Le régime politique de la Ve République

Le régime politique de la Ve République

Résumé du document

Quel est le régime politique de la Ve République ? Le problème de cette question est que c'est en soi un enjeu de lutte politique et un enjeu de lutte scientifique. D'un côté, on trouve les opposants du général de Gaulle qui ont critiqué le « Césarisme démocratique ». Il a été dit que c'était un coup d'État, et de l'autre ceux qui sont de son côté. L'idée générale est de qualifier le régime politique, ce qui est difficile, car il n'y a pas de consensus entre les spécialistes. Les origines de cette lutte remontent à la fondation même de la Ve République, car au commencement elle aurait dû être un régime parlementaire, ce qu'elle n'est pas. Toute l'histoire de la Ve République est celle de la lutte autour de sa forme et de son fonctionnement. Cette question suppose de savoir ce qu'est un régime politique en soi. Or, les définitions du régime politique divergent considérablement selon les juristes et les politistes. Comment fonctionne la Ve République ? Comment fonctionne son régime politique ? Cela change selon les différentes définitions adoptées. Mais il y a beaucoup moins de converses sur cette question.

Sommaire

I. Introduction A. La notion de régime politique B. Les régimes politiques de la Ve République II. Genèses de la Ve République A. Les origines de la Ve République B. La nouvelle Constitution C. Le début de la lecture présidentielle des institutions (1958-1965) III. Les structures présidentialistes du régime A. Les fondements institutionnels de la présidentialisation B. Le déséquilibre présidentialiste

Informations sur le cours

Vincent
  • Nombre de pages : 101 pages
  • Publié le : 01/03/2013
  • Langue : français
  • Date de mise à jour : 01/03/2013
  • Consulté : 19 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] Pour lui il n'y a pas un régime politique meilleur que les autres. Selon lui, ce qui compte est le lien entre la forme du régime et celle de la société. Donc le meilleur régime sera celui le mieux adopté à un pays donné en fonction de sa taille, de sa culture économique et sociale. L'apport essentiel de Montesquieu n'est toutefois pas là, il repose sur le fait que cette modération du pouvoir dont il parle doit être inscrite dans la structure même du gouvernement. [...]


[...] Le Gouvernement y est nommé par le Roi mais est responsable devant le Parlement. La Cinquième est donc comparable à ce régime. De plus, elle pourrait être vue comme un régime de transition car, en 1958, l'antiparlementarisme est très fort alors que la légitimité présidentielle est quant à elle croissante. Pourtant, en 1978, Duverger abandonne cette catégorie. En effet, pour la première fois dans l'histoire de la Cinquième République, une cohabitation est très sérieusement envisagée. Duverger repense alors le régime en imaginant ce qu'une cohabitation pourrait provoquer comme changement dans le fonctionnement des institutions. [...]


[...] Dès lors, si l'élection présidentielle apparait comme une compétition réelle et importante, cela va légitimer les institutions de la 5ème République. L'enjeu n'est pas l'élection de De Gaulle, mais la validation du présidentialisme, donnant de l'importance à cette élection du président de la République. Gaston Defferre n'est pas le candidat idéal, mais il a plusieurs attributs sociaux, qui font que sa candidature est la plus favorable pour les réformateurs. Tout d'abord il a joué un rôle majeur dans le ralliement de la SFIO dans la démarche de constituer un nouveau régime. [...]


[...] La classification juridique des régimes politiques. Les trois types de séparations La théorie des séparations des pouvoirs inspirée de Montesquieu est à l'origine de la typologie des régimes politiques qu'emploient encore aujourd'hui les juristes. Ils ont adaptés les théories de Montesquieu aux réalités contemporaines. Dans cette classification, ce qui est pris en compte n'est plus tellement le nombre de gouvernement mais la nature et la qualité des relations entre les différents pouvoirs, et plus particulièrement entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. [...]


[...] Dans les faits, le président de la République, en fait majoritaire, il décide qui sera nommé à tel ou tel poste. En cohabitation, cela lui donne un pouvoir de négociation, il ne peut pas empêcher les nominations qui souhaitent le gouvernement. - L'article 10 : la promulgation de la loi. Au terme de cet article 10, le président de la R2publique promulgue les lois. On considère ici que c'est une obligation pour le président de le faire. Aujourd'hui, dans la pratique, le président n'est pas obligé de promulguer les ordonnances, alors qu'il l'est pour les lois. [...]

Sur le sujet : Le régime politique de la Ve République

  • Le régime politique de la Ve République - publié en juin 2012
    Cours de 26 pages - Sciences politiques
    Depuis qu'on pense le politique comme une activité politique, il y a des gens qui essayent de caractériser les formes que prend l'organisation du pouvoir et essayent de construire des classifications : Hérodote, Platon, Aristote? Ils nous ont légué toute une série de termes qu'on va utiliser pour décrire nos régimes, mais aussi des critères de...

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok