Droit d'expression et d'amendement des Assemblées Locales

Droit d'expression et d'amendement des Assemblées Locales

Résumé du document

Le souci d'organiser les débats des assemblées locales, dont les ordres du jour ont une forte propension à s'allonger, conduit souvent les élus locaux à introduire au règlement intérieur des assemblées locales des dispositions destinées à limiter le temps de parole des conseillers et à mettre en place des procédures encadrant le droit d'amender les projets de délibération en cours de séance. La jurisprudence récente a donc été amenée, à l'occasion de requêtes contestant de telles mesures, à esquisser les contours d'un cadre juridique de ces droits.

Informations sur la fiche

Emilie
  • Nombre de pages : 2 pages
  • Publié le : 12/06/2008
  • Langue : français
  • Consulté : 1 fois
  • Format : .doc

Extraits

[...] 2121-29 et L. 2121-12 précités de ce code, que les conseillers municipaux ont un droit à l'expression pour les affaires inscrites avec débat à l'ordre du jour du conseil municipal Ce qui a permis à la Cour de juger que : "en limitant à six minutes le temps de parole total des conseillers municipaux s'agissant de ces affaires, sauf en ce qui concerne le rapporteur, le maire et l'adjoint compétent, le conseil municipal de la COMMUNE DE TAVERNY a méconnu le droit à l'expression des conseillers municipaux Le Tribunal administratif de Marseille, dans le jugement précité, a statué dans le même sens à propos d'un règlement limitant à trois minutes les explications de vote lors des séances de conseil municipal. [...]


[...] La jurisprudence récente a donc été amenée, à l'occasion de requêtes contestant de telles mesures, à esquisser les contours d'un cadre juridique de ces droits Le droit d'amendement : C'est par un arrêt du 12 février 1998 Tavernier 96PA01170) rendu en assemblée plénière que la Cour administrative d'appel de Paris a consacré l'existence d'un droit d'amendement des assemblées locales (en l'occurrence un conseil général) inhérent à leur pouvoir délibérant et a précisé que s'il était possible aux assemblées locales de réglementer ce droit, ce n'était que sous réserve de ne pas porter atteinte à son exercice effectif. En l'espèce, le conseil général de l'Essonne avait subordonné la recevabilité des amendements à leur dépôt préalable en commission. Après avoir relevé qu'une telle règle avait pour effet de rendre irrecevable tout amendement soumis directement au conseil général lors d'une séance, la Cour a estimé qu'elle portait une atteinte excessive à l'exercice du droit d'amendement. [...]


[...] Christian Caroz et autres 0107505) publié au BJCL 7/05 p avec les conclusions de M. Fédou commissaire du gouvernement, a décidé que la disposition imposant la soumission au maire de tout amendement plusieurs jours avant la séance avait pour effet de rendre irrecevable tout amendement soumis directement en séance et portait ainsi une atteinte excessive à l'exercice effectif du droit d'amendement Le droit d'expression : C'est un droit régulièrement consacré par la jurisprudence, qui se fonde sur les dispositions du Code général des collectivités territoriales. [...]

Consulte tous nos documents en illimité !

Découvre nos formules d'abonnement

Pimido.com utilise des cookies sur son site. En poursuivant votre navigation sur Pimido.com ou en cliquant sur OK, vous en acceptez l'utilisation. Politique de Condifentialité

ok