Pimido

Commentaire d'arrêt Ass. Plén. 21 décembre 2006

Commentaire d'arrêt Ass. Plén. 21 décembre 2006
  • Résumé
  • Informations

Résumé

I) Le revirement de jurisprudence : un rôle de discernement et une application respectant l'autorité des normes internationales A. Le rôle du revirement de jurisprudence : trancher entre deux interprétations possibles du droit. B. La non-application d'un revirement de jurisprudence pour respect d'une Convention supranationale II) La rétroactivité jurisprudentielle : une menace contre la sécurité juridique mais une caractéristique susceptible d'être écartée au nom de la défense d'un principe fondamental A. La menace de la sécurité juridique par le caractère rétroactif de la jurisprudence B. Le droit à un procès équitable et la présomption d'innocence, deux principes fondamentaux ne pouvant être écartés par la rétroactivité d'une jurisprudence

La rétroactivité de la jurisprudence crée potentiellement des conflits au sujet de l'application de la jurisprudence dans le temps. L'arrêt rendu le 21 décembre 2006 par l'assemblée plénière de la Cour de cassation en est l'illustration. Le 21 décembre 2006, l'assemblée plénière de la Cour de cassation rend un arrêt de rejet concernant la demande d'une société éditrice d'un journal d'annuler la décision prise par la cour d'appel au sujet d'un article jugé comme portant atteinte à la présomption d'innocence des personnes mentionnées dans ledit article. Le 14 février 1996, un journal publie un article relatif à une affaire judiciaire, dont l'intitulé très explicite, accuse un couple de maltraiter son bébé. La femme estime que le journal a porté atteinte au respect de sa présomption d'innocence. Par ces motifs, la mère de l'enfant assigne, devant un tribunal de grande instance, la société éditrice du journal et son directeur de publication. Le tribunal de grande instance condamnera les défendeurs à verser une certaine somme aux parents en réparation du préjudice causé. Contestant cette décision, la société éditrice du journal et son directeur de publication interjettent appel. Par arrêt du 6 avril 2000, la cour d'appel d'Aix-en-Provence, après avoir écarté le moyen de prescription de l'action invoqué par les appelants, a confirmé le jugement rendu par le tribunal de grande instance. La société et son directeur de publication vont alors se pourvoir en cassation. Leur pourvoi comporte trois moyens. Le premier d'entre eux porte sur la prescription d'action. La société éditrice du journal et son directeur de publication accusent la cour d'appel de violation de l'article 65-1 de la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse. En effet, cet article stipule que « les actions fondées sur la présomption d'innocence [...] se prescriront trois mois révolus à compter du jour de l'acte de publicité. » La société éditrice du journal met en avant le fait selon lequel la mère de l'enfant, n'a fait aucun acte susceptible d'interrompre le cours de la prescription dans les trois mois impartis. Le second moyen porte sur l'atteinte à la présomption d'innocence contestée par les demandeurs en cassation. Ceux-ci reprochent à la cour d'appel la violation de l'article 9-1 du code civil ainsi que son défaut de base légale. Enfin, le troisième moyen est relatif au paiement des dommages-intérêts à la mère de l'enfant. D'une part, la société accuse la cour d'appel de violation de l'article 455 du nouveau code de procédure civile qui n'aurait pas précisé en quoi consistait la mauvaise foi dont il est question dans l'arrêt. Et d'autre part, il est reproché à la cour d'appel une fois de plus, le défaut de base légale au regard de l'article 9-1 du code civil : la cour d'appel, pour retenir la mauvaise foi des auteurs de la publication, se serait appuyée sur un motif inopérant, issu de circonstances postérieures à la parution de l'article. L'analyse sera davantage orientée sur le premier moyen en cassation. Il s'agit ici, en effet, de choisir entre deux interprétations possibles de l'article 65-1 de la loi du 29 juillet 1881, relative à la liberté de la presse. Lorsqu'un revirement de jurisprudence se produit, dans quelle mesure doit-il s'appliquer aux procédures engagées antérieurement ? Dans cet arrêt, la Cour de cassation répond positivement à cette interrogation sans toutefois être en capacité d'appliquer les nouvelles modalités issues du revirement.

Les plus consultés

  • L'article 1397 du code civil sous l'angle de l'évolution législative par rapport à la loi du 23 juin 2006 portant réforme des successions et libéralités. la réforme du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1 juillet 2007 prévoit la possibilité d'une modification ou d'un changement de régime matrimonial purement conventionnel. Cette loi a notamment...

    Claire

    samedi 05 février 2011

    TD de 4 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Affilié à la soumission de la femme au mari jusqu'au milieu du siècle dernier, le droit des régimes matrimoniaux a pourtant joué un rôle essentiel dans l'émancipation de la femme mariée et a concrètement concouru à sa promotion en instituant la libération des opérations bancaires. À l'origine, un système complexe maintenait l'épouse en...

    Louise

    mardi 02 décembre 2014

    Commentaire de texte de 5 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Il est tiré du livre troisième des différentes manières dont on acquiert la propriété. Titre III des contrats ou des obligations conventionnel ou général. Chapitre VI de la preuve des obligations et de celle du paiement. Section II de la preuve testimoniale. L'article 1341 du code civil promulgué le 12 juillet 1980 L. n 80-5525. Cet article...

    bb

    lundi 07 novembre 2011

    Commentaire de texte de 2 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • En disposant que les maîtres et commettants sont responsables des dommages causés par leurs domestiques et préposés dans les fonctions auxquelles ils sont employés, l'article 1384 alinéa 5 du Code civil détermine la responsabilité du commettant du fait de son préposé. Mais ce fait peut-il toujours engager la responsabilité personnelle du...

    Julien

    mercredi 02 novembre 2011

    Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Il y a cinq parties dans le Code civil. À la fin du Code, il y a une table de concordance : il y a deux colonnes (civil et nationalité), le contenu du Code civil est le même que celui du code de nationalité. Table de renvois : numéro d'un article d'une ancienne version mis en lien avec la nouvelle version (à la fin).

    Alexis

    mardi 23 juillet 2019

    Guide pratique de 2 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Dans le cadre de la procédure civile, il faut des règles pour se protéger des maneuvres et de ses adversaires, elles ont un rôle de sécurité. Il existe une règle impérative : même si le service public est débordé (8000 dossiers environ), le travail se fait dans l'intérêt général et privé des plaideurs. Dans certains domaines, c'est le plaideur...

    Alexis

    mardi 23 juillet 2019

    Cours de 27 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • La relation humaine est liée à la relation du travail, celle-ci était souvent liée à l'esclavage et la servitude. Au fil du temps, la vision a changé et un principe de liberté a été adopté, c'est-à-dire une situation de subordination. Subordination de fait : le salarié a besoin de travailler pour être rémunéré. Subordination juridique : fait...

    Alexis

    mardi 23 juillet 2019

    Cours de 3 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Le contrat est un acte juridique conventionnel modèle, il est régi complètement par ses effets par le Code civil. Il est la manifestation de volonté destinée à produire des effets de droit. Le contrat produit des obligations : "droit personnel, droit de créance ou dette". Par exemple, un contrat de vente.

    Alexis

    mardi 23 juillet 2019

    Cours de 72 pages - Droit civil

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok