Pimido

Modes alternatifs de règlement des conflits

Modes alternatifs de règlement des conflits
  • Résumé
  • Informations
  • Extraits

Résumé

Partie 1 - le traitement non juridictionnel du litige : la transaction Chapitre 1 : la notion de transaction

Partie 1 - le traitement non juridictionnel du litige : la transaction Chapitre 1 : la notion de transaction C'est donc l'étude de la transaction. Mais cette déf est assez imparfaite et elle fait ressortir un élément essentiel de la transaction : l'idée que son objet est déteindre un litige. Mais il manque un élément essentiel : le litige doit s'éteindre par des concessions réciproques pour qu'il y ait transaction. Donc 2 éléments constitutifs : ⃠un litige ⃠des concessions réciproques Section 1 : les éléments constitutifs de la transaction : 1 : les éléments déterminants : A) l'existence d'un litige : Une contestation à naitre, cela ne veut rien dire au stade de la responsabilité contractuelle car il n'y a rien encore ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼ï ¼Déf : article 2244 du CC : Contrat par lequel les parties terminent une contestation née ou évitent une contestation à naître. ï ¼ donc l'art est très mal rédigé. Car pour transaction, il y a toujours une contestation ! Ce que l'art essaye de dire c'est que ce n'est pas nécessaire qu'un juge ait été saisit, donc la transaction peut intervenir avant pour éviter une procédure judiciaire ou une fois qu'il est saisit, pour mettre fin à la procédure judiciaire. B) l'existence de concessions réciproques : Cette condition n'est mentionnée par aucun texte mais pourtant elle est exigée de façon très traditionnelle par la jurisprudence. S'il n'y a pas de concessions mais fin au litige : l'une des parties abandonne ses prétentions. Forme quand cela intervient en cours d'un procès : ⃠désistement : quand le demandeur abandonne ses prétentions ⃠acquiescement à la demande : quand c'est le défendeur Cela met fin au procès mais ce ne sont pas des transactions car il n'y a pas de concessions. Si la jurisprudence est très exigeante sur l'existence de concessions réciproques c'est parce que la transaction n'est pas un contrat comme les autres car il est soustrait aux règles ordinaires des contrats et notamment il est beaucoup plus difficile à remettre en cause qu'un contrat ordinaire parce qu'il repose sur des concessions réciproques donc on part de l'idée qu'il a été négocié. Comment peut on s'assurer qu'il y a des concessions réciproques ? Ce qui est impossible de faire c'est de faire une appréciation objective donc regarder si les parties renoncent à une partie de ce à quoi elles avaient droit, si on fait cela c'est la remise en cause de toutes les transactions faute de concessions réciproques. Donc appréciation subjective de la jurisprudence donc elle apprécie les concessions réciproques par rapport à ce qu'elles voulaient donc aux prétentions initiales des parties. Le juge ne va pas non plus contrôler l'importance respective des concessions (réelle) donc peut importe qu'elles soient disproportionnées dès lors que tout le monde en fait. La seule limite c'est que la jurisprudence exige tout de même que les concessions soient réelles et non seulement apparentes. Et si elles ne sont pas réelles, et jugées dérisoires, la jurisprudence en déduit qu'il n'y a pas de concessions. La cour de cass pose une exception : arrêt 2ème chambre civ 16 novembre 2006 ==> elle a jugé que les concessions réciproques n'étaient pas exigées pour les transactions conclues dans le cadre de la loi du 5 juillet 1985 (sur les accidents de la circulation). Cette loi impose à l'assureur du responsable de l'accident de faire une offre d'indemnisation à la victime qui doit être sérieuse (sanction : perte de la licence). Donc soit la victime accepte, soit elle n'accepte pas (conseiller au client de ne pas l'accepter, car les assureurs en font toujours d'autres). Si elle l'accepte, la loi qualifie cela de transaction. Pas de concessions réciproques car l'assureur ne fait pas de concession car c'est une obligation pour lui de formuler une offre d'indemnisation à la victime. Et la victime n'abandonne pas vraiment des prétentions quand elle accepte l'offre car si cela se trouve cela lui convenait parfaitement. Du fait que les assureurs doivent formuler une telle offre avant que les parties aient formulé les prétentions, il ne peut pas y avoir formellement de concessions. Donc c'est une transaction parce que la loi le dit.

Les plus consultés

  • Fiches rédigées d'après le livre Règles de la profession d'avocat 2016-2017. Loi du 26 juin 1941 : création du CAPA qui a pour but de préparer les futurs avocats, avant la prestation de serment, à acquérir une meilleure connaissance des règles de droit judiciaire privé, droit pénal et la déontologie. Modifié à plusieurs reprises, la loi du 31...

    Manon

    dimanche 14 mai 2017

    Fiche de 153 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (1)
  • La propriété est définie à l'article 544 du code civil, article qui dispose en effet : « La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements. » De cet article, on en retire le principe selon lequel le propriétaire d'un bien a un...

    Turlu

    samedi 28 mai 2011

    Commentaire d'arrêt de 8 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Monsieur, Je reviens vers vous suite à votre venue dans notre cabinet pour nous faire part des difficultés que votre société a récemment rencontrées. Suite à une étude approfondie de vos différentes demandes, vous trouverez un descriptif complet des démarches qui vous sont possibles d'accomplir.

    Caroline

    lundi 14 juillet 2014

    Lettre type de 8 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • La forme primitive de l'arbitrage est celle de l'arbitrage par souverain. Dans l'Affaire Honduras contre Nicaragua 18 novembre 1960 la CIJ confirme la validité de la Sentence arbitrale rendue par le roi d'Espagne le 23 décembre 1906 que les parties avaient accepté à l'époque mais qu'elles remettaient alors en...

    Eugénie

    jeudi 08 septembre 2011

    Fiche de 2 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Les plus récents

  • Le concept commercial est jugé peu adapté à l'examen des règles qui concernent les échanges économiques. Des règles qui avant étaient propres aux commerçants ont été étendues aux non-commerçants (crédit ; assurance). Il y a donc une mutation des frontières entre professionnels et particuliers.

    Alexis

    mardi 23 juillet 2019

    Cours de 64 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Il y a deux façons d'exercer une activité commerciale : premièrement on décide de travailler en son nom personnel (entrepreneur individuel) dans le cadre d'une structure individuelle. Les avantages sont la conservation de la capacité de décision et les modalités de création d'une entreprise. Les inconvénients sont l'engagement du patrimoine...

    Adrien

    samedi 22 juin 2019

    Cours de 4 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • Le mot sûreté est entendu dans le langage courant. Mais en droit privé, le mot sûreté, qui est un dérivé de la notion de sécurité, repose sur l'idée qu'on veut donner de la sécurité au créancier d'une obligation. Pourtant le droit civil dit déjà dans quelle mesure le créancier a le droit d'être payé. L'article 2284 du Code civil définit le droit...

    nicolas

    mardi 11 juin 2019

    Cours de 71 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)
  • On constate l'importance économique du nom de domaine. Il existe aussi un conflit avec le droit des marques. Pour faire un dépôt du nom de la marque à l'INPI doit être effectuée une recherche d'antériorité. Concernant le principe de spécialité : je ne suis protégé que pour la catégorie de produits pour laquelle je me suis inscrit pour être...

    Judith

    jeudi 09 mai 2019

    Cours de 3 pages - Droit autres branches

    Commentaire.s (0) Partage.s (0)

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Je partage sur Facebook

Je partage sur LinkedIn

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant ta navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, tu en acceptes l'utilisation. Privacy Policy

ok