Pimido

Biographies des personnalités politiques de 1789 à nos jours

Biographies des personnalités politiques de 1789 à nos jours
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

  1. Révolution et Empire
    1. Babeuf François-Noël dit Gracchus (1760 - 1797)
    2. Bailly Jean Sylvain (1736 - 1793)
    3. Barnave Antoine Pierre Joseph Marie (1761 - 1793)
    4. Barras Paul de (1755 - 1829)
    5. Billaud-Varenne Jean-Nicolas (1756 - 1819)
    6. (...)
  2. 1815-1880
    1. Abd-el-Kader (1808 - 1883)
    2. Arago Etienne (1802 - 1892)
    3. Arago François (1786 - 1853)
    4. Barbès Armand (1809 - 1870)
    5. Barrot Odilon Camille Hyacinthe (1791 - 1873)
    6. (...)
  3. 1880 - 1945
    1. Abd el-Krim (Mohamed ben Abdelkrim Al Khattabi) (1882-1963)
    2. Allemane, Jean (1843 - 1935)
    3. Astier de la Vigerie Emmanuel d' (1900 - 1969)
    4. Barthou, Louis (1862 - 1934)
    5. Barrès Maurice (1862 - 1923)
    6. (...)
  4. De 1945 à nos jours
    1. Ferhat Abbas (1899 - 1985)
    2. Alliot-Marie Michèle (1946)
    3. Argenlieu Thierry d' (1889 - 1964)
    4. Auriol Vincent (1884 - 1966)
    5. Auroux Jean (1942)
    6. (...)

Babeuf François-Noël dit Gracchus (1760 – 1797) : De famille pauvre, devenu commissaire à terrier, François-Noël Babeuf découvre dans la campagne picarde la lutte des paysans démunis contre les grands fermiers. De là naît son idéal de travail communautaire par l’organisation de fermes collectives. Dans son Cadastre perpétuel en 1789, il revendique déjà par son projet de réforme fiscale, une démocratie égalitaire. Entre 1789 et 1792, il se bat pour l’abolition effective du régime féodal, réclame la confiscation des terres seigneuriales et la répartition des biens du clergé entre les plus pauvres. Durant le printemps et l’été 1793, membre de l’administration parisienne de subsistance, il constate qu’une politique dirigiste étatique pourrait réaliser ce dont il rêve : la suppression des classes et une répartition des biens pouvant amener l’égalité parfaite entre tous. Proche des Thermidoriens, il s’en éloigne devant le spectacle de la disette, avant de les attaquer dans son journal Le tribun du peuple, ce qui lui vaut de rejoindre quelques mois les anciens terroristes en prison. Libéré de nouveau, il prend par évocation au système agraire de l’empire romain le prénom de « Gracchus ». Dans Le Manifeste des égaux rédigé par son ami Sylvain Maréchal, il défend l’idée d’un système fondé sur un partage égalitaire des terres dont les produits seraient distribués équitablement par des magasins communs. Il condamne l’héritage et la propriété individuelle. Il dénonce aussi la duperie d’une Révolution qui ne s’est faite qu’au profit des nouveaux privilégiés et annonce une nouvelle Révolution qui réaliserait la restitution générale. Des Jacobins du Club du Panthéon organisent autour de lui la Conjuration des Egaux, dont l’objectif est de réaliser un coup de force à partir d’un groupe clandestin réduit, et d’établir une dictature le temps de réformer la société. Mais le complot est découvert en mai 1796, Gracchus est jugé en février 1797 et exécuté en mai. Les communistes du XIXe et du XXe vont s’inspirer de nombre de ses idées, tant en ce qui concerne l’idéal que sur les moyens de conquête du pouvoir, puisés dans l’ouvrage de Buonarroti, l’un de ses proches, publiées sous le titre Conspiration pour l’Egalité dite de Babeuf en 1828. Bailly Jean Sylvain (1736 – 1793) : Astronome (on lui doit la découverte de Jupiter). Député de Paris aux Etats Généraux, il est élu président du Tiers Etat et dirige la séance du Jeu de Paume le 20 juin. Il devient maire de Paris le 16 juillet 1789 mais hostile aux mouvements populaires, peu efficace dans le ravitaillement de la ville au moment des disettes, il devient vite une cible pour les démocrates et les sans-culottes. La rupture est effective lors de l’instauration de la loi martiale et des fusillades du Champ de mars le 17 juillet 1791. Au début de la législative, il démissionne de son poste de maire et se retire à Nantes. Sa déposition au procès de Marie-Antoinette achève de le perdre. Il est arrêté comme « auteur du crime du 17 juillet » et décapité sur le Champ de Mars le 12 novembre 1793 après avoir subi pendant des heures les crachats et les coups de la foule. Barnave Antoine Pierre Joseph Marie (1761 – 1793) : Avocat Grenoblois, très bon tribun, il est avec Mounier l’artisan du mouvement dauphinois de 1788. Il participe à la fondation de la Société des amis de la Constitution et de la Liberté, futur club des Jacobins et déploie ses talents d’orateur aux Etats Généraux et à la Constituante où il se rallie aux patriotes. Il est le porte-parole de la Bourgeoisie montante favorable à la monarchie constitutionnelle, l’égalité des droits et l’économie libérale. Président de l’assemblée en 1790, il s’inquiète des développements de la Révolution et son opposition au suffrage universel et à l’abolition de l’esclavage lui attire les foudres des démocrates. Après la fuite de Varennes, il ramène le roi à Paris et se rapproche ensuite de la cour pour tenter de persuader Louis XVI d’accepter la Constitution et éviter ainsi le risque de l’instauration d’une République. Il serait alors tombé amoureux de Marie-Antoinette. Il se prononce le 15 juillet 1791 sur le caractère inviolable de la personne royale. Mal à l’aise aux Jacobins qui se rallient de plus en plus à l’idée républicaine, il fonde avec La Fayette le Club des Feuillants. Le 15 août 1792, accusé par des lettres trouvées dans l’armoire de fer d’avoir joué double jeu en conseillant au roi de mettre son veto aux décrets concernant les prêtres réfractaires et les émigrés, il est emprisonné. Il rédige alors son Introduction à la Révolution Française. Condamné à mort par le tribunal révolutionnaire, il est exécuté le 29 octobre 1793.

