Les ouvriers en France de 1870-1968

Les ouvriers en France de 1870-1968

Résumé du document

"La France nouvelle est née en deux fois : le paysan est né de l'élan de la Révolution et de la guerre, de la vente des biens nationaux ; l'ouvrier est né en 1815 de l'élan industriel de la paix." Écrit l'historien Jules Michelet dans Histoire de la Révolution française. On retrouve une certaine particularité des ouvriers en France. L'industrialisation n'a pas été aussi rapide qu'en Grande Bretagne ou en Allemagne.

Sommaire

I. Un monde ouvrier qui s'adapte à la modernité et à la république (1870-1914)
A. Une industrialisation en retard ?
B. Impact de la République dans ce monde industriel nouveau
C. Les revendications et des intérêts communs qui tendent à unifier ce groupe
II. Une classe ouvrière assez encadrée mais qui connait des crises (1914-1936)
A. La Première Guerre mondial et l'après qui modifie les rapports
B. L'importance du parti communiste
C. Blum un espoir ?
III. L'apogée de la classe et son déclin croissant (1936-1969)



Informations sur le cours

Mimi
  • Nombre de pages : 5 pages
  • Publié le : 10/06/2019
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 10/06/2019
  • Consulté : 0 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Ce monde s'est constitué en classe et a pu se sentir délaissé ou peu accompagné. Le monde ouvrier va connaître un déclin du fait de la progressive désindustrialisation. [...]


[...] On retrouve une certaine particularité des ouvriers en France. L'industrialisation n'a pas été aussi rapide qu'en GB ou en Allemagne. La France qui en 1870 est principalement rurale ne trouve pas sa main d'œuvre dans les campagnes et ainsi on a recours à l'immigration. « L'élan industriel » comme dit Michelet favorise l'apparition de ces prolétaires (ceux qui n'ont que leurs mains, des personnes qui exécutent un travail manuel ou mécanique) qui vont avoir une place et rôle particulier dans la société Française au cours de cette période. [...]


[...] Les revendications et des intérêts communs qui tendent à unifier ce groupe En France contrairement aux voisins : c'est la manifestation qui prédomine c'est par le soulèvement du peuple que les choses peuvent évoluer et que les actions se font. Les ouvriers ont alors des intérêts communs, dans cette période la journée de 8h est la grande revendication. Presque idée que le sociale est en conflit avec la politique mais on voit que les politiques ont conscience de cela et essaye de faire face au problème. [...]


[...] Après la grande guerre le monde ouvrier la figure de la grande E se développe ouvriers chez Renault en 1914 et en 1930. Cependant la condition ouvrière devient une damnation. Les damnés ne sont plus les paysans mais sont aussi les ouvriers. Même si les rémunérations salaires progressent depuis la fin du 19ème siècle. Et elle continue dans cette période. Par les primes, un supplément de travaille, par des prestations sociales. Le salaire progresse de 12% à Paris (Entre 1919-1929). [...]


[...] Puis désenchantement de ce FP. Forme d'apogée, le monde ouvrier devient visible Mais les difficultés du Front populaire ne furent pas pour autant effacées. En effet, la France était dans une grave crise économique depuis 1931, et la politique économique du Front populaire ne parvint pas à relancer la production, la consommation, ni à réduire le chômage. Ainsi, la hausse des prix annula vite celle des salaires prévus par les accords Matignon. Ce fut une des causes de la chute du Front populaire, très vivement critiqué par la presse dès l'automne 1936 III) L'apogée de la classe et son déclin croissant (1936-1969) Noiriel nous dit que cette génération d'ouvriers est marquée par des luttes violentes : grèves 1936, La Résistance l'après-guerre et ses troubles. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok