La Crise de la culture, Qu'est-ce que l'autorité ? - Hannah Arendt (1961)

La Crise de la culture, Qu'est-ce que l'autorité ? - Hannah Arendt (1961)

Résumé du document

"Qu'est-ce que l'autorité ?" est le troisième des "huit exercices de pensée politique" (sous-titre) qui forment le recueil "La Crise de la culture". L'essai (65 pages) est composé de six sections. Sur les rapports entre religion et politique chez Machiavel, v. p. 180. L'essai peut permettre de traiter les notions suivantes : "l'autorité" (évidemment), "la violence" (les trois types de coercition), "la fondation", "la tradition", "la révolution", "le futur", "qu'est-ce que gouverner ?" ; les rapports entre autorité et pouvoir, entre autorité et tradition, entre religion, peur et politique, entre révolution et tradition.

Sommaire

I. Relation autoritaire et gouvernement autoritaire
A. La spécificité de la relation autoritaire
B. Gouvernement autoritaire vs tyrannie
C. La source de l'autorité du gouvernement autoritaire

II. Gouvernement autoritaire, tyrannie, totalitarisme : leurs images
A. La pyramide, image du régime autoritaire
B. La pyramide creuse, image du régime tyrannique
C. L'oignon, image du régime totalitaire

III. L'origine de la notion d'autorité
A. L'autorité, notion romaine
B. Platon, proche de la notion d'autorité
C. La tentative aristotélicienne d'introduction de l'autorité

Informations sur la fiche de lecture

Mathis
  • Nombre de pages : 9 pages
  • Publié le : 23/08/2019
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 23/08/2019
  • Consulté : 0 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Qu'est-ce qui distingue le gouvernement autoritaire de la tyrannie ? Pourquoi la république de Pl. nous paraît-elle tyrannique et non à lui ? Pourquoi l'oignon est-il une bonne représentation du gouvernement et de l'organisation totalitaires ? III — L'origine de la notion d'autorité Pourquoi Platon entreprit-il la recherche d'un principe légitime de contrainte ? Pourquoi l'idée d'une coercition par la raison lui apparut-elle in fine inadéquate ? Pourquoi le mythe lui parut-il finalement une meilleure idée ? Pourquoi les efforts d'Aristote et de Platon échouèrent-ils in fine ? [...]


[...] HANNAH ARENDT Introduction « Qu'est-ce que l'autorité ? » est le troisième des « huit exercices de pensée politique » (sous-titre) qui forment le recueil La Crise de la culture. L'essai (65p.) est composé de six sections. Sur les rapports entre religion et politique chez Machiavel, v. p L'essai peut permettre de traiter les notions suivantes : « l'autorité » (évidemment), « la violence » (les trois types de coercition), « la fondation », « la tradition », « la révolution », « le futur », « qu'est-ce que gouverner ? [...]


[...] C'est dans ce contexte polit. que les Romains élaborèrent la notion de « tradition spirituelle » et d'autorité dans les choses de la pensée : ils pensèrent avoir besoin aussi de pères fondat. et d'ex. autoritaires dans les choses de la pensée (philosophie, poésie), et admirent ainsi les grands « ancêtres » grecs comme leurs autorités. Arendt souligne enfin la formidable vigueur de cette trinité romaine, qui non survécut à la transformation de la République en Empire, mais même à la disparition de celui-ci, dans l'Eglise chrétienne. [...]


[...] avec sa doctrine de la mortalité du corps. La doctrine de l'enfer fut utilisée dès l'Antiquité à des fins polit. et dans l'intérêt du petit nombre, pour conserver le contrôle moral et politique de la multitude. C'est lorsque l'Eglise se retrouva avec des responsabilités politiques qu'elle entreprit d'introduire l'enfer plat. dans la dogmatique chrétienne. Seulement, cette introduction renforça l'autorité religieuse à un point tel qu'elle pouvait espérer demeurer victorieuse dans tout conflit avec le pouvoir séculier. Mais le prix à payer fut que le concept romain d'autorité fut édulcoré, et qu'un élément de violence s'insinua dans la structure de la pensée religieuse occidentale, produisant un formidable pouvoir de « contrainte par la peur » (lié à la promesse, non de la mort éternelle comme dans le premier christianisme, mais de la souffrance éternelle). [...]


[...] Malgré cela, Arendt constate en guise de conclusion que l'autorité romaine « n'a nulle part été réinstituée », ni par les révolutions, ni par les défenseurs de la restauration, ni par les conservateurs. Donc, semble-t-il, malgré ce qu'elle dit plus haut de la Révolution américaine, il semble que même la Révolution américaine ait échouée à réinstituer l'autorité romaine. QUESTIONS Quel diagnostic de l'autorité dans le monde contemporaine trace Arendt ? Qu'est-ce qui distingue l'autorité de la violence et de la persuasion ? Pourquoi identifie-t-on violence et autorité d'après A. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok