"Hernani", Victor Hugo (1830) - acte II, scène 4

Hernani, Victor Hugo (1830) - acte II, scène 4

Résumé du document

Victor Hugo écrit "Hernani" en 1830 et les premières représentations de la pièce sont houleuses : autour de ce drame qui apparaît aujourd'hui comme un manifeste du théâtre romantique s'affrontent conservateurs et libéraux, défenseurs du théâtre classique et tenants du romantisme. La scène 4 de l'acte II, qui met en scène le couple maudit formé par Hernani et dona Sol, est représentative de cette esthétique nouvelle.

Sommaire

  1. Hernani, héros romantique
    1. Un avenir funeste
    2. Un héros exalté
  2. L'amour impossible
    1. L'alliance des contraires
    2. Le lieu impossible
    3. Une alliance éphémère
  3. Une scène romantique
    1. La remise en cause de la règle de bienséance
    2. L'importance des corps
    3. La libération du rythme

Informations sur le commentaire de texte

Maxime
  • Nombre de pages : 6 pages
  • Publié le : 03/03/2010
  • Langue : français
  • Consulté : 69 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Pourtant Vous me l'aviez promis! HERNANI, tombant à ses genoux. Ange! Ah! Dans cet instant Où la mort vient peut-être, où s'approche dans l'ombre Un sombre dénouement pour un destin bien sombre Je le déclare ici, proscrit, traînant au flanc Un souci profond, né dans un berceau sanglant, Si noir que soit le deuil qui s'épand sur ma vie, Je suis un homme heureux et je veux qu'on m'envie! Car vous m'avez aimé! Car vous me l'avez dit! 20 Car vous avez tout bas béni mon front maudit. [...]


[...] L'alliance des contraires] Hernani ne cesse de souligner leurs oppositions. Tandis que dona Sol est, comme son nom l'indique, une femme lumineuse, associée à la lumière tes jours Des flammes de tes yeux Hernani est l'homme de l'ombre nuit De même, dona Sol est associée à l'altitude par le biais de la métaphore qui en fait une fleur au bord du précipice tandis qu'Hernani est plongé dans les profondeurs de l'abîme Parce que tout les oppose, Hernani et dona Sol ne cessent de se fuir et de se déchirer. [...]


[...] Il décrit le plaisir de l'ouïe Chante-moi quelque chant comme parfois le soir / Tu m'en chantais dans deux vers liés harmonieusement par un enjambement et des échos sonores. Il évoque le plaisir de la vue à travers les flammes qui jaillissent des yeux de sa bien-aimée. Le goût n'est pas en reste puisque l'amour est assimilé à une coupe» pleine. Hernani suggère enfin le plaisir du toucher avec la mention du sein sur lequel il souhaite reposer sa tête. [...]


[...] La répétition du verbe aimer soulignée par le rejet N'est-ce pas qu'il est doux / D'aimer et de sentir qu'on vous aimer à genoux dit clairement le sentiment qui anime Hernani. Pourtant, cet amour est d'emblée menacé et ne peut s'inscrire dans la durée. On ne trouve d'ailleurs dans le texte qu'un seul futur resterai En effet, quand Hernani évoque l'amour, il l'associe à la nuit et non à la lumière le soir la nuit dormir et rêver Ainsi, l'amour se trouve placé du côté obscur du couple. De plus, le proscrit évoque avec lucidité la solitude dans laquelle ils devront vivre D'être deux? d'être seuls? [...]


[...] non, je reste. L'alexandrin est désormais cultivé comme un vecteur des sentiments et non pas comme une forme qui doit être admirée pour elle-même. [Conclusion partielle] Cette scène, par sa sensualité comme par sa poésie, est donc représentative d'une esthétique nouvelle. [Conclusion] Ainsi, la scène 4 de l'acte II est représentative du combat que mène Victor Hugo, défenseur de la liberté dans l'art contre les partisans du théâtre classique. Elle met en scène un héros sombre, mû pat ses passions, en quête d'un amour impossible. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok