L'Action française, 23 mars 1908

L'Action française, 23 mars 1908

Résumé du document

Ce document est un extrait du journal l'Action française, quotidien royaliste, dont Charles Maurras, grande figure de l'extrême droite en est le principal fondateur. Cet article de l'Action française date du 23 mars 1908, écrit après les évènements difficiles qui frappent la IIIe République ; l'affaire Dreyfus qui est le déclencheur de la création de l'Action française, l'annexion de l'Alsace-Lorraine et l'humiliation de Fachoda. Mais, ce sont les évènements tels que la Loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905, ou bien l'annulation de la condamnation de Dreyfus en 1906 qui forgent une opinion nationalistes et royalistes hostiles envers la République, les juifs, etc. Cet article rejette avec virulence et dédain la République tout en prônant le rétablissement de la Monarchie.

Sommaire

I. Le subterfuge des Juifs, des protestants et des francs-maçons envers l'Eglise catholique et la France

II. L'auteur s'en prend aux étrangers

III. La République est l'ennemi du peuple

Informations sur la fiche de lecture

Beugniet
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 15/11/2012
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 15/11/2012
  • Consulté : 17 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] L'action française (23 mars 1908) (texte page 84) Ce document est un extrait du journal l'Action Française, quotidien royaliste, dont Charles Maurras, grande figure de l'extrême droite en est le principal fondateur. Cet article de l'Action Française date du 23 mars 1908, écrit après les évènements difficiles qui frappent la IIIe République ; l'affaire Dreyfus qui est le déclencheur de la création de l'Action française, l'annexion de l'Alsace-Lorraine et l'humiliation de Fachoda. Mais, ce sont les évènements tels que la Loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905, ou bien l'annulation de la condamnation de Dreyfus en 1906 qui forgent une opinion nationalistes et royalistes hostiles envers la République, les juifs, etc. [...]


[...] Ils sont des instigateurs de guerre civile, religieuse et sociale. L'auteur les considère comme des parasites qui aspirent à une banqueroute matérielle et morale et insiste sur le fait que les prolétaires, commerçants, bourgeois, fonctionnaires et électeurs seront ruiné du fait de l'avidité de la République corruptrice. L'auteur, après avoir dénoncé les ennemis religieux qui contrôlent la France via leur république despotique s'en prend aux étrangers : La république est le gouvernement de ces étrangers pour lui se sont des métèques, ils volent le travail des français de sang et non aucune n'envie d'aider la France à redresser la barre. [...]


[...] Il est donc invraisemblable que la France, ancienne Monarchie basé sur la religion catholique qui était le fondement de la vie commune, est pu être perverti par les juifs corrupteurs et les pédagogues protestants comment se fait-il que les catholiques ne gouvernent pas seul, et que le pouvoir puisse laisser faire autant d'intolérance envers la religion catholique qui se fait sans cesse persécuter. De plus, la République déjà gouverné par les juifs et les protestants, est gouverné également par les francs-maçons, qui sont les pires en raison de leur haine profonde envers l'Eglise. [...]


[...] La république est donc l'ennemi du peuple, les gouvernements succins sont tous corrompus. Les gens qui la gouvernent sont instrumentalisés par l'Etranger : [ ] désorganisant nos armées, imprimant à notre diplomatie des impulsions incohérentes et absurdes Pour l'Action française, la république des juifs, des protestants, des francs-maçons, des étrangers réalise la division intérieure entre classes sociales et une faillite extérieure, ce que Bismarck voulait nous donner : Le plus prévoyant des ennemis de la France Bismarck, créateur de l'unité allemande, vainqueur de la guerre de 1871 contre la France, était le plus prévoyant des ennemis de la France. [...]


[...] Tout d'abord, il faut mettre en exergue le contexte actuel lorsque sort l'action française du 23 mars 1908. En cette année 1908, l'Action française est totalement contre le transfert des cendres de Zola au Panthéon, et contre Thalamas l'insulteur de Jeanne D'Arc affaires qui sont révélateurs d'une volonté de défendre la Patrie de toutes souillures. Le texte dans un premier temps, par des arguments violents mais normaux à leur époque, dénonce le subterfuge des juifs, des protestants et des francs- maçons envers l'Eglise catholique et la France. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok