Pimido

Chronologie détaillée et illustrée de la monarchie de Juillet (1830 - 1848)

Chronologie détaillée et illustrée de la monarchie de Juillet (1830 - 1848)
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

  1. L'établissement et l'affermissement du régime parlementaire
  2. L'action de la Monarchie de Juillet
  3. Le « ministère » Guizot
  4. La fin du régime et la Révolution de 1848

La Monarchie de Juillet apparaîtrait d’abord comme une grande coupure pour la vieille aristocratie : elle refusa (sauf exceptions) le règne de cet « intrus ceint de tricolore ». Par-dessus tout, il était craint que Louis-Philippe ne réimplante un « légitimisme ombrageux » dans les châteaux de la noblesse survivante. Les principales compétences politiques de Louis-Philippe ont trouvé leur pleine mesure dans son sens particulièrement développé de la gestion de l’opinion. En effet, il sut s’entourer, entre autres, des hommes qui avaient conservé une audience auprès des révolutionnaires, et qui tenaient encore la rue à la fin de 1830. Parmi ses appuis, les plus sûrs étaient ceux issus de milieux de banquiers (Laffitte, Périer), d’historiens (Mignet, Guizot, Thiers) et de grands bourgeois, sans oublier quelques survivants de l’Empire (Soult, Mortier…) et La Fayette ainsi qu’Odilon Barrot. Louis-Philippe sut particulièrement bien flatter l’amour propre national en officialisant le culte napoléonien : le régime fit revenir à grand spectacle les « cendres » de l’Empereur, pour complaire aux nostalgiques de Napoléon. Mais l’ambiguïté de la Monarchie de Juillet s’est manifestée dès ses débuts. L’impuissance des légitimistes, des républicains ou des bonapartistes qui avaient pourtant le pouvoir à portée de main, ne peut cacher les divergences profondes qui apparaissent dès le mois d’août 1830 parmi les partisans de la nouvelle dynastie. Dès le départ, deux tendances, ou plutôt deux interprétations de la révolution de Juillet sont représentées dans le premier ministère constitué par Louis-Philippe le 11 août. Le premier est le parti de la Résistance (« droite ») qui n’est pas l’ancêtre du futur parti de l’Ordre de 1849, car il lui manque la force de l’Eglise et celle de la grande propriété foncière, en majorité légitimiste. Il est, dès sa naissance, très imprégné de libéralisme politique. Il n’y a pas eu de révolution en Juillet 1830 pour lui, mais plutôt une riposte au coup d’Etat (les ordonnances) de Charles X. Il a accepté Louis-Philippe « parce que Bourbon », et dans la mesure où son programme correspond aussi à celui de l’ancienne opposition libérale, des « 221 », prépondérants dans la Chambre des députés. On y retrouve des théoriciens (duc de Broglie, Guizot), un leader (Casimir Périer), un organe « le Journal des Débats », une clientèle (la grande bourgeoisie soucieuse de progrès rationnel, d’expansion économique et de limitation des responsabilités politiques en fonction d’une capacité qu’elle identifie à la richesse). Le second, le parti du Mouvement (« gauche »), est issu d’une révolution car pour lui, il y a bien eu révolution en 1830. Ce parti aspire à une plus grande démocratisation de la vie publique. Il veut garder le contact avec le mouvement populaire pour éviter toute menace contre-révolutionnaire, et ses partisans sont sensibles aux aspirations nationales étrangères qui font appel à la France. Sont présents en ses rangs plusieurs membres de la jeune génération (Odilon Barrot), des chefs libéraux impressionnés par les passions populaires et entraînés par leur popularité (Laffitte, La Fayette). Ce parti s’appuie sur les sentiments démocratiques et patriotiques qui animent la petite bourgeoisie et la garde nationale, à Paris, dans les grandes villes et dans l’Est de la France. Son principal organe est « le National », avec Armand Carrel, et s’appuie sur la majorité des journaux de Paris et même de province (on avait constaté un essor de la presse politique après la chute de Charles X). Ses membres restent cependant minoritaires dans la Chambre des députés.

Les plus consultés

  • Histoire des institutions de 1789 à nos jours

    Emilie

    vendredi 13 juin 2008

    Fiche de 103 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Ce document est un extrait du journal l'Action française, quotidien royaliste, dont Charles Maurras, grande figure de l'extrême droite en est le principal fondateur. Cet article de l'Action française date du 23 mars 1908, écrit après les évènements difficiles qui frappent la IIIe République ; l'affaire Dreyfus qui est le déclencheur de la...

    Beugniet

    jeudi 15 novembre 2012

    Fiche de lecture de 2 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Alsacien et juif. Il opte pour la nationalité française en 1872 et quitte l'Alsace pour Paris. Il fait des études militaires. Victime d'une affaire le concernant. Au moment de l'affaire Dreyfus, on a 4 canaux : journal, affiches, carte postale, album. Comment les journaux et les caricatures ayant paru sur Dreyfus, ont-ils influencé le...

    Badou

    jeudi 24 janvier 2013

    Fiche de 3 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Appelé aussi mass médias, ce sont des moyens de diffusion massive de l'information. Ils apparaissent à la fin du XIXe siècle avec tout d'abord l'essor de la presse écrite (qui devient le premier média de masse). A partir des années 1920: la radio. 3ème: la télévision dans les années 50,60 (1960 principalement en France) et enfin internet à...

    Alban

    mercredi 28 novembre 2018

    Dissertation de 8 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Nous avons ici un discours prononcé par Théodore Roosevelt devant les membres du Hamilton Club, à Chicago, le 10 avril 1899. Il était alors gouverneur de l'État de New York. Le discours a été prononcé quelques mois après que le Sénat ait ratifié le traité avec l'Espagne, qui cède les Philippines, Porto Rico et Guam aux États-Unis, et reconnaît...

    Samuel

    mardi 23 juillet 2019

    Cours de 4 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • "La toilette est donc la plus immense modification éprouvée par l'homme social, elle pèse sur toute l'existence. [o] elle domine les opinions, elle les détermine, elle règne !", Honoré de Balzac, "Traité de la vie élégante" (1830). Les habits donnent des indices sur la position individuelle et sociale (appartenance, rang, hiérarchie, privilège)....

    Samuel

    mardi 23 juillet 2019

    Dissertation de 4 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Le Royaume-Uni est le pays fondateur de la seconde révolution industrielle (1850-1929). Son économie est alors hégémonique et imbattable jusque dans les 30 glorieuses, période économique historique lors du 20e siècle. Comment l'économie britannique a-t-elle été égalée voir surpassée ? Nous allons d'abord analyser quels ont été les facteurs...

    Steven

    lundi 15 juillet 2019

    Dissertation de 2 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • La Seconde Guerre mondiale est une période de rupture en raison du conflit, mais aussi sur la division des Français concernant le régime de Vichy, la collaboration et les mouvements de résistance. Elle produit donc des mémoires. Pour cela nous allons analyser dans un premier temps le discours du 1er ministre de l'époque, Lionel Jospin, lors de...

    Steven

    lundi 15 juillet 2019

    Dissertation de 2 pages - Histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok