Points communs et différences des régimes totalitaires dans les années 1930

Points communs et différences des régimes totalitaires dans les années 1930

Résumé du document

La fin de la Première Guerre mondiale puis la crise de 1929 furent sans le savoir, le point de départ des trois régimes totalitaires. Ces totalitarismes, le fascisme de Mussolini, le nazisme d'Hitler et le communisme de Staline ont marqué l'histoire par leur concomitance, leur chef, leur idéologie et leur mise en œuvre d'une violence extrême. Dans les années 1930, ils sont tous trois installés, mais présentant pour chacun d'entre eux similitudes et divergences.

Sommaire

I. Des idéologies éloignées
A. Un totalitarisme de classe en URSS
B. «Tout dans l'Etat, rien hors de l'Etat, rien contre l'Etat»
C. Un totalitarisme inspiré par Mein Kampf

II. Des sociétés embrigadées
A. Un impératif : faire adhérer les populations par la persuasion...
B. ...Ou sinon par la force

III. Des totalitarismes à la recherche d'alliances à la veille de la Seconde Guerre mondiale
A. Deux états bellicistes mais l'URSS isolée
B. La multiplication des alliances
C. La marche à la guerre

Informations sur la fiche

Valerie
  • Nombre de pages : 4 pages
  • Publié le : 12/12/2013
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 15/09/2014
  • Consulté : 30 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Sur quels points communs se sont fondées ces dictatures et quelles différences les séparent dans les années 1930 ? Il apparait clairement d'emblée que ces régimes présentent des idéologies éloignées mais qui se retrouvent dans la façon d'encadrer les populations ainsi que leur politique extérieure à la fin des années 1930. I. Des idéologies éloignées Tandis que l'URSS se tourne vers les préceptes de Marx, les 2 autres choisissent une voie différente menée par les idées d'un chef . a. [...]


[...] Les épurations massives du Parti, les innombrables lois répressives régissant le monde du travail, la délation généralisée exposent tout Soviétique à la mort ou à la déportation vers des camps. III. Des totalitarismes à la recherche d'alliances à la veille de la seconde guerre mondiale a. deux états bellicistes mais l'URSS isolée La guerre est inscrite dans le totalitarisme. ALL : repose sur la théorie de l'espace vital , construction d'une grande Allemagne regroupant les populations de langue germanique (autrichiens et Sudètes ITA : Mussolini, nationaliste virulent, rêve de reconstruire l'Empire Romain. [...]


[...] mise en commun des biens et des richesses. Le culte du chef omniprésent (propagande, culte de la personnalité), le patriotisme est exacerbé autour de la valeur du travail, à l'image du stakhanovisme. b. «Tout dans l'Etat, rien hors de l'Etat, rien contre l'Etat». - idéo peu précise mis a part l'homme nouveau : idéal en référence à l'empire romain Mussolini a toujours raison. : propagande et culte autour du chef charismatique -fait remplacer le Parlement par un Grand Conseil Fasciste, fait promulguer les lois fascitissimes en 1935 -sentiment patriotique est mis en avant : jeunes iront même s'engager dans la célèbre milice des chemises noires -rapprochement avec l'idéo nazie à partir de 1936 et l'axe Rome-Berlin c.un totalitarisme inspiré par Mein Kampf -Hitler a une idéologie très précise qu'il dévoile très tôt dans le livre Mein Kampf: au sommet les Aryens puis en dessous les sous hommes Eugénisme , antisémitisme et anticommuniste, l'espace vital 1933 : Dachau, 1er camp de concentration 1935 : lois de Nuremberg (des idéologies généralement opposés mais qui retrouvent un certain écho dans les valeurs du travail, famille ou patrie. [...]


[...] Annexion de la Bohème-Moravie (mars 1939). Invasion de la Pologne (puis son partage avec URSS) en septembre 1939. L'Italie de Mussolini s'apprête à combattre au côté de l'Axe. (fin des années 30, l'idéo fasciste commence à s'affaiblir tandis que le nazisme et le stalinisme sont à leur paroxysme. Conclusion : Malgré leurs grandes différences idéologiques, les trois totalitarismes se sont implantés de la même manière : profitant d'un contexte favorable, avec homme fort à leur tête, les partis extrémistes ont su s'imposer comme la solution aux souffrances du peuple. [...]


[...] Formation de futurs surhommes aryens» et de soldats prêts à intervenir (entraînement physique, militaire mais pas intellectuel + endoctrinement antisémite). -Balillas : Les jeunes italiens reçoivent le message de Mussolini dès l'école maternelle où l'éducation doit contribuer à développer la force physique et le civisme dans des organisations para-militaires. De 4 à 8 ans les garçons forment les "Fils de la louve" ; De 8 à 14 ans les "Balillas" ; à partir de 15 ans les jeunesse fascistes. Les buts sont identiques que l'Allemagne. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok