Karl Marx: un économiste pas comme les autres

Karl Marx: un économiste pas comme les autres

Résumé du document

Marx est un auteur du XIXème né en 1818 sur le territoire de l'Allemagne actuelle et mort en 1883 à Londres. Il reste jusqu'à aujourd'hui l'un des plus grand auteur hétérodoxe. Il a été un homme politique, un révolutionnaire, un philosophe, un sociologue... c'est sans doute l'un des plus grands auteurs de sciences sociales jusqu'à nos jours. Ce n'est pas un économiste comme les autres car à la base il était étudiant à l'université et étudiait le droit et la philosophie. A 23 ans il soutient une thèse en doctorat portant sur la philosophie antique. Suite à sa thèse il ne trouve pas de poste et va donc travailler en tant que journaliste dans un journal socialiste. Il va participé à des mouvements intellectuels en Allemagne puis il quitte son pays pour Paris où il va fréquenter les milieux socialistes. Puis il est expulsé de Paris à cause de ses idées politiques et va à Bruxelles où il rencontre Engels qui va devenir son ami et son collaborateur. Sous l'influence de celui-ci il va rapidement s'intéresser à l'économie politique. Il revient ensuite en France où participa aux évènements de 1848 mais à la suite de la répression de ces révolutions il devra migré pour s'installer à Londres en tant que « exilé » jusqu'à la fin de sa vie qu'il ne quittera plus.

Sommaire

I. Sa vision matérialiste

II. Sa théorie économique

III. Le rôle de l'économie dans la société

IV. La nature du système capitaliste

V. L'économie marchande simple

VI. La valeur

VII. La division du travail

VIII. La monnaie

IX. L'économie marchande capitaliste

X. La force de travail

XI. Origine de la mise en vente de sa force de travail

XII. Le deux types de capital

XIII. Question des crises

Informations sur le cours

julie
  • Nombre de pages : 8 pages
  • Publié le : 03/05/2012
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 03/05/2012
  • Consulté : 4 fois
  • Format : .pdf

Extraits

[...] Selon lui elles s'échangent suivant un dénominateur commun qu'il nomme la valeur. La quantité de travail nécessaire dans une production, dans un État donné avec un état social donné en un lieu donné donne la valeur de la marchandise. La substance de la valeur est le travail humain, vivant et social. La valeur est quelque chose de stable qui ne peut s'appliquer qu'aux marchandises. Marx comme Smith disent que la valeur d'usage ne peut expliquer la valeur d'échange car seul le travail humain rend les produits comparables entre eux. [...]


[...] Sa théorie économique Dans sa théorie la base économique est le mode de production. Il distingue les forces productives du travail et les rapports de production. Les forces productives du travail sont toutes les conditions qui influencent la productivité du travail càd la population, les conditions naturelles d'un pays, le degré d'éducation et de qualification de la main d'œuvre de travail, les outils de production qui sont employés, l'application des connaissances scientifiques et techniques à la production, l'organisation même du travail. [...]


[...] La valeur a alors 3 attributs: travail humain abstrait qui donne la substance temps de travail qui mesure la valeur forme de la valeur: valeur d'échange Il faut distinguer deux aspects du travail: travail abstrait : cela correspond à la dépense d'énergie (physique ou mental). Ce travail crée la valeur d'échange. Il correspond à l'échange du travail concret contre un travail concret. travail concret: il crée la valeur d'usage. C'est une dépense concrète d'usage d'énergie. Il compare uniquement le travail humain pour la valeur e l'échange car chaque travail est différent. Le travail d'un cordonnier ne sera pas le même qu'un paysan. [...]


[...] Cette tendance va baisser le taux de profit. Pour lui le capitalisme est donc un mode de production déterminé et limité dans le temps et il invente le mode de production post capitaliste qui est la société communiste scientifique. Le mode de production communiste aurait dut résoudre les contradictions entre la classe des travailleurs et des capitalistes grâce à une révolution sociale permettant aux travailleurs de prendre le pouvoir. Chacun pourrait consommer selon ses besoins alors que chacun contribuerait à la société selon ses besoins: rupture entre ce que l'on donne et ce que l'on retire. [...]


[...] La différence majeure entre les classiques et Marx est que Marx pense que le taux de profit ne cesse de décroitre et que la société capitaliste va être remplacée par une société qui va arriver tôt. Origine de la mise en vente de sa force de travail Comment se fait-il que dans ce genre d'économie des gens vendent leur force de travail? Cela n'existait pas ou que très peu dans les économie précédentes. Pour lui cela a une origine historique. Dans l'économie marchande des petits propriétaires personne n'a besoin de vendre sa force de travail. Pourquoi une partie de la société est devenue dépourvue de propriété? [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok