Gouvernement civil - John Locke

Gouvernement civil - John Locke

Résumé du document

Gouvernement civil, est publié en 1689 dans un contexte particulier. En effet, il s'inscrit dans l'oeuvre de John Locke (1632-1704), médecin et philosophe anglais. Son œuvre majeure est Traité du le contexte de la « Glorieuse révolution » anglaise de 1688-1689. Le roi Jacques II mène une politique répressive et il se convertit au catholicisme. L'aristocratie fait alors appel au gendre du roi, Guillaume d'Orange.Celui-ci met en fuite la famille royale et il accepte une Déclaration des droits(Bill of Right, 1689). Cette déclaration donne des pouvoirs majeurs au Parlement deWestminster et elle proclame supériorité de la loi.

Sommaire

I. Locke différencie la « société civile » et le pouvoir civil

II. Locke juge absurde d'abandonner tous ses droits au pouvoir
souverain

Informations sur le commentaire de texte

manon
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 23/04/2012
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 23/04/2012
  • Consulté : 3 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] - Ensuite, Locke juge absurde d'abandonner tous ses droits au pouvoir souverain. Si les hommes acceptent de renoncer à une part de liberté, c'est dans le but de conserver leurs droits naturels. La renonciation n'a de sens que si elle apporte une situation plus favorable que la vie naturelle. Autrement dit, le rôle du pouvoir civil est réduit à sa fin, à sa finalité. Cette fin, c'est celle qui est décidée par les hommes au moment de l'association, c'est-à-dire jouir de leurs propriétés en sûreté et en repos. [...]


[...] Gouvernement civil, est publié en 1689 dans un contexte particulier. En effet, il s'inscrit dans l'oeuvre de John Locke (1632-1704), médecin et philosophe anglais. Son œuvre majeure est Traité du le contexte de la Glorieuse révolution anglaise de 1688-1689. Le roi Jacques II mène une politique répressive et il se convertit au catholicisme. L'aristocratie fait alors appel au gendre du roi, Guillaume d'Orange.Celui-ci met en fuite la famille royale et il accepte une Déclaration des droits(Bill of Right, 1689). Cette déclaration donne des pouvoirs majeurs au Parlement deWestminster et elle proclame supériorité de la loi. [...]


[...] La propriété sur la terre est légitime car l'homme la travaille, la façonne. Au départ, les hommes se contentent de propriétés modestes. Cependant les hommes inventent la monnaie : ils ont alors la volonté de s'enrichir donc la volonté d'agrandir leurs possessions. L'accumulation devient illimitée, ce qui engendre des inégalités et par conséquent des motifs de querelle. Les hommes s'exposent à l'empiètement d'autrui. Or, dans l'état de nature, trois éléments manquent aux hommes : une loi fixée par un accord général pour distinguer le bien et le mal ; un juge compétent et impartial pour appliquer la loi ; une force coercitive pour faire exécuter les jugements. [...]


[...] Le gouvernement civil a des pouvoirs limités par les fins qui lui sont assignées. Et ces fins ne sont pas fixées par l'Etat luimême mais par la société : elles lui sont extérieures. La délégation de souveraineté est provisoire : elle peut être retirée dès que les dirigeants deviennent tyranniques et que la confiance est rompue avec le peuple. Pour Locke, la résistance à l'oppression est légitime. Pour respecter ces trois grands principes, l'Etat doit alors disposer de trois caractéristiques essentielles : Le respect de la loi est la garantie fondamentale de la protection des droits naturels. [...]


[...] Locke distingue ainsi trois entités : le pouvoir législatif qui acquiert une position prééminente et qui est chargé de délibérer sur les lois communes avec pour limite de respecter le bien de la société ; le pouvoir exécutif chargé de garantir l'exécution régulière des lois ; enfin le pouvoir fédératif chargé de garantir la sécurité dans les relations avec les autres Etats (on parlerait aujourd'hui du pouvoir diplomatique). Enfin, Locke fixe les principes du gouvernement représentatif. Pour servir l'intérêt général, Locke juge préférable de mettre en place un mécanisme de délégation d'autorité à des représentants. Le pouvoir législatif doit donc être confié à une assemblée représentative c'est-à-dire à une chambre qui rassemble toutes les composantes de la société dignes d'être représentées. Mais pour s'assurer que ce pouvoir législatif respecte le bien public, Locke accorde au pouvoir exécutif un droit exceptionnel : celui de dissoudre le pouvoir législatif. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok