ME

Ajouter comme ami
  • J'aime.s

  • Commentaire.s

  • Consulté.s

  • Publié.s

  • Contacts

  • La philosophie politique classique était branchée sur la vie politique, et s'en nourrissait de manière directe. Ses problèmes sont ceux de la vie politique, les termes dans lesquels elle les pose sont ceux de la vie politique. La philosophie politique moderne rompt avec cette tradition, perd cette liaison directe avec la vie politique, et...

    ME

    lundi 11 décembre 2017

    de 2 pages -

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • On peut faire ce constat : la culture populaire urbaine a succombé sous l'effet de l'allongement de la scolarité et de l'intrusion de la télévision. De même, les cultures paysannes disparaissent, en perdant leur langue (école nationale imposant le français, qui est un moyen de sortir de leur enfermement culturel et d'accéder à la culture...

    ME

    lundi 11 décembre 2017

    de 7 pages -

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • C'est Nicolas de Cuses qui le premier définit les êtres comme des puissances par un concept qu'il crée : le possest (posse infinitif du verbe pouvoir et est, 3e personne de l'indicatif d'être), c'est définir une chose par l'identité de la puissance et de l'acte, la chose est ce qu'elle peut, ce qu'elle peut en acte. Donc les choses sont des...

    ME

    lundi 11 décembre 2017

    de 20 pages -

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • - Le point central de son écrit est de définir la Politique comme une quantité très spéciale, une quantité intensive, un degré et pas par la qualité - Avant on considérait qu'il y avait une différence qualitative entre choses politiques et non politiques (les affaires de la cite par exemple et les autres, dont l'économie fait partie, non...

    ME

    lundi 11 décembre 2017

    de 3 pages -

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
Voir plus

devient

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com, vous en acceptez l'utilisation. Privacy PolicyOK