Rapport à la Convention, au nom du Comité de salut public, sur les principes du Gouvernement révolutionnaire, Robespierre, 25 décembre 1793 (5 nivôse an II)

Rapport à la Convention, au nom du Comité de salut public, sur les principes du Gouvernement révolutionnaire, Robespierre, 25 décembre 1793 (5 nivôse an II)

Résumé du document

Aborder un texte de Robespierre, c'est se situer dans un contexte bien particulier : celui de la Terreur. Dans la continuité de la Révolution française, la Terreur est un moment de forte action révolutionnaire, et plus fort encore, une sorte de période de dictature, de terrorisme, qui s'étend du 5 septembre 1793 jusqu'à la chute de Robespierre, le 27 juillet 1794. Le texte commenté est un rapport de Robespierre, intitulé Rapport à la Convention, au nom du Comité du salut public, sur les principes du Gouvernement révolutionnaire, en date du 25 décembre 1793. Dans ce texte, Robespierre s'adresse donc à la Convention, assemblée constituante qui se substitue à la Législative depuis août 1792. Il tente une explication de la théorie du gouvernement révolutionnaire. En effet, vu le contexte, le gouvernement est déclaré révolutionnaire jusqu'à la paix. L'intérêt de ce texte est qu'il nous explique le contexte historique, la crise du moment. Il revient sur le nouveau gouvernement en place, l'explique, et le légitime.

Sommaire

  1. Le Comité de salut public présentant à la Convention la légitimité de son nouveau gouvernement
    1. Le gouvernement révolutionnaire : un nouveau régime incompris ayant pour but la re-légitimation de la Révolution
    2. Un nouveau gouvernement, contre la Constitution, mais nécessaire à la régénération du peuple
  2. La Terreur, un régime inévitable aux vues des actions du gouvernement révolutionnaire
    1. Le gouvernement révolutionnaire, une arme légitime visant à traquer les ennemis de la République
    2. Un gouvernement paranoïaque faisant de la Terreur un régime dramatique

Informations sur le commentaire de texte

Morgane
  • Nombre de pages : 5 pages
  • Publié le : 14/01/2010
  • Langue : français
  • Consulté : 65 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Le texte commenté est un rapport de Robespierre, intitulé Rapport à la Convention, au nom du Comité du salut public, sur les principes du Gouvernement révolutionnaire, en date du 25 décembre 1793. Dans ce texte, Robespierre s'adresse donc à la Convention, assemblée constituante qui se substitue à la Législative depuis août 1792. Il tente une explication de la théorie du gouvernement révolutionnaire. En effet, vu le contexte, le gouvernement est déclaré révolutionnaire jusqu'à la paix. L'intérêt de ce texte est qu'il nous explique le contexte historique, la crise du moment. [...]


[...] Les droits naturels de l'individu s'effacent devant les droits d'un peuple de citoyens. L'individu n'existe plus en tant que tel. D'où le lien avec cette vertu, car seuls sont vertueux ceux qui sont parvenus à sacrifier leurs intérêts particuliers pour se consacrer corps et âme dans cette Révolution, et accepter tous les nouveaux principes qui en découlent. Et voilà de quelle manière Robespierre, au nom du Comité de salut public, tente dans un premier temps de légitimer ce nouveau gouvernement. Celui-ci n'est là que pour le bonheur du peuple et le soutient. [...]


[...] C'est ce qu'il désigne en parlant de ces perfides émissaires La Terreur est alors à son comble. On voit que Robespierre en arrive même à se méfier de ses proches, lorsqu'il dit ce sont les frères, ce sont les complices des satellites féroces qui ravagent nos moissons [ ] Le chef du Comité se met ensuite à dénoncer les actes de ces traîtres. On sait que celui-ci, bien que révolutionnaire, était fermement opposé à la guerre. Il critique alors ceux qui ont pris possession de nos cités & de nos vaisseaux [ qui ont massacré nos frères, égorgé sans pitié nos prisonniers, nos femmes, nos enfants, [ ] Et ceux-ci sont trouvé leurs alliances au sein même de la Convention : en effet, ils les cherchaient au milieu de vous (la Convention). [...]


[...] Il est alors nécessaire de se demander, dans un premier temps, de quelle manière le Comité de salut public, préside par Robespierre, légitime-t-il le nouveau gouvernement mis en place ? En découle une seconde question qui consiste à chercher par quels moyens, suite à l'instauration de ce gouvernement, le Comité en arrive-t-il à créer un régime totalitaire ? Après avoir analysé, dans un premier temps, la manière dont le Comité de salut public présente à la Convention la légitimité de son nouveau gouvernement il sera judicieux d'expliquer que le régime de la Terreur était inévitable aux vues des actions de ce même gouvernement (II). [...]


[...] Un nouveau gouvernement, contre la Constitution, mais nécessaire à la régénération du peuple Gouvernement révolutionnaire et gouvernement constitutionnel s'opposent ici. Robespierre commence par faire une brève comparaison de ces deux régimes en essayant implicitement de montrer que le premier est bien meilleur, bien plus nécessaire, bien plus légitime. Nous sommes en République ; Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République ; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder Revenons quelque temps sur le contexte. La mission de la Convention était de doter la France d'une Constitution. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok