elle pourra ressembler par exemple à cela : comment comprendre l’influence de la musique d’ambiance sur le comportement d’achat ? Comment comprendre la relation… ? Tandis qu’avec un mémoire de type quantitatif, la problématique ressemblera davantage à cela : quelle est l’influence de la musique d’ambiance sur le choix des produits ? Dans quelles mesures la relation… impacte… ?


Le projet de mémoire : entreprendre des recherches

Une fois ce cadre déterminé, il faut mettre en oeuvre le mémoire, c’est-à-dire réaliser des recherches pour collecter des données et informations relatives au sujet, puis une synthèse de ces recherches et commencer à élaborer un plan afin de lier les concepts, les traiter.

Pour désigner la recherche empirique, il faut trouver des interlocuteurs pertinents en fonction de la problématique. Cela peut être des professeurs, des professionnels de son entourage ou contactés via LinkedIn. Tous les moyens sont bons et pour cela, il est important de garder l’esprit ouvert, de s’y prendre en avance afin de réaliser un guide d’entretien qui servira de base aux questions posées, puis interroger le professionnel concerné et retranscrire l’entretien. Ces étapes prennent du temps d’autant plus qu’il faut que les différents acteurs se rendent disponibles.

Une fois ces différentes étapes menées, la revue de littérature rédigée, l’analyse des résultats obtenus comparé à la première partie, il ne faut pas oublier de conclure le mémoire, et rédiger une bibliographie et de mettre en annexe les retranscriptions.