Les plus consultés

  • "L'Éducation sentimentale", histoire d'un jeune homme est un roman écrit par Gustave Flaubert, et paru en 1869. Flaubert (1821- 1880) est un écrivain qui a marqué la littérature française du XIXe siècle par son souci du détail, mais aussi son regard critique sur les individus et la société de son époque. C'est cette volonté de pur réalisme qui...

    Nina

    jeudi 29 avril 2010

    Commentaire de texte de 9 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Il existe une histoire de l'Histoire, comme connaissance, contenu disciplinaire. L'épistémologie est une discipline qui met en question la constitution d'un savoir disciplinaire. Nous allons poser la question, comment se constitue le savoir disciplinaire de ce que l'on appelle Histoire. Ces nouvelles méthodes sont fonctions de l'évolution du...

    Jérémy

    jeudi 07 avril 2011

    Cours de 17 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • En octobre 1962, le monde est passé au bord du 3e conflit mondial avec la crise des missiles de Cuba. Cette crise a fait prendre conscience de la nécessité d'un dialogue entre les deux Grands pour éviter le MAD (« Mutual Assured Destruction »). Ainsi naît la Détente à l'égard de laquelle on peut se demander si d'autres facteurs ne poussent pas à...

    Erwan

    mardi 01 septembre 2009

    Fiche de 4 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Histoire des institutions de 1789 à nos jours

    Emilie

    vendredi 13 juin 2008

    Fiche de 103 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Cet article est parue dans un livre de Jean-Jacques Becker, Histoire des Gauches en France. Le livre sur la droite de René Rémond est devenu une référence en sciences politiques et en histoire. Il différencie légitimisme, orléanisme et bonapartisme - Légitimisme : droite de Louis XVIII et Charles X, attachement à l'Ancien régime,...

    Salomé

    dimanche 16 juin 2019

    Commentaire de texte de 3 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Mitterrand, l'éternel battu de 58, 65, 74, touche enfin au port en 1981, et c'est toute la gauche réunie qui parvient enfin au pouvoir absolu. Il peut alors se couler dans le moule gaullien qu'il a toujours contesté. Comment cette victoire fut-elle possible ? En réunissant toute la gauche non communiste dans une formation souple, moderne et a un...

    Mimi

    mardi 11 juin 2019

    Cours de 8 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • L'histoire dont il est question nous l'entendrons de façon académique. Il s'agit d'une science de la connaissance des éléments structurant l'évolution du passé d'une réalité donnée. Ce sont des éléments importants de quelque chose qui évolue et ceux de quelque chose qui a évolué dans le passé. L'Histoire est entendue comme un récit. La pensée...

    nicolas

    lundi 10 juin 2019

    Cours de 54 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • "La France nouvelle est née en deux fois : le paysan est né de l'élan de la Révolution et de la guerre, de la vente des biens nationaux ; l'ouvrier est né en 1815 de l'élan industriel de la paix." Écrit l'historien Jules Michelet dans Histoire de la Révolution française. On retrouve une certaine particularité des ouvriers en France....

    Mimi

    lundi 10 juin 2019

    Cours de 5 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok