Consulte tous nos documents en ligne !

ABONNE-TOI

à partir de
9.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Lafayette, Stendhal, Yourcenar, Molière, Marivaux, Lagarce - que retenir

Le roman et le récit du XIXe siècle au XXIe siècle furent autant marqués par l'empreinte des oeuvres de Mme de Lafayette, Stendhal et Marguerite Yourcenar que l'exploration du théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle ne peut être possible sans parler du grand Molière, Marivaux et Jean-Luc Lagarce.

Lafayette, Stendhal, Yourcenar, Molière, Marivaux, Lagarce - que retenir

Credit Photo : Bac de français, que retenir des auteurs et oeuvres sélectionnés - LP/Olivier Lejeune

I.    Le roman et le récit du XIXe siècle au XXIe siècle

Le roman est une œuvre littéraire en prose qui mêle réel et imaginaire dans le but de susciter l’intérêt et le plaisir du lecteur à travers un destin et des intrigues pour des personnages dont la psychologie, les passions sont mises en avant dans un cadre moral. Le récit est une forme littéraire dont les faits sont assemblés dans un ordre arbitraire et spécifique. Une même histoire peut avoir différents récits possibles.

A.    La morale et la chasteté de La Princesse de Clèves de la « Précieuse » Comtesse Lafayette

Lafayette (1634-1693) ou Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, appartenant à la petite noblesse, est une femme de lettres du mouvement classique. Elle fut la Demoiselle d’honneur de la reine Anne D’Autriche et créa de nombreux liens d’amitiés avec des hauts personnages de la noblesse comme la Marquise de Sévigné, Henriette D’Angleterre, épouse du frère du roi, lui donnant ainsi accès au cercle intime de la Cour Royale. Mais, elle cachait son goût pour la littérature car cela été considéré comme indigne de leur rang bien qu’elle ait créé son propre salon littéraire et qu’elle fasse partie des Précieuses (femme avant-gardiste aidant à la naissance des femmes de lettres, qui souhaitent être reconnue pour leur intelligence et leurs aptitudes).
Elle publia donc ses écrits, montrant sa prédilection pour l’amour chaste, anonymement ou sous couvert d’amis, comme pour La princesse de Montpensier (1662), Zaïde (1669) ou son plus grand succès La Princesse de Clèves (1678) avec « Les paroles les plus obscures d'un homme qui plaît donnent plus d'agitation que des déclarations ouvertes d'un homme qui ne plaît pas » ou « Si vous jugez sur les apparences, vous serez souvent trompée : ce qui paraît n'est presque jamais la vérité. ».  Ce roman est considéré comme le premier récit d'analyse psychologique qui se trouve dans la prestigieuse collection La Pléiade en 2014.



B.    La « chasse au bonheur » de Stendhal

Stendhal (1783-1842) ou Henri Beyle, est un écrivain, rêveur, timide, romanesque réaliste français qui fut Consul de France, Auditeur au Conseil d’État et Chevalier de la Légion d’honneur. Son projet d’avenir d’être comic bard fut contrarié par les aspirations familiales qui le firent rentrer au Ministère de la Guerre. De par ses voyages professionnels l’Italie, sa musique, ses opéras, ses peintures devinrent une passion. Dans La Chartreuse de Parme (1840), il en dépeint une vision idéalisée comme pays de bonheur et de passion. Souffrant de l’hypocrisie de la société, il inventa le « beylisme, sa méthode pratique du bonheur ».
Son style est économe, resserré vers la recherche de « la vérité, l’âpre vérité » où il dépeint le contexte politique de sa société avant la révolution de 1830 et donne le premier rôle à des personnages aux aspirations romantiques, force de sentiment qui rêve de gloire comme dans Le Rouge et le Noir (1830) avec Julien Sorel. Ce dernier rêve d’ascension sociale et de grand amour, empli de passions et d’ambitions qui le mettra face à un dilemme entre carrière militaire (admirateur de Napoléon) ou clérical mais qui devra prendre un emploi pour vivre. La signification supposée du titre est que le rouge symbolise l’armée et le noir le clergé ou la passion et la mort.

C.    L’humanisme et la tolérance de Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar (1903-1987), pseudonyme de Marguerite Cleenewerck de Crayencour est une femme bisexuelle assumée, romancière, autobiographe, nouvelliste, poétesse, traductrice, essayiste, critique littéraire française, naturalisée américaine. C’est la première femme élue membre de l’Académie Française en 1980, non sans polémique et difficulté, et aussi élue Commandeur de la Légion d’honneur en 1986.
Elle reçut de nombreux prix (Femina en 1968, Prince-Pierre-de-Monaco en 1972 et le Grand prix de littérature de l’Académie française en 1977). Elle obtient son bac latin-grec malgré une enfance de voyage qui l’initie à la vie cosmopolite, sans aller à l’école. Elle part aux USA rejoindre sa compagne Grace Frick lorsque la guerre éclate.
Ses œuvres tournent autour de la sexualité et des relations sentimentales douloureuses par sa propre bisexualité dont les Mémoires d’Hadrien (1951) en est imprégné avec un aspect historique et humaniste, succès international, relatant sous forme d’une lettre adressée par l’empereur âgé de 60 ans à Marc Aurèle, futur empereur, le bilan de sa vie à travers sa jeunesse, ses combats, ses lectures et ses relations, notamment les tourments de sa passion pour son jeune amant Antinoüs.
Marguerite Yourcenar écrivait : "Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin." "C'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt"

II.    Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Le théâtre est un genre littéraire qui concilie à la fois littérature et spectacle, sous forme de dialogues découpé en actes et en scènes.

A.    Le théâtre par excellence de Molière

Molière (1622-1673) né Jean-Baptiste Poquelin est un comédien, dramaturge, acteur, chef de troupe, auteur, metteur en scène français du mouvement classique : un homme de théâtre complet par excellence.
En 1643, il fonde « l'Illustre Théâtre » et se fixe comme objectif de « faire rire les honnêtes gens » en itinérance sans grand succès. De retour à Paris en 1658, il devient l’auteur favori de Louis XIV et de sa cour et écrit de nombreux spectacles où il exploite tous les versants du comique (verbal, gestuel, visuel, de situation) à travers des personnages à la psychologie complexe devenant des archétypes dépeignant les mœurs et les comportements de son temps dont l’Église et la monarchie. Il remet en cause les principes d’organisation sociale entraînant des polémiques et autant le rire des badots que l’hostilité des dévots.
Il triomphe avec les Précieuses ridicules (1659) « Les gens de qualité savent tout sans avoir jamais rien appris. », crée la comédie-ballet avec le musicien Lully, décrie la chronique avec L’école des femmes (1664) accusé de blasphème, Tartuffe (1664) se fait censurer par sa dénonciation de l’hypocrisie religieuse, Dom Juan (1665) fait scandale, l’Avare (1668) et le Bourgeois gentilhomme (1670) triomphent.
De par sa trentaine de comédies en vers ou en prose, Molière constitue l’un des piliers de la langue et de la littérature française et est une référence universelle d’où le fait que le français est souvent appelé « la langue de Molière ».
Sa dernière pièce, Le malade imaginaire ne connut que quatre représentations avec Molière lui-même dans le rôle-titre avant de mourir d’une tuberculose pulmonaire. La profession de comédien est jugée immorale par l’Église mais il fut enterré au cimetière de l’église Saint-Eustache, sans cérémonial, et non à la fosse grâce à l’intervention du Roi. Les comédiens de Molière fondent sept ans après sa mort la Comédie Française.

B.    Marivaux, homme de nuances et de troubles de l’amour

Marivaux (1688-1763) né Pierre Carlet, français du mouvement des Lumières, élu à l’Académie française en 1742, a mené une triple carrière de journaliste (le Spectateur français (1721), le Cabinet du philosophe (1734)), romancier (Pharsamon (1737), la Vie de Marianne et le Paysan parvenu sont des œuvres inachevées) et dramaturge de « comédies de sentiment » (la Seconde Surprise de l’amour (1727)), de comédies d’intrigue (l’Heureux Stratagème (1733)), de comédies de mœurs (l’Ecole des mères (1732)), de comédies sociales et utopiques (L’île des esclaves (1725), l’Île de la Raison (1727)) et des comédies mêlant les genres (la Mère confidente (1735), les Fausses Confidences (1737)).
Sa quarantaine de pièces de théâtres et de romans, l’auteur narre les mœurs et les sentiments de la société de son époque. Son langage est dans un style libre et sophistiqué, sans mièvreries, miroir de sa vision des relations amoureuses où « les masques se jouent de la sincérité, et où la sincérité découvre les masques », parfois jugé frivole ou superficiel par ses excès de finesse. Son nom donna naissance au « marivaudage » soit les échanges de propos galants d’une grande finesse dans le cadre de la séduction amoureuse. Il a une approche psychologique humaine différente et renouvelée.
Dans Les Fausses Confidences, le valet Dubois, personnage quasi méphistophélique, mène la danse pour aider son maitre Dorante à avouer son amour à Araminte, une jeune veuve : « Il est permis à un amant de chercher les moyens de plaire, et on doit lui pardonner lorsqu'il a réussi ».

C.    Jean-Luc Lagarce, la parole juste, un personnage au centre de l’action

Lagarce (1957-1995) est un auteur dramatique et metteur en scène de théâtre français qui arrêta ses études au Conservatoire de Besançon et de philosophie pour créer sa compagnie de théâtre, la Roulotte en 1978. Il est reconnu plutôt pour ses mises en scènes de pièces de d’autres auteurs que pour ses propres œuvres représentant une vingtaine de pièces, de récits, d’essais et plus qui sont traduit et joué dans de nombreux pays.
Son style alterne dialogues et monologues entrecroisés pour mieux exprimer la souffrance et le besoin d’amour par une mise à distance de l’émotion par cet effet avec une écriture sèche et suspendue.  Il est centré sur le discours, l’utilisation importante de l’épanorthose, le statisme (l’acte est réduit au minimum pour se centrer sur le mouvement de la parole), les répétitions qui donnent de la musicalité aux mots, la ponctuation (les points de suspension, les parenthèses, les tirets), les longues répliques presque monologistes, l’implicite (les non-dits, les sous-entendus, l’allusion, l’ironie polyphonique, les aposiopèses), le rapport avec le temps (prophéties, prolepses) et la dynamique mémorielle.
Ses textes sont le reflet de ses combats artistiques, de son homosexualité et de sa maladie (le sida) dont il se sait condamné sept ans avant sa mort et centre de ce fait une partie de ses œuvres, d’inspiration autobiographique donc, sur la disparition et la famille à travers le retour de son double fictif dans sa famille après une longue absence pour les informer de sa mort prochaine dans Juste la fin du monde (1990). Elle est inscrite au répertoire de la Comédie-Française en 2007 et a été adapté au cinéma par Xavier Dolan en 2016, récompensé au festival de Cannes par le Grand Prix du jury.

Voici le résumé de la vie de 6 auteurs du patrimoine français.  N’hésitez pas à vous intéresser aux mots clés pour être au top de vos connaissances ! À vous de jouer la mention !