Pimido

la peine de mort, approche historique

la peine de mort, approche historique
  • Résumé
  • Informations

Résumé

I La peine de mort : clef de voute des systèmes répressifs jusqu'au XVIIIe siècle:
A/ Débats sur la peine de mort à l'époque médiévale et à l'époque moderne:
B/ Des espoirs des Lumières à la guillotine:
II L'abolitionnisme grandissant à partir du XIXe siècle:
A/ La peine de mort au XIXe et XXe siècle:
B/ La peine suprême de nos jours:




« On peut avoir une certaine indifférence sur la peine de mort, ne point se prononcer, dire oui et non, tant qu'on n'a pas vu de ses yeux une guillotine. » Ces mots écrits par Victor Hugo dans son ouvrage « Les Misérables » soulignent à quel point chacun à son opinion faite sur la peine de mort; et une opinion souvent un peu courte. Pourtant, la question de savoir si une société a, ou non, le droit de tuer un assassin, ou tout autre individu dangereux, n'a rien de simple. Il est une règle commune à toutes les civilisations anciennes que le meurtrier mérite la mort. Au départ, peine purement privée, la mort s'apparente à un « droit » de vengeance, une riposte quasi instinctive. On constate ceci dès la Bible et l'Ancien Testament. En effet, entre groupes familiaux c'est la vengeance qui est la règle, et celle-ci est parfois illimitée : « Sept fois sera vengé Caïn, et Lamech, soixante dix sept fois! »1 Mais un meurtre ainsi perpétré appelle nécessairement un autre meurtre, en un cercle sans fin de vengeances enchainées. C'est pourquoi, la plupart des sociétés primitives, dans un soucis d'auto-conservation, en sont venues à limiter ce « droit » de vengeance par un principe de similitude: c'est la loi du talion : oeil pour oeil, dent pour dent, vie pour vie. Appliqué à l'homicide volontaire, le talion appelle forcément la peine de mort. Celle-ci est ainsi prévue à plusieurs reprises dans l'Ancien Testament : « Quiconque frappe quelqu'un et cause sa mort devra être mis à mort »2, « Si un homme frappe [mortellement] un être humain, il devra mourir »3. Cette loi implique que, une fois le premier meurtre vengé, le vengeur lui-même, ayant accompli un acte licite, ne peut pas être inquiété. Dans les sociétés évoluées ensuite, l'une des premières manifestation de cette évolution est justement l'apparition d'un pouvoir commun (le futur État) qui interdit aux particuliers de se venger eux-mêmes. C'est la collectivité, selon des modalités diverses, qui va infliger des châtiments aux particuliers qui ont violé les règles de la vie commune. La « chose publique » s'arroge donc le monopole de l'application des peines dont la plus grave de toute, la peine de mort. Cette idée apparaît dès le Nouveau Testament. Ainsi, tout en affirmant la supériorité du pardon, l'Évangile n'exclut ni la peine en général, ni la peine de mort en particulier. En somme, il y a un principe : le pardon des offenses et la renonciation à la vengeance; et une exception : la possibilité d'une sanction punitive en cas de « scandale » public, ce qui laisse la décision à l'autorité publique, celle qui gère « le royaume de ce monde ». Tout meurtrier mérite-t-il nécessairement la mort? Cette question n'est pas nouvelle et se pose depuis l'Antiquité, à Rome ou en Grèce notamment. Ainsi, pour Platon, « nul n'est méchant volontairement »4, c'est à dire que l'acte mauvais ne peut jamais résulter d'une volonté libre, mais seulement d'une sorte de maladie de l'âme. C'est pourquoi, il faut d'abord s'efforcer de guérir le délinquant en « rééduquant » sa volonté, chaque fois que c'est possible. C'est seulement en dernier recours qu'il faudra envisager une mesure d'élimination radicale. « Pour les incurables, la mort ». Contre Platon, Aristote affirme l'existence du libre arbitre, et donc la plénitude de la responsabilité individuelle : tout homme normal doit donc répondre de ses actes. Il revient précisément au juge pénal de distribuer des peines en faisant en sorte qu'après l'infraction et la peine qui la répare, « les choses redeviennent ce qu'elles étaient auparavant ». La peine est ainsi définie comme essentiellement rétributive. Mais sur la nature de la peine, Aristote reste assez vague. La rétribution englobe à la fois une indemnité réparatrice et un châtiment éventuellement corporel; mais c'est au juge, en dernier ressort, qu'il appartient de « mesurer » la peine en fonction des circonstances. Au cours des siècles, l'argumentation des partisans ou des adversaires de la peine de mort présente de nombreuses constantes : le respect de la vie, la défense de la société, l'irréversibilité du châtiment, la valeur du pardon,... Pourtant, d'une époque à l'autre, on constate que la législation ou la pratique judiciaire sont plus ou moins sensibles à telle ou telle considération et appliquent la peine capitale avec plus ou moins de facilité. Il faut donc remonter le temps pour analyser l'histoire de la peine suprême afin de comprendre ses différentes mutations jusqu'à l'époque actuelle. Pour cela il est possible d'effectuer une fracture temporelle et de voir d'abord la peine de mort comme peine principale à partir du Moyen-Age (I), puis l'évolution vers l'abolitionnisme dès le XIXe siècle (II).

Les plus consultés

  • Lorient, petite citadelle à sa création, ville entreprise au XVIIIème siècle, peut être perçue à cette époque comme l'une des villes les plus importantes de France. Véritable siège de la Compagnie française des Indes orientales, elle est très rapidement devenu le centre économique du pays. En plus d'être un lieu de résidence des mers, Lorient...

    Victor

    lundi 31 janvier 2011

    Commentaire de texte de 8 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Un contrat est un document officiel, la convention désigne son contenu. C'est un acte écrit entraînant un engagement entre plusieurs parties. Ici, nous sommes en présence d'un contrat de pariage entre l'abbé Géraud V d'Aurillac et le comte Dauphin. L'abbé bénédictin Géraud est en fonction de 1204 à 1233. Le comte Dauphin est Robert IV Dauphin...

    Florine

    lundi 09 janvier 2017

    Commentaire de texte de 8 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • « On peut avoir une certaine indifférence sur la peine de mort, ne point se prononcer, dire oui et non, tant qu'on n'a pas vu de ses yeux une guillotine. » Ces mots écrits par Victor Hugo dans son ouvrage « Les Misérables » soulignent à quel point chacun à son opinion faite sur la peine de mort; et une opinion souvent un peu courte. Pourtant, la...

    Marinka

    mercredi 08 juin 2011

    Dissertation de 15 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • « L'État, lorsqu'il choisit les hommes qui le serviront, ne tient aucun compte de leurs opinions. S'ils veulent bien lui être fidèles et le servir, cela suffit » (O. Cromwell). Voilà qui dépeint bien les ambitions du Lord Protecteur. Il est né à Huntingdon en 1599. Les Cromwell sont membres de la gentry, ils possèdent une maison à Huntingdon et...

    pauline

    jeudi 16 janvier 2014

    TD de 4 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Après 1453 et la prise de Constantinople, des intellectuels, les humanistes, se mettent étudier les euvres antiques négligées au Moyen-âge. L'Homme est remis au centre de leurs préoccupations et non plus Dieu. Certains vont aussi faire évoluer les sciences comme Copernic qui développe la théorie que la Terre tourne autour du soleil. Les...

    isabelle

    mardi 30 juillet 2019

    Cours de 2 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • L'histoire de la radicalisation des "assassins" en Iran au XIe siècle à État islamique. Processus par lequel un individu ou groupe d'individus adopte une forme violente d'action liée à une idéologie extrémiste à contenu politique, sociale ou religieuse. C'est un phénomène minoritaire en occident, la radicalisation s'est produite dans un...

    isabelle

    jeudi 11 juillet 2019

    Cours de 4 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • L'histoire de la traite des esclaves sur le continent africain durant la période de l'empire musulman entre le VIIe siècle et le XIXe siècle, histoire peu connue et encore très polémique qui inspirera les Européens pour le commerce triangulaire. Les guerres musulmanes du VIIe au VIIIe siècle provoquent un nombre important de captures, les 1ers...

    isabelle

    jeudi 11 juillet 2019

    Dissertation de 6 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • C'est incroyable : je fais partie des 18 hommes revenus en Espagne après un tour du monde de 1080 jours. Je vous livre mon journal de bord. Le 10 août 1519, Fernand de Magellan et 237 marins répartis sur 5 bateaux (qu'on appelle aussi des caraques) quittent l'Espagne pour essayer d'ouvrir la route maritime qui leur permettra de rejoindre...

    helene

    dimanche 02 juin 2019

    Dissertation de 5 pages - Histoire moderne : Renaissance à XIXe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